Au delà des mers

Des aventuriers venus du monde entier découvrent une île peuplée d'étranges créatures. Humains, Elfes, Orques et Nains se lient pour la coloniser.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Eámanë Enialis
Marauder
Marauder
avatar

Nombre de messages : 187
Race : Demi-Elfe
Classe : Rodeur
Alignement : Neutre-bon
Date d'inscription : 27/06/2012

Feuille de personnage
PV:
36/36  (36/36)
PM:
21/21  (21/21)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Mar 30 Juil - 0:06

Si tôt dit, si tôt fait ! Enseldrir prenait toujours le plus sérieusement qu’il soit ses devoirs de macar…
Il se fit trappe de chair et Valkhyria y gloussa de plaisir.

En vérité, il ne restait plus qu’un Royaume dont il lui importait rester l’Ambassadrice : celui de son amour.
Ainsi que quelques lois auxquelles continuer à se plier : celles qu’Enseldrir dictaient tendrement de ses étreintes et de ses caresses.
Tout le reste ne s’en retrouvait qu’extrêmement marginal en la confrontation.

L’ascendant qu’ils avaient l’un sur l’autre n’avait désormais plus besoin de faire ses preuves.
Ils connaissaient les respectifs leviers sur lesquels faire appui l’un l’autre pour calmer, pour enjouer, pour encourager ou provoquer.
Quand leurs regards s’entrelaçaient de la sorte, il ne restait plus qu’elle et lui en au beau milieu de la Grande Forêt et cette formidable attirance qui les poussaient inévitablement l’un dans les bras de l’autre.
Lorsque ensuite leur désir se mêla à leurs jeux flirteurs, leurs baisés devinrent à la fois flâneurs et impatients, tendres et brûlants, conciliants et délicieusement excitants.

La demi-nis ne bougea pas le plus petit doigt pour aider le macar à se débarrasser de son équipement, dont les différentes parties s’accumulèrent au sol les unes après les autres. Chocs de métal contre métal, retentissant à peine à leurs oreilles agréablement éprises de leurs anhélations auxquelles ils se mêlèrent.

Cela ne manqua pas de tirer un sourire insistant à Valkhyria. Et plus les pièces tombaient, plus ses coins de lèvres montaient.
Et dire qu’Enseldrir était généralement si maniaque avec ! Deux ou trois cycles auparavant, jamais il ne les aurait soumises à un tel traitement en les manipulant avec si peu d’égard, sauf …en cas de force majeure.

À silence rétabli, seuls s’exprimèrent leur instinct et la passion qui faisait frémir leurs corps, l’opportunisme de leurs cœurs dominant toute sagesse.

Cela aurait pu se prolonger jusqu’à l'aube par vertus strictement elfiques. Cependant, nul ne pouvait survivre uniquement d’amour et d’eau fraîche. Il leur fallait aussi se nourrir et reprendre leurs forces, non seulement pour affronter au mieux d’éventuels dangers pouvant les surprendre depuis les proches frontières du Nord, mais aussi pour la journée à venir.

L’archère ne savait d’ailleurs que penser quant à celle-ci, alors qu’Enseldrir lui rabattait la capuche sur la tête en lui donnant ses dernières consignes, aussi strictes qu’indiscutables, avant de se mettre en marche pour se rendre sur les lieux de festivités.
En aucun cas et sous aucun prétexte elle ne devait s’éloigner de lui à moins qu’il n’en juge autrement.

Si trois cycles auparavant, en mettant pieds pour la toute première fois en Taurë, elle se sentit envahir d’émerveillement en écoutant la ferveur vitale croissante de la Grande Forêt durant les heures nocturnes, depuis elle s’y habitua et n’y faisait presque plus attention.  
Cette nuit-ci pourtant, tout semblait s’exalter autour d’eux. Des sons aux parfums, fluctuants dans une ambiance chargée d’une étrange tension. Pour une raison incompréhensible, les sens de Valkhyria se mirent instinctivement en alerte, comme broyés par un sentiment d’angoisse indéfinissable, répondant à celui de la faune environnante.

Ils croisèrent ensuite les premiers elfes, puis d’autres et d’autres encore de plus en plus nombreux et de tous côtés. Visages qu’elle aurait pu définir sculptés dans le marbre pour certains. Froids et anonymes pour d’autres. Ils n’étaient pas en ville, mais elle ne s’en sentait pas moins suffoquer pour autant.

Sa capuche lui pesa subitement.
Sentir la présence de tous ces elfes ne faisait qu’accentuer son impression d’isolement au milieu d’une telle foule. Il lui suffisait de lever le regard autour d’elle sur l’un d’eux pour que la vie se charge de lui rappeler qu’elle n’était pas comme eux.
Rien n’aurait pu la persuader de lâcher prise sur la main du macar, unique contact lui permettant encore un semblant de maîtrise sur sa personne.

Un bref arrêt nécessaire à Enseldrir pour lui appointer sur la veste la protection maternelle et en faire autant sur la sienne.
Quelques mots de recommandations supplémentaires suivis d'autres, amoureusement réconfortants, qui eurent l'effet d'apaiser une bonne partie du sentiment d'angoisse qui tenaillait l'archère.

À deux doigts de te convertir !?! Et moi qui pensait erronément que c'était déjà choses faite !!!

La feinte indignation fit naître une moue irrésistible qui lui fut impossible de maintenir, effacée par un rayonnant sourire de contentement, alors que l'elfe l'entraînait de nouveau, dispersant ses semblables.

Tout en le talonnant, la demi-nis baissa le regard sur le bijou, dont elle effleura les contours finement ciselés.
Elle n'était absolument pas certaine d'avoir fait une si bonne impression que cela aux yeux de Löerien, mais elle nourrissait l'espoir de pouvoir un jour, très prochainement, porter légitimement ce don de protection, en Gaïanielite.


Dernière édition par Eámanë Enialis le Lun 5 Aoû - 4:12, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enseldrir Malaevoldû
Oracle
Oracle
avatar

Nombre de messages : 151
Race : Elfe
Classe : Rodeur
Alignement : neutre Bon la plupart du temps
Date d'inscription : 27/06/2012

Feuille de personnage
PV:
32/32  (32/32)
PM:
22/22  (22/22)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Mer 31 Juil - 0:38

L'aube tout juste naissante, le jour ne pointe pas encore. Deux silhouettes se fondent parmi d'autres tout aussi pressées. Un espace dégagé s'étend maintenant devant eux.

En face du couple qui se stabilise au milieu de l'affluence une torche s'avance sur la place, portée par une silhouette vêtue de noir elle fend la troupe, rapide, étincelante et semblant consumer avec appétit l'air environnant. Puis elle grimpe sur l'estrade qui trône là, elle hésite à gauche, à droite. La foule vibre soudain d'un appel qui enfle, scande, tel un cœur immense qui fait battre l'existence entière d'une cadence saccadé. Enseldrir se joint à elle. Il sourit. Ses yeux brillent d'une ardeur presque inquiétante lorsqu'ils croisent ceux de Valkhyria. Un peu en retard l'ivoire des ses dents luit, se voulant rassurante, sans forcément l'être totalement. Il prit le parti de ne rien dire, de ne pas préparer la Kheyldarienne à ce qui allait venir.

Une impulsion, puis soudain le silence…

De la torche, une colonne de feu s'élève vers le ciel, étincelle et meurt. Il y a maintenant deux flammes.
Elles virevoltent en des cercles concentriques, tenues au bout d'une chaine par le danseur sombre qui se fond dans le décor, devenant invisible aux spectateurs fascinés par les lumières. Puis le rythme change ; elles suivent des trajectoires hélicoïdales, se séparent, se rassemblent, partent en spirales et accélèrent leurs cercles pour former deux roues incandescentes qui s'élargissent, ralentissent, se décalent puis tournent en sens opposés.
Sur les limites extrêmes de leurs trajectoires elles heurtent un obstacle de concert. Les acrobates se multiplient, surgissant du néant ils s'ourlent de lumière. La gerbe d'étincelle donne vie à deux autres flammes de chaque coté qui elles mêmes se dédoublent.
Le sifflement profond de leur avidité à dévorer l'air et leur densité s'intensifia, leur cœur devint jaune pâle et leur aura d'un rouge intense tandis que leurs arabesques mutaient, plus acrobatiques encore. Elles migrèrent vers le centre de la scène passèrent derrière une toile tendue et explosèrent en un cercle de feu. Les ombres des danseurs s'égaillèrent et la toile tomba.
Entouré de courtes flammes, un énorme tambour apparut sur un support de laque rouge.
Un de ceux qui jadis marquaient les limites du territoire, tenant les ennemis à distance et repoussant les curieux.
Un des tambours de guerre annonceurs du courroux des elfes pour tous ceux qui osaient violer leur Domaine sacré…et plus largement pour tout intrus qui franchissait la limite d'influence Hautelame.
Leur tonnerre grondant faisait vrombir l'air sous le choc des masses.
Sur de nombreuses lieues, cette force de dissuasion du clan suffisait à intimider les plus farouches adversaires organisés.
De tous temps, il en fut ainsi. De tous temps… mais plus maintenant.

A présent, il s'agissait d'un culte, d'une cérémonie, d'une tradition dédiée à l'Archère.
Les Hautelames n'étaient plus vraiment, mais la puissance de leurs tambours résonnait encore sur l'étendue de leur ancien fief en certaines occasions. Et ceci en était une.

Une nis se matérialisa soudain devant l'instrument titanesque. Sa démarche était lente et solennelle. Elle portait deux matraques cylindriques en bois, épaisses et robustes.  Les rubans pourpres qui formaient sa robe dansaient par avance, agités par le vent léger. Ses pieds étaient solidement capés sur le sol, et sa garde était basse.
D'un mouvement ample, elle fit s'entrechoquer les bâtons de bois. Le claquement sec qui s'éleva dans le silence retentit et trouva un écho surgissant du silence qui régnait tout autour.
Les coups suivants eurent tout autant de retentissements puis ils se firent plus rapides, s'interrompirent et enfin le tambour raisonna sous une impulsion franche et directe. Sourd, puissant, sombre et majestueux sous les coups brefs et précis de la prêtresse. Son attitude était martiale. Au dessus d'elle, les nuages gris se teintaient de couleur. L'aube pointait derrière la scène ; une aube rouge qui soudainement d'embrasa en même temps que surgissaient une demi-douzaine de nêri aux visages peints de motifs écarlates et noirs. Leur chorégraphie subtile et compliquée créait des arabesques par l'éclat du fil de leur double-lame. Leurs victimes imaginaires ne semblaient pas être en mesure de riposter. Par le virevoltement léger des étoffes écarlates qu'ils portaient  aux chevilles et aux poignets, ils mimèrent le fluide vital qui s'échappait des blessures de leurs adversaires… et de leurs propres veines.



Une deuxième vague se tenait derrière eux, et lorsqu'ils s'évanouirent soudain dans un glissement subreptice, les tambours mobiles portés par les quendi vêtus de pourpre retentirent de concert. Un rythme martial et péremptoire emplit l'air les mouvements rapides des musiciens-danseurs laissèrent alors place à un prêtre de la Sentinelle qui brandit ses tornades Hautelames  avec une grande dextérité. Sa performance dépassait de loin la simple démonstration de force ou d'adresse. En fait, un bon guerrier aurait pu percer le mur d'acier qu'il semblait ériger sans une grande difficulté.
Mais sa démonstration reliait le monde de l'Archère et celui des elfes, l'art du divin dans une danse dont les mouvements alternaient entre la courbe et l'abrupt, la souplesse et le choc, l'harmonieux et l'épuré, la vie et la mort.
En toile de fond mouvante et tonnante, les musiciens faisaient vibrer l'air tout autour tandis que l'aurore déversait un torrent écarlate tout autour.

Enfin, les musiciens-danseurs reprirent leur performance, virevoltant et cinglant l'air de leurs masses. Le public acclama la démonstration avant qu'ils ne disparaissent soudainement, comme avalés par le sol.



Un nêr avança, seul sur la grande scène. Sa démarche assurée lui donnait une aura qui allait bien au-delà de sa présence physique. Il se plaça face au grand tambour et laissa s'exprimer son art. Pur limpide et unique, il emplissait le silence de ses coups savamment mesurés.
Le public resta sous le charme de sa transe jusqu'à ce qu'il entame la phrase du clan Hautelame. Elle disait : 1-, 1-, 1-, 1,2,3,4-, 1,2-, 1,2-, 1,2,3,4-, 1-, 1-, 1-, 1,2,3,4-, 1,2-, 1,2-  ,1-, 1-, 1-,
Alors, le peuple entier réuni lança un cri, la vibration de l'air établit un lien entre la terre et le feu avec une intensité telle qu'on jurerait que les arbres se joignirent à l'appel.
'haïïï –HA' !'
La voix d'Enseldrir s'y unit, il étreint soudainement la demi-nis d'un bras ferme.

Que devait-elle penser ? Avec son éducation Kheyldarienne orthodoxe. Pensait-elle avoir affaire à une bande de sauvage ? Peut-être.  
Alors, avant la fin du battement de la phrase suivante, il l'encouragea à se joindre au cœur.



Enfin, après quelques autres rythmes identiques, le soleil éclata sur le spectacle. Le joueur s'inclina vers la foule et s'éclipsa en de rapide foulée par la gauche. Dans le même élan des manœuvres en tenue rouge placèrent de longues perches dans les supports du grand tambour et l'emportèrent sur la droite.

La cohue emporta alors toute la foule dans une cacophonie de cris et de gémissements, d'embrassades et de luttes acharnées.

Le neuna saisit le bras de l'Ambassadrice, sans plus de cérémonie, il l'entraîna sur la droite. Ils franchirent un cortège exalté de corps tourbillonnants et chantants, esquivèrent deux nis qui se bousculaient et sifflaient comme des fauves, firent un détour devant un couple qui filaient tels des météores en riant.

Ensuite, au pied d'une immense roche que la mousse colonisait, ils se stabilisèrent.

Il semble que je doive à nouveau te subtiliser ton souffle melda. C'est le point culminant de la fête. Une ode à la passion.

Le nêr captura la mèche rebelle qui dansait toujours devant le visage de son aimée, comme une herbe folle agitée par le vent de ses mouvements.

Le moment idéal pour te dire que mon cœur ne bat plus que pour toi, que ma peau se tend et vibre à ton contact, que mon être raisonne contre ton corps, et que mon âme est captive de ta musique.

Sa fougue se révéla soudainement, il l'enlaça et l'embrassa avec une passion exacerbée. Dans son élan, il captura dans une main le creux d'un genou de la belle et la fit reculer. Dans sa  ferveur, ils manquèrent de tomber. La mousse épaisse qui recouvrait le rocher amortit le choc dans le dos de la demi-nis sans pour autant l'empêcher de lâcher un souffle court.

L'ardeur du macar se relâcha alors soudainement. Il se détacha un peu, laissant la Kheyldarienne interdite.

Je suis désolé, Melda. Ceci ne devait pas se passer ainsi. Pourtant, j'aimerai tant !
Elduniel est la Déesse de la passion, Elle est aussi celle du contrôle et de l'abnégation.
Pourras-tu me pardonner ce que tu peux prendre comme une trahison ! La Sentinelle sait que ça n'en est pas une.


L'excuse qui semblait étrange et presque élémentaire était prononcée avec une clarté et une telle détermination qu'il devenait incongru de soupçonner la moindre manipulation.

Que la ferveur qui bat encore dans ton essence te guide dans les dédales du temps que tu vas franchir. Que tes vœux et ta sensibilité soient tes guides dans cette rencontre.

Enseldrir s'éloigna en reculant et finit par se retourner à demi.

Ne t'effraies pas, ne crains rien. Je reste à portée de cri et je repousserai tout ce qui ne te sied pas alentours sur ton appel. Je reste avec toi. Toujours.

Ton plus grand admirateur… celui qui a maintes fois risqué sa vie, probablement sauvé la tienne et…

Il allait ajouter qu'il aurait pu prendre aussi la sienne mais ce semblait bien incongru. D'autant plus que le nêr Kheyldarien avait tant de fois échappé aux embuscades de la macari et de leur chef.

… peu importe.

Une haute silhouette se présentait, émergeant de l'ombre et entrant dans l'orange du soleil tandis que le neuna disparaissait dans la végétation non sans laisser briller un regard à la fois dévoué et torturé.
Le géant inconnu rejeta la capuche de son manteau de voyageur, laissant deviner les traits que Valkhyria reconnu avant de les voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eámanë Enialis
Marauder
Marauder
avatar

Nombre de messages : 187
Race : Demi-Elfe
Classe : Rodeur
Alignement : Neutre-bon
Date d'inscription : 27/06/2012

Feuille de personnage
PV:
36/36  (36/36)
PM:
21/21  (21/21)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Lun 5 Aoû - 22:33

Le feu.
Probablement l’élément le plus fascinant qui puisse exister en nature. Rien de plus primaire pour attirer l’attention de toute une foule dès le début d’une cérémonie.
Personne ne lui était indiffèrent. Ni homme, ni elfe. Une kheyldarienne moins que d’autres, et sur plusieurs plans.

D’où elle provenait, le feu était indistinctement source de survie et de mise à mort. Chaleur du foyer pouvant se transformer à tout moment en infernale purification de l’âme…
Au nord de la Taurë, il prenait une toute autre forme, à la fois martiale et artistique. Mais l’archère ne put se retenir de se demander quelle en était la définition sur l’échelle des valeurs elfiques en territoire Hautelame.
Terres d’un clan disparut que Valkhyria ne connaissait que trop peu. Un clan dont Enseldrir était pourtant un fier descendant.

Les extrémités enflammées se multipliaient en leur danse.
Ce n’était pas le premier spectacle du genre auquel elle assistait, mais jamais il ne fut si élégant en ses acrobaties et raffiné en son exécution.
Cependant, les images d’une autre cérémonie beaucoup plus intime, dont les chants se mêlèrent à la transe, et baignée de sang, vinrent s’immiscer.
Une myriade de questions sans réponses effleura l’esprit de la belle, l’empoisonnant de nouveaux doutes, alors qu’une sournoise appréhension se fraya chemin jusqu’à la surface, lui faisant frissonner le dos.
Mais elle ne dépendait plus cette fois de la foule, ni des lieux, ni de l’occasion.

Son regard se tourna instinctivement sur la silhouette du macar, en apparence totalement absorbé par la représentation, et s’y éternisa à plusieurs reprises entre une évolution et l’enchaînement d’une autre, cherchant à capter le moindre changement comportemental engendré.

De la manipulation de bolas enflammées à celle de double-lames, annoncées et encouragées par le battement de percussions.
Instruments dont les pénétrantes sonorités parlaient aux cœurs ouverts de leurs résonances riches et vigoureuses.
Force et engagement physique total, sens inné du rythme, de l’expression et de la dynamique corporelle minutieusement chorégraphiés et synchronisés, firent progressivement naître et vibrer en chaque spectateur une puissante et croissante énergie primitive qui semblait pulser de l’intérieur, ne demandant qu’à être libérée.

Telle une entité vive et indépendante, elle se propageait à chaque cellule de son corps qui ne put rien pour s’en défendre.
Ses incertitudes se dissipèrent aussi rapidement qu’elles étaient apparues. Valkhyria ne s’en souvenait plus, son esprit comme embrumé, tétanisé, incapable de lui résister.
Seul le cri collectif des elfes et le bras de son amant venant l’enserrer l’en sortit brièvement, pour l’y replonger plus profondément.
Incitée par Enseldrir, elle ajouta sa voix à celle des elfes, timidement d’abord, mais avec plus de conviction dès qu’elle cessa de vouloir contrôler à tout prix l’aliénation dont elle se sentait victime.

L’aube signa la fin des représentations et le dispersement confusionnel des auditeurs.
Enseldrir en profita pour l’entraîner à l’écart vers une zone tranquille et éloignée des regards. Puis il se mit à flirter indiscrètement avec une impétuosité qui fut accueilli sans embarras.

Dans ses yeux embrasés, le reflet du regard de la demie-nis.

Il n’aurait pu en être autrement.
Sous l’effet d’un trop plein d’adrénaline et sans comprendre le changement qui s’était opéré en elle faisant appel au côté purement bestial de son être, l’archère sentait son organisme brûler d’une soif qu’aucune boisson connue n’aurait pu étancher et qui la poussait à l’intempérance.

Galvanisée, c’est à peine si Valkhyria ressentit le heurt entre ses omoplates lorsqu’elles se plaquèrent plus ou moins violemment contre la roche.

Le détachement subit du nêr la laissa aussi stupéfaite que pantelante.
Ses paroles quant à elle n’avaient de sens. Ce n’était certes pas de la simple ferveur qu’il venait de déclencher ! Ses vœux s’affichaient clairement au fond de ses pupilles dilatées. Quant à sa sensibilité…
Ses yeux pouvaient distinguer la moindre fibre, son nez percevoir chacune des essences arboricoles les plus proches, chaque odeur.

Ce ne fut qu'à partir du moment où il l'invita au calme en s'écartant d'elle que la surprise de la belle fut remplacée par de la préoccupation. Qu’aurait-pu-t-elle craindre en sa présence et pourquoi parlait-il de s’éloigner tout en restant à portée de cri ?

La belle finit par suivre le mouvement de son bras l’invitant à découvrir ce qui se cachait derrière lui. Ou plutôt "qui" !

Le choc fut si magistral qu’il lui fit exhaler la dernière once d’air qu’Enseldrir n’avait su lui dérober avant de disparaître, sans qu'elle n’ait le temps de pouvoir recouvrir assez de voix pour protester.
L’elfe repoussa sa capuche et elle sentit le monde chavirer sous ses pieds, l’obligeant à prendre appui avec une certaine gratitude au bloc rocheux, dont la présence ne paraissait plus si banale que cela à présent.

Aiya Éamanë.

Quand la belle reprit un minimum d’aplomb, elle s’avança lentement, l’émeraude de ses yeux emplie de méfiance. Seuls les soulèvements écourtés de son buste révélaient le pénible combat intérieur qui se menait.
Elle s’arrêta sous son nez, sans prendre la peine de lui répondre. Le dévisagea un instant.

J’aurais… j’aurais préféré une rencontre sous une formule disons plus... conventionnelle.

Valkhyria pivota brièvement le visage pour observer le lieu de disparition du neuna.

…mais puisse qu'il doit en être ainsi…

Tu imagines sans peine ma surprise. Te voir réapparaître ainsi dans ma vie après tant d’années, alors que… alors que j’ai enfin cessé de le vouloir !

Cessé de le vouloir…
renchérit d’un murmure Gwerfaël, souriant d’un mi rictus.

Tu n’as jamais été une mensongère des plus habiles. Seule ton indifférence m’aurait sans doute convaincu.

Le ton légèrement ironique, son air tout aussi moqueur et l’arrogance affichée dans son regard déchira le fin voile d’auto contrôle qui la séparait de sa rancœur accumulée.

Son corps y réagit sans qu’elle puisse l’interrompre et elle le gifla.

Son père ne bougea point, se limitant à plisser légèrement les paupières. Mais le ton employé ne laissait aucun doute qu'en à la présence d'une colère sous-jacente.

Crois-tu vraiment qu’il me fut facile de me séparer de mon unique enfant ? De n’être qu’un père à temps partiel, investi de la totalité de ses responsabilités sans pouvoir jouir des simples joies de la paternité ?

Si Gwerfaël avait amplement mérité la marque de ses cinq doigts, pourquoi ce geste lui fit plus de mal qu’il n’en fit à lui ?
Et pourquoi étaient-ce ses propres yeux à s’humidifier ?

Confrontée aux difficultés de l’existence, Valkhyria était devenue inconsciemment un peu plus bienveillante à l’égard de Gwerfaël.
Elle continuait certes à souffrir des carences auxquelles il la força de ses insuffisances. Mais elle était devenue plus sensible à ses qualités au-delà de ses défauts, au-delà des reproches de ne pas avoir été ce qu’elle avait rêvé qu’il soit, s’obstinant de le haïr en échange.

Le temps du réquisitoire était donc terminé.
Ses pensées avaient retrouvé la liberté et une certaine sérénité, qu’elle avait récolté le long des chemins détournés que lui fit parcourir Enseldrir. Elle s’aperçu non sans stupeur que tout allait mieux.
Ainsi en était-il sans doute de l’acceptation comme de certaines elleni : on ne peut les voir qu’en regardant à côté.

Le shadaliélite leva une main pour venir lui essuyer une joue, mais se retrouva subitement terrassé au sol avant de pouvoir la toucher, le cou enserré d’un morse de robustes phalanges.
Le macar qui le chevauchait n’avait pas hésité à bondir sur lui dès qu’il en reconnu la haute silhouette, craignant le pire pour l’ambassadrice qu’il pensait inexplicablement sans escorte.

Il levait déjà son autre membre, armé d’une dague qu’il planta avec force dans l’épaule gauche de l’intrus pour s’assurer son immobilité.

Terendul ! NON !!!

Tout ce passa beaucoup trop vite et Valkhyria ne put que paniquer.

Enseldrir ! ENSELDRIIIIIIIR !!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enseldrir Malaevoldû
Oracle
Oracle
avatar

Nombre de messages : 151
Race : Elfe
Classe : Rodeur
Alignement : neutre Bon la plupart du temps
Date d'inscription : 27/06/2012

Feuille de personnage
PV:
32/32  (32/32)
PM:
22/22  (22/22)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Ven 9 Aoû - 0:06

Ce que le macar avait jugé comme étant un 'refuge' acceptable n'en était pas tout à fait un. Certes, le bosquet laissait une complète intimité à Valkhyria et à Gwerfaël mais il ne le protégeait pas autant qu'il l'avait pensé.
Un groupe interminable passa devant lui manquant de le bousculer. Remarquant son insigne, une nis le dévisagea assez pour qu'il s'en trouve mal à l'aise. Le piétinement doux des elfes s'éloignait à peine lorsqu'un claquement sec retentit de l'autre coté des branches.

Attentif à tout autre bruit suspect, le neuna approcha. Instinctivement, sa main se porta vers la poignée de sa double lame mais dès qu'elle toucha ses doigts refluèrent sous le contact froid. C'était idiot. Son sourcil se leva tandis qu'il imagina une explication plausible au son bref. Il entendit une conversation sans pouvoir en discerner les propos. Au moins l'elfe Kheyldarien s'exprimait d'un ton posé. Rassuré, Enseldrir regagna sa place.  Un sourire naquit sur ses lèvres tandis qu'il en venait à la conclusion qu'une gifle avait été magistralement exécutée, et il se doutait bien de l'identité de celle qui l'avait administrée. L'explication avait donc lieu, c'était plutôt positif.
Son sourire disparut et une vague d'inquiétude assombrit son front.
Il lui restait à espérer que le tempérament tempétueux de sa belle ne l'entraîne pas sur un chemin qu'elle regrettera d'avoir emprunté.
Le moment était-il si bien choisi que cela ?
Il leva la tête et soupira.
Le ciel devenait bleu. Dans ses parties les plus hautes, la canopée se paraît de nouvelles couleurs qui dansaient sous le vent tandis que les oiseaux reprenaient l'espace sonore qu'on leur avait volé.

Le jeune militaire décrocha l'insigne des cueilleurs de Gaïaniel et le porta devant ses yeux.
Même le rôle fictif qu'ils avaient endossé à des fins de camouflage risquait d'avoir un effet inverse. La nis qu'il avait croisé à l'instant avait-elle douté ? Son équipement militaire jurait vraiment avec sa pseudo-charge…

Un cri ! Valkhyria !

Le badge n'avait pas encore touché le sol que le neuna se précipitait à travers les branches comme un sanglier déchainé.

Son aimée était là, elle n'avait pas de blessure apparente mais son expression était figée, ses bras tendus, les paumes de ses mains dirigée vers deux formes au sol, signe de sa volonté et de son hésitation.

La longue silhouette de Gwerfaël, reconnaissable entre toutes, gisait au sol. Au dessus de lui, un guerrier surprit par l'irruption du neuna dirigea vers lui ses yeux brillants au dessus d'un rictus terrifiant : Terendul.
Enseldrir stoppa net, il remarqua alors le poignard et l'expression de douleur sur le visage du nêr Kheyldarien.
L'ordre cingla, sans cri :

Formenya, gel !


Le rictus de l'éclaireur s'agrandit encore.

Ha, neuna, Vous êtes là !

Sans relâcher un poil sa garde, sa position se détendit très légèrement.

Je n'ai pas l'intention d'aller beaucoup plus loin. Quand à celui-ci, je ne pense pas qu'il ait une quelconque envie de bouger.


La lame n'avait pas pénétré de plus d'un pouce mais la fermeté de la main qui la maintenait en position et sa position décourageait la moindre idée de résistance… sans compter la froide détermination de Terendul.

Relâche-le !


Le Macar lâcha un petit grognement avant de susurrer à l'oreille de sa proie :

Je ne te conseille pas de tenter un truc idiot.


Sa poigne se relâcha et il commença à se relever. Il ajouta alors :

Ça va piquer un peu…


Alors que sa dague se retirait de la chair de l'infortuné, le macar en profita pour lui subtiliser la sienne.

En deux pas, il s'éloigna alors de sa victime, modifia sa prise sur son arme et regarda celle qui venait de prendre. Admiratif, mais sans quitter le grand inconnu des yeux il détailla la dague brise-lame.

Joli objet. Elfique.

Entre-temps, Enseldrir avait rejoint son aimée, il s'enquit de son intégrité en une caresse et un échange de regards.

L'éclaireur sembla découvrir la présence de Valkhyria, il la salua d'un bref hochement de tête.

Votre Excellence.


Le minimum syndical.
Puis, voyant qu'elle était choquée par la scène et qu'il avait manifestement eut un geste qui pouvait passer pour déplacé il ajouta :

La blessure n'est pas grave, des muscles qui vont picoter un peu, rien de plus. L'artère était un peu plus loin.


Le blessé justement venait de bouger, le neuna posa un genou à terre pour s'enquérir de sa situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eámanë Enialis
Marauder
Marauder
avatar

Nombre de messages : 187
Race : Demi-Elfe
Classe : Rodeur
Alignement : Neutre-bon
Date d'inscription : 27/06/2012

Feuille de personnage
PV:
36/36  (36/36)
PM:
21/21  (21/21)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Dim 11 Aoû - 22:48

Le shadaliélite répondit d’un grognement étouffé lorsque son assaillant le libéra de son poids, ainsi que de son arme. Il resta immobile le temps que la douleur s’atténue assez pour lui permettre de se redresser en faisant lève de son côté sain.

Les forges de Khamtalion sont parmi les meilleures que je connaisse. J’en ai donc fait ma première étape en revenant en Taurë.

Il omit de préciser qu’il obtint la création de sa dague en faisant fondre l’épée de famille des De Delfort après avoir récupéré le diamant qui en ornait le pommeau et pour lequel il avait prévu la taille pour une toute autre utilisation bien plus particulière.

Je serai plus que ravi de vous indiquer celle qui fut chargée de cette œuvre unique. Je vous prie d’ailleurs de lui accorder le plus grand soin jusqu’au moment où il me sera permis de la récupérer.

Venant d’un macar, le geste d’entente favorable de Terendul fut envisagé de la même valeur qu’une parole donnée.
Lorsque le second se détourna définitivement de lui pour prendre enfin en considération la présence de l’archère, le Shadalielite assista à une agréable scène dont il ne perdit aucun détail.

Valkhyria jaugeait avec sévérité le nêr de son regard d’émeraude.
Étant donné que ce dernier fit appel à son rang Kheydarien pour lui adresser la parole, elle en profita sans gêne pour laisser que ce soit l’ambassadrice à lui répondre avec hautaine froideur.

Aussi enchantée que vous de cette nouvelle rencontre Macar Terendul.

Puis elle avança sans plus le daigner d’une œillade pour rejoindre Enseldrir aux côtés de son père.
Passant à la hauteur de l’elfe, elle poursuivit sa trajectoire heurtant sèchement son épaule de la sienne pour souligner sa contrariété.

La joie de Gwerfaël, se transforma en une douce et inattendue euphorie.

La brèche qui venait de s’ouvrir dans le mur de ressentiments que sa fille avait érigé entre eux se révéla bien plus large qu’il ne l’avait soupçonné grâce à l’intervention non programmée du second de la Macari Formenya.

Toute sa mère à quelques caractéristiques près !

Fit-il remarquer au Neuna, le sourire aux lèvres, en se tournant vers lui pour lui exprimer sa gratitude et le rassurer sur ses conditions.
Acceptant le bras tendu que l’Eldunielite lui offrit pour l’aider à se relever, il en empoigna l’avant-bras avec fermeté pour l’immobiliser au lieu de s’en servir pour se hisser.

J’espère notre respective longévité suffisante pour m’acquitter de cette énorme dette que j’ai envers vous Enseldrir.
Aussi bizarrement que cela pourra le paraitre en l’état actuel, je crois ne m’être jamais senti aussi serein et léger depuis de nombreux cycles.

Pourtant, la tache pourpre et visqueuse qui commençait à s’élargir considérablement sur l'arrière de sa veste semblait vouloir prétendre le contraire, ce qui joua une fois de plus en la faveur du blessé.

Atarynia* ?

Les trois elfes se figèrent.
Terendul prit de court, l’amant de réjouissance et satisfaction, le père d’incrédulité la plus totale.

D’abord de la colère en soutient de sa protection, immédiatement suivie par l’intonation préoccupée de la voix de sa fille qui venait de s’agenouiller à son tour derrière de lui.
Une sollicitation teintée d’une marque d’affection si intime que Gwerfaël eut du mal à en croire ses oreilles, certain qu’il en avait perdu le droit sans espérer le recouvrer de sitôt.

Tu as une drôle de façon de - cesser de le vouloir – melindënya**.

Si j’avais su qu’un peu de sang versé aurait suffi à te faire accourir à moi, je ne me serai jamais donné autant de peine pour éluder l’un des plus vaillants protecteurs de nos frontières septentrionales.

La subtile reconnaissance à son égard fut perçue par Terendul, que le Shadalielite savait à l’écoute, contrairement à Valkhyria qui elle, avait bien d’autres préoccupations à l’esprit à l’heure actuelle pour s’en inquiéter.

Ne me tente pas une deuxième fois, veux-tu ?

La demi-nis s’opéra de sa propre lame pour entailler et déchirer le tissu qu'elle écarta de la plaie avant qu’il ne colle à la peau et y faire volontairement pression avec un peu plus de force qu’elle n’aurait dû, le faisant tressaillir.

Ça pique, n’est-ce pas ?

Gwerfaël grimaça sans se plaindre, sachant la question purement rhétorique.

Quand est-il de ta compassion Éamanë ? L’aurais-tu subitement égarée quelque part en Taurë ?

Valkhyria ne put s’empêcher de réagir avec une pointe d’animosité, se laissant échapper un rictus sonore.

Ha ! Je commence tout juste à apprendre à en élargir autant que l’on m’en accorde.
D’ailleurs, tu me dois une chemise. Et de mon choix !

Le shadalielite y répondit par un rire qui finit par le faire grimacer de plus belle.

Tu n’as donc aucune pitié pour ton vieux père bicentenaire ?

ajouta-t-il, un clin d’œil au Neuna tout juste plus jeune que lui.

Il lui murmura :

Nul doute qu’elle sera aussi chère qu’exclusive.

La belle leva les yeux au ciel en soupirant avant de se raidir, sous l’effet d’une impulsion qu’elle ne pouvait plus repousser. Tout en continuant à garder la pression régulière sur la blessure de son père, Valkhyria souleva les doigts de sa main libre pour venir dégager une oreille pointue des longues mèches qui la recouvrait en grande partie.

Elle resta clouée sur place, ne sachant plus que dire, ni que penser.
Puis les pupilles de l’archère se détournèrent enfin un bref instant sur la silhouette d’Enseldrir, avant de revenir sur celle de son père, comme si de rien n’était.

Ça tombe bien tu sais. Il y a quelques jours de cela, je viens de faire le plein d’herbes et de remèdes grâce à une nis extrêmement compétente en ce domaine.


*Atar = Père. Atarynia en est la forme affective d’un enfant envers son géniteur.
**Melindënya = ma chérie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enseldrir Malaevoldû
Oracle
Oracle
avatar

Nombre de messages : 151
Race : Elfe
Classe : Rodeur
Alignement : neutre Bon la plupart du temps
Date d'inscription : 27/06/2012

Feuille de personnage
PV:
32/32  (32/32)
PM:
22/22  (22/22)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Mer 21 Aoû - 23:55

L'épaule de la demi-elfe heurta celle de l'éclaireur avec la violence qui était préméditée. Ni plus ni moins. L'Aràto savait lorsqu'il était de bon ton de s'effacer ou de montrer les dents. En l'occurrence, il donnait le change rien de plus en attendant d'en apprendre d'avantage, ne relevant même pas le manque criant de tact de l'ambassadrice quand elle évita de donner son rang.

Alors que Gwerfaël se redressait, le neuna voulut tranquilliser Terendul qui – même si sa décontraction était parfaitement feinte- maintenait une position basse et un regard suffisamment vague pour trahir sa concentration extrême auprès d'un de ses élèves.

Mais le vénérable macar ne lui en laissa pas le loisir : avant qu'il n'ait pu émettre le moindre son, il lança :

Je fais attention neuna. Je sais à quel point les dagues appartenant à des kheyldariens peuvent s'avérer traitreusement enduites de poison ou emprunte d'une malédiction atane.


Son regard se perdit dans un reste de nuit.

Et l'ennemi la récupèrera lorsqu'il plaira à ses hôtes.


Enseldrir se surprit à sourire au nêr Kheyldarien. Une excuse autant qu'un geste qui se voulait rassurant. Le signe qu'il esquissa ensuite signifiant qu'il n'y avait pas de dette mais il ne le termina pas dans le doute d'être compris par son interlocuteur.

Valkhyria plongea tout le monde dans l'incrédulité d'un mot elfique.

Le neuna sentit la tension quitter ses épaules en un douloureux mais libératoire relâchement. Il se redressa et fit face à son subordonné.

L'éclaireur eut la faiblesse de laisser ses pupilles se dilater légèrement sous le coup de la révélation lorsqu'il croisa le regard de son supérieur.
Celui-ci, gêné par le moment d'intimité dont ils étaient témoin utilisa le langage gestuel de la Macari Formenya pour signifier :
Gel ! Silence ! Profil bas !

Ce à quoi Terendul répondit avec le même dialecte :
OK ! Quoi !? Quoi !?

Puis se relâchant enfin devant le compliment de son adversaire momentané il signa d'un ton désinvolte :
Moi - avant – blesse – celui-ci – aussi – si – connaissance. Pour aider.

Le geste péremptoire de son interlocuteur ne l'encouragea pas à poursuivre, même s'il lui en coutait, il n'insista pas.

Suffit ! Vas ! Reste à portée de voix. Je te vois bientôt.

Immédiatement ensuite il enchaina avec des gestes dont la fluidité contrastait avec la fermeté des précédents :

Tout va bien. Merci.

Ensuite, alors que Terendul s'éloignait sans autre forme de cérémonie, le jeune militaire repris sa place de soutien. Il osa observer les soins que son aimée prodiguait, les fioles de potions curatives pesaient soudainement bien lourd dans son sac.Il savait cependant que le moment de leur utilisation n'était pas venu, la magie des elfes ne remplacerait pas une saine discussion.

A nouveau, Enseldrir sentit croitre une gêne en lui tandis qu'il assistait involontairement à l'échange entre un père et une fille. Le ton que Valkhyria employa soudainement trancha tellement avec ses précédentes interventions qu'il ne pût s'empêcher de la regarder.

Certes, pour la grande majorité, les membres du peuple premier n'avaient pas été d'un accueil extrêmement chaleureux. Une Ambassadrice ! Le rôle rêvé d'une espionne pour certains, la preuve d'une décadence pour d'autres.
Mais sa remarque toucha le macar profondément. L'absence de compassion des Quendi avait mortifié la belle de déceptions plus ou moins grandes mais toujours blessantes.
Il répondit d'un sourire à celui que lui adressait Gwerfaël en s'efforçant ne pas le rendre trop triste. L'âge n'était rien. Une chemise non plus.

Le neuna réalisa alors qu'il se trouvait au milieu d'un jeu de rôle, que le sens direct des propos échangés n'avait aucune importance, que des cycles de silences et de rancoeurs prenaient soudain fin dans un exercice d'exorcisme dicté par les évènements et par la tension libérée.

Devant tant d'émotions contenues pourtant exposées, l'Eldunielite entama un exercice de respiration lente. Son esprit se concentra sur l'aide qu'il pouvait apportée pour soulager le blessé et assister son infirmière dévouée.
Sans en laisser paraître, il nota le geste de la demi-nis dévoilant le pavillon d'une oreille très elfique ainsi que son léger mouvement de recul devant la révélation soudaine.

En demi-catatonie, le jeune militaire perçut néanmoins qu'on parlait d'un évènement qui le touchait. Sa conscience émergea du bain apaisant de concentration qu'il avait tout juste achevé de construire.

Les plantes, L'Oeil de la Forêt, Löeren.

Il se leva précipitamment.

Le badge !

Le macar bondit vers la place qu'il avait quittée. Sans un mot laissant sur place un père et une fille interdits.

Ses yeux fouillaient les alentours, ses pas foulaient le sol dans un sens et dans l'autre et maintes fois il crut marcher sur l'objet recherché. Mais il n'y avait rien… Pour conjurer l'angoisse qui grandissait, il joua une comptine d'hina :

La Taurë a donné
La Taurë à repris
Si tu l'as égaré
Prie que ce soit permis.

La forêt garde tout
La forêt ne rend jamais
Si tu as fait un trou
Autant tirer un trait

Rahhh ! Mais où c'est
C'est ici c'est partout
Lutin des marais
Rends-moi mon atout !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eámanë Enialis
Marauder
Marauder
avatar

Nombre de messages : 187
Race : Demi-Elfe
Classe : Rodeur
Alignement : Neutre-bon
Date d'inscription : 27/06/2012

Feuille de personnage
PV:
36/36  (36/36)
PM:
21/21  (21/21)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Lun 26 Aoû - 20:18

Valkhyria terminait tout juste de recouvrir l’entaille désinfectée de Gwerfaël lorsque le neuna bondit sans préavis. Son départ subit surprit père et fille qui, par automatisme, se questionnèrent l’un l’autre du regard en quête de suppositions.

La belle se redressa et se mit silencieusement en attente de le voir réappara
ître à tout moment.
De mémoire, l’unique fois qu’Enseldrir avait agi aussi bizarrement fut à la taverne de la capitale, pour se mettre aux trousses de son père dont ils ignoraient alors encore tous deux l’identité.
Elle se souvint aussi que l’épilogue ne fut pas des plus positifs. Elle dû se rendre au Temple d’Hulmildiel pour l’en sortir, visiblement malmené.
Et comment oublier l’état dans lequel il fit retour la nuit suivante, blessé et le moral tassé sous les semelles de ses bottes ! Tant et si bien qu’ils décidèrent de quitter la ville dès le lendemain matin.

Son père en fut il responsable ?

Valkhyria fut la première à briser froidement le silence pour exorciser la tension. La sienne, bien plus que celle de Gwerfaël.

Ce n’est rien. Rien dont nous devons nous préoccuper.

Le shadalielite s’était relevé à son tour et se fit à ses côtés apportant son soutien moral et physique, pour autant qu’elle le lui permette.
Il lui sourit, les traits de son visage émanant le calme et la confiance qu’il ne ressentait pourtant point.

Je ne me fais aucun souci pour lui. Il est ici chez lui Eamanë.

C’était la deuxième fois que son père utilisait ce terme à elle inconnu en lui adressant la parole. Mais elle n’osa lui demander ce que cela pouvait bien signifier, réservant à plus tard la question pour Enseldrir.

Tu as probablement raison, mais ce n’est pas le cas pour nous. Je pense qu’il nous serait préférable de trouver un endroit plus en retrait où tu pourras aussi te reposer.

Terendul, qui avait jugé plus utile de continuer à garder l’œil sur la paire kheyldarienne plutôt que d’emboîter le pas de son supérieur, se mit au travers de leur chemin dès qu’ils firent l’acte de se déplacer. Après quelques brefs échanges d'entente, il prit la tête du trio et les conduisit là où il passa lui-même la nuit en attente de l’aube.
Il indiqua discrètement la direction prise laissant quelques marques de leur passage que seul le neuna aurait reconnu comme étant les siens.

Pour tromper l'attente, l'Aràto s'affaira sur la manutention de son équipement, tandis que Gwerfa
ël profita de sa présence pour s’asseoir et se relaxer contre un tronc d'arbre.. Les yeux fermés, il gouttait enfin pour la toute première fois à une relaxation quasiment totale. 

Le demie-nis ne pouvait s’empêcher de l'observer à la redécouverte de cet étranger si familier.
Puis son regard se déplaça sur l'arc dont il s'accompagnait.
Incapable de lui résister, elle s'en approcha, allongea une main pour en suivre les courbes, puis la referma autour de sa poigne pour le soulever et en sentir le poids.

Elle tourna le dos à son père et le portant à hauteur, voulut le tendre.
Arrivée à moitié de sa tension, elle du le lâcher, à bout de force. Elle essaya une deuxième fois, puis une troisième, sans plus de succès.
Elle s’apprêtait à jeter l'éponge lorsque deux bras vinrent se superposer aux siens et deux mains recouvrir les siennes.

L'arc n'est qu'une extension de ton bras et de ton esprit. Les seuls muscles ne te serviront pas à grand chose si tu souhaites tendre la corde d'un arc elfique.
Mets-y aussi le c
œur.

Cette fois Gwerfa
ël accompagna son mouvement ajoutant un minimum de sa propre force.

Vise, prend une belle respiration lente et profonde et rel
âche quand tu es certaine de ta mire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enseldrir Malaevoldû
Oracle
Oracle
avatar

Nombre de messages : 151
Race : Elfe
Classe : Rodeur
Alignement : neutre Bon la plupart du temps
Date d'inscription : 27/06/2012

Feuille de personnage
PV:
32/32  (32/32)
PM:
22/22  (22/22)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Dim 8 Sep - 23:45

Inconscient du drame psychologique qui se déroulait à quelques pas de là, le neuna psalmodiait encore mécaniquement sa comptine.
Mais rien n'y faisait ni ses prières aux esprits des insectes, des racines ou des sombres terriers. Et, tandis qu'il tournait et retournait autour de ses emplacements, cherchant au-delà de la raison et avec toutes ses perceptions, il ne vit rien qui ressembla à l'objet tant convoité. De part son entêtement à fouler le sol et à griffer la terre, il ne détecta pas une présence qui l'épiait, éclat des yeux curieux parmi la rosée étincelante.
Une main étreignait le symbole désiré ; Ce n'était pas la sienne.
La silhouette fugace s'échappa avant que le neuna ne décèle sa présence, emportant un trésor que le destin réservait à un autre but.

Rageant et excessivement conscient du temps qu'il mettait à rechercher un objet qui manifestement avait décidé de lui échapper, le macar grogna contre les faits et plus encore contre lui-même.

De retour dans la petite clairière, il trouva uniquement la face vite du rocher lui faisant face.
Tous avaient quitté les lieux.

Un sentiment profond et incongru gagna son cœur, d'un élan idiot qui ne le consuma que quelques fractions de temps par un feu pourtant aussi cuisant que celui que crachent les montagnes de l'est : celui de l'abandon. Il en aurait presque ricané en temps normal, si tout ceci avait été une mission conventionnelle. Mais elle était moins que cela sous certains aspects et beaucoup plus que cela sous d'autres.

Le mors glaçant de l'incertitude gagna son âme, il dut le repousser d'un violent revers de sa conscience, de son serment d'allégeance à la Reine renforcé par l'amour pour celle qui trônait à présent sur l'espace de son cœur.

Et alors il le vit.

Là sur la mousse : Le signe laissé par Terendul.

Et alors il perçut.

Derrière un mouvement fugace : Le frôlement de l'écureuil, le souffle sur la branche.

L'Oeil était là, probablement, presque imperceptible.

Son regard se rétrécit pour ne former qu'une fente, ses narines frémirent cherchant à déceler ce qui restait hors d'atteinte pour ses autres sens. La brise ne l'aidait pas car il venait de coté, mais le vent change et lorsqu'on le précède, on gagne alors l'avantage décisif.
L'aube était son domaine à lui, même si elle était avancée en cette saison, le flux variable des rafales matinales lui étaient familières. "Elduniel, déesse, guide-moi si tu le veux."

Chargé de son équipement, le macar surprit son poursuivant par sa vélocité soutenue par la tension d'un jour nouveau. Bondissant de rocher en rocher, puis de branche en branche, Enseldrir semblait voler à travers les feuilles et les brindilles sans précautions aucune.
Mais, après une courte pause du neuna, celui-ci parut s'étendre sous les rayons d'Anar avant de disparaître étrangement sous un bosquet de ronces.
Sûr de son avantage, son poursuivant suivit le chemin du militaire, s'interloqua malgré tout un instant devant le passage choisit puis continua non sans difficulté. Les mûriers le griffèrent un peu nonobstant ses charmes et la tenue de voyage qu'il revêtait. Sa coquetterie le ralentit assez pour qu'il sorte de ce traquenard plus tard que le jeune militaire qui avait alors tracé un chemin de brindilles courbées et de feuilles arrachées tellement évident qu'il fit venir un doute énorme dans l'esprit de son suiveur.
Mais c'était trop tard. La voix d'Enseldrir raisonna dans les oreilles aiguisées de la silhouette qui se découpait dans la sortie du tunnel acéré. L'ordre était bref, la voix presque détendue.

Halte.


Un grincement reconnaissable entre tous : Celui d'un arc d'acuité que l'on bandait avec la ferme intention d'être entendu.
Un éclat aiguisé : celui d'une flèche dédiée à une trajectoire mortelle avec le dessein d'avoir un public attentif.
Les gestes contrastaient tellement avec l'intonation que la cible sût instantanément qu'il ne plaisantait pas mais, pour autant, il comptait bien ne pas tirer.

Lorsque son poursuivant se redressa pour lui faire face, il reconnu immédiatement son visage. Le choc s'immisça en lui, le faisant hésiter, la pointe de sa flèche trembla puis rapidement il baissa son arme et relâcha la tension qu'il exerçait sur la corde tout en laissant échapper un juron inintelligible.

-----
Au campement de fortune, Terendul effectuait mécaniquement les tâches d'entretien qu'il avait négligé durant les longues journées de marche qu'il s'était imposé pour rejoindre le neuna.
Arrivé plus tôt qu'il n'aurait dû, le voilà embarqué dans une autre affaire avec l'Ambassadrice des atani par l'intermédiaire de son infortuné de géniteur… les desseins des Vala trouvent souvent – bien souvent – les chemins les plus tortueux. A croire que leurs plans sont tous l'œuvre de la Sombre Dame !

Parmi la cacophonie habituelle de la faune de la Taurë, le martelage d'un pic épeiche attira particulièrement son attention.
Un peu plus soutenu que la normale, les tapotements se reproduisaient un peu plus rapidement. Trois fois, trois fois puis deux puis trois à nouveau.
Un des deux macari qui l'accompagnaient de loin faisait leur rapport : Pas de danger - Rien à signaler – effectif complet – en attente.
L'éclaireur vétéran chassa une mouche imaginaire devant son visage, se toucha le nez et posa la paume de sa main tout en effectuant une pandiculation manifestement libératrice. Ensuite il bailla et se frotta les yeux.

L'autre sentinelle de la Grande Forêt devait être placée de telle manière à pouvoir observer ses signes. Ses ordres étaient simples.

Recherchez – 1 de vous – le chef.
Veillez – restez caché.


Il était toujours utile de garder un peu de réserve. Au cas où… enfin, ce ne serais pas la première fois !

La fille tentait de bander l'arc elfique, il la regarda d'un air distrait et un peu distant. Puis son père vint pour l'aider.
Des bottes Kheyldarienne et une arme sacrée ! Sa lèvre supérieure s'éleva d'un millimètre en signe de mépris puis le pic interrompit son regard désapprobateur.
Trois un un trois.

Pas de danger – on vient vers vous – un seul au rapport – en attente.

Tranquillement, Terendul se leva et s'approcha de ses accompagnateurs. Gwerfaël lui lança un regard du coin de l'œil, il répondit d'un signe d'apaisement.

Alors, sortant des buissons juste en face de la ligne de mire de l'arme brandie en tandem, Enseldrir se figea. La menace face à lui s'abaissa de concert. Sans missile, elle n'aurait représenté de danger que pour elle-même.(*)

* Un arc dont on lâche la corde à vide risque de se briser car l'énergie qui doit normalement être transmise à une flèche se retourne contre lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selesnya Lathvin'
Nouveau-né
Nouveau-né
avatar

Nombre de messages : 14
Race : Elfe
Classe : Druide
Alignement : Loyale Bonne
Date d'inscription : 28/06/2012

Feuille de personnage
PV:
32/32  (32/32)
PM:
22/22  (22/22)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Mar 10 Sep - 14:03

L’œil qui voit tout. Les disciples du culte de Gaïaniel sont bien souvent vus comme faisant partie de la forêt elle même. Et celle-ci en l’occurrence probablement plus que les autres, par force et par choix. Et rien n'échappe aux émeraudes aiguisées d'une dryade de Gaïaniel.

"La Taurë a donné
La Taurë à repris
Si tu l'as égaré
Prie que ce soit permis.

La forêt garde tout
La forêt ne rend jamais
Si tu as fait un trou
Autant tirer un trait

Rahhh ! Mais où c'est
C'est ici c'est partout
Lutin des marais
Rends-moi mon atout !"


Et hop ! Aussi vite qu'un souffle, une poursuite s'en suit. Les sens du macar étaient très aiguisés. La dryade silencieuse, fondue sur un arbre était découverte.
Pour quelles raisons, le macar la fuit-elle ? Représente t-elle une menace ?
Bien qu'elle n'aime guerre poursuivre des choses, le cas échéant elle se dit que ce serait sans doute amusant. Et la voila partie légère et gracile, étonnamment agile.
Le passage dans le buisson d'épine fut un réel plaisir en vérité pour une nis légèrement sado-maso et cela eut tendance à l'exciter un peu. Bien sur elle réajusta quelque peu sa robe légèrement déchirée par endroit pour éviter de finir complètement nue.
Elle suivit ensuite cette grosse piste faite rien que pour elle, tellement étonnante de la part d'un macar que cela sentait la bouse d'Yrch à plein nez. Mais la nis avait d'autres cartes en main, si il s'agissait effectivement d'un traquenard.

Quelques instants après... "Halte". Ah, enfin il était temps se dit elle. Et alors qu' Enseldrir surgissait depuis un buisson, elle s'immobilisa.

L’énigmatique nis aux cheveux d'albâtre gratifia le macar d'un sourire exquis, espiègle et légèrement aguicheur.

Et le chasseur attrape sa proie. Ou bien est ce l'inverse ? Pensa t-elle. Dans cet étrange jeu elle ne savait plus bien qui poursuivait qui. De toute façon, elle ne savait plus bien grand chose la pauvrette. Son état mental s'était détérioré. L'orage dans sa tête semblait s’être apaisé depuis la dernière fois, mais peut être avait il prit une autre forme, différente. Elle était de plus en plus une créature de la taurë, sauvage et insaisissable. Imprévisible aussi.

Oh comme c'est excitant ! Cela me rappelle la fois ou Anwë m'avait poursuivie tout nu sous les frondaisons avec des intentions... Peu dissimulées. C’était juste après notre entrevue à l'auberge. Elle eut un rire cristallin. Au moins elle conservait une bonne mémoire de certaines choses.

Peut être, aurais-je dû me laisser attraper cette fois là. Fin sourire.

Mais je suppose que ce n'est pas ce genre de raisons qui vous mène à moi, ou mois à vous, n'est-ce pas ?

Chose particulièrement étrange la nis ne semblait pas le moins du monde épuisée, malgré l'allure soutenue du macar. Elle n'avait pas du tout la même prestance physique que son interlocuteur, mais elle était une grande magicienne, oui, une très graaaaaaande magicienne. Et les dons des vala étaient une source de puissance.
La maitrise des dons de Gaïaniel permettait à cette frèle et chétive nis d'approcher les capacités physique de n'importe quel soldat. Sans bien sur avoir l'air d'une catcheuse bodybuildée allaitée aux anabolisants, ce serait  fort disgracieux. Et les dons d'Hulmidiel(?) lui conféraient un avantage certain pour ne faire qu'un avec la forêt.
C'est d'ailleurs comme cela qu'elle avait pu échapper à ce cher et torride Anwë.

Le cas présent était quelque peu similaire, vu que la robe endommagée de Selesnya avait tendance à vouloir se faire la mâle, et qu'elle était obligée de la réajuster assez souvent. Cette robe déchirée ajoutait un charme certain a la nis, bien que, évidement, cela ne dusse pas vraiment être le principal intérêt du ner.

Ah ! Vous m'avez mise dans un tel état vil coquin ! Si je ne vous connaissait pas j'aurais put penser que ce fusse exprès. Elle réajusta une nouvelle fois sa robe.

Pourquoi me fuyez vous ? Vous craignez que je ne vous mange ? Je vous recommande d'utiliser une lame pour me pourfendre, c'est plus efficace. Fit elle en levant les sourcils dans un sourire divin. L'allusion était évidente mais c’était plus de la plaisanterie qu'une réelle provocation ou invitation.
Un bref regard permettait de constater qu'il n'y avait pas de trace de l'objet en question sur la nis, peut-être l'avait elle déjà rangé quelque part dans ses affaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enseldrir Malaevoldû
Oracle
Oracle
avatar

Nombre de messages : 151
Race : Elfe
Classe : Rodeur
Alignement : neutre Bon la plupart du temps
Date d'inscription : 27/06/2012

Feuille de personnage
PV:
32/32  (32/32)
PM:
22/22  (22/22)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Mer 11 Sep - 0:22

Sans pouvoir surmonter le choc, le nêr frissonna. Il y avait bien des choses qu'il avait vues, bien des dangers des plus sordides qu'il saurait braver sans l'ombre d'une hésitation, mais voir ainsi une estimée nis d'Eldalië sombrer dans les méandres insondables de la folie le touchait profondément et ébranlait les fondements. Il pria dans son fort intérieur :

Shadaliel !
Déesse ! Voilà que ton influence sombre quitte l'espace et ta trace subsiste encore dans l'éclat d'un regard, raisonnance sourde d'un esprit que Tu as en partie en ta garde bienveillante.


La flèche gagna le carquois, au sang elle n'était pas destinée aujourd'hui. Et c'était bien ainsi.

Si je suis le chasseur, sachez que je ne cherchais pas particulièrement de proie. Mais si je suis le chassé, alors effectivement, il y a capture.


Le nêr s'inclina avec grâce, l'arc dans la main droite, cette dernière effleurant sa sacoche contenant les potions de dissipation qu'il avait achetée à prix d'or quelques semaines auparavant

Lorsque l'ancienne Ambassadrice évoqua un souvenir commun, le neuna sourit sans retenue. Basculant sans honte dans un discours qui plairait à la Lunaire, il utilisa sa maitrise du verbe pour donner à sa voix des sonorités apaisantes et envoûtantes :

Sachez que mon souvenir de cette auberge est aussi affûté qu'un flocon de la saison de la nuit projeté par un blizzard sur une peau dénudée.
La proie échappe au chasseur, le chasseur laisse échapper sa proie. C'est dans l'ordre des choses. Et c'est bien ainsi.


En quelques pas mesuré, le jeune militaire réduisit l'espace qui les séparait. Il n'y avait guère de doutes sur la capacité de la nis à user de la magie des Vala. Malgré toutes les séances d'entrainement auxquelles sa première Cano le contraignit, il ne savait pas s'il pourrait résister à un sort offensif. Autant contrer rapidement une telle possibilité.

Derechef, il s'inclina face à la silhouette qui n'était plus dissimulée que par quelques morceaux d'étoffe.

Je vous présente mes excuses pour vous avoir conduit dans ce piège qui vous fit tant de mal.


Le macar avait remarqué l'état déplorable de la toilette de son interlocutrice mais, plus encore, c'était la présence de nombreuses estafilades sanglantes sur sa peau d'albâtre qui le mortifiait. Celles qui marquaient son propre visage et ses mains ne lui semblaient pas aussi cuisantes.
Sa main droite délaissa soudain son arme à un crochet escamotable qu'il fit apparaître avec dextérité sur le coté de sa sacoche. Elle disparut ensuite dans les méandres du contenant pour ressurgi garnie d'une fiole de potion de soin.

Si vous me permettez, voici un remède issus des cultes de Gaïaniel, Ulmidiel et Vélaniel. Il est efficace si vous l'absorbez mais plus encore si vous en usez directement sur les blessures.
Prenez-le comme un gage de ma bonne volonté.


Un échange de regard… comme une révélation soudaine. La nis qui le dévisageait tantôt à la fin de la cérémonie ! Elduniel ! Déesse ! Elle avait tellement changé ! Sa main soudain glacée tendait une fiole de verre jaune qui contenait un liquide violacé parsemé de paillettes d'or.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selesnya Lathvin'
Nouveau-né
Nouveau-né
avatar

Nombre de messages : 14
Race : Elfe
Classe : Druide
Alignement : Loyale Bonne
Date d'inscription : 28/06/2012

Feuille de personnage
PV:
32/32  (32/32)
PM:
22/22  (22/22)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Mer 11 Sep - 11:12

Oh mais non voyons, la traversée de ce buisson fut assez agréable, mon seul regret fut que vous ne m'y ayez point rejointe. Clin d’œil coquin.

Lorsque le ner lui présenta la fiole de soin, elle sourit et refusa.

N'allez pas gaspiller une potion de soin pour moi, je doute que cela fonctionnerait et puis vous savez, ma peau parfaite ne garde jamais bien longtemps les séquelles d'un passage en Taurë. Et c'était vrais, déjà les estafilades se refermaient. Bien sur la nis était une prêtresse maniant aussi le don d'Elduniel(?) (enfin la protection quoi). un simple sort de régénération venait à bout de ces petites griffures en quelques secondes. La peau de la nis avait retrouvé sa perfection, plus aucune trace n'y paraissait seule sa robe restait en piteux état.
Comprenez vous maintenant pourquoi il est possible d’apprécier le passage dans un buisson d’épine lorsqu'on est sous l'effet d'un sort de régénération lorsqu'on est SM comme Seles ? C'est comme une vierge de fer curative, en beaucoup moins douloureuse et plus naturel.

La nis ne possédait, à proprement parler, pas de réels sorts offensifs. On pourrait d'ailleurs se demander si les sorts tels que "vampirisme", avaient leur place dans le don de Shadaliel alors que la déesse avait elle même une sainte horreur des morts vivants. Une logique encore étrange, mais passons.
Il est vrais que Selesnya disposait de quelque sort qui pourraient mettre plus ou moins le ner à sa merci. Cécité par exemple, cependant il était probable que la macar sache bien se débrouiller sans ce sens. Ou même silence pour l’empêcher d'appeler à l'aide.
Selesnya ne lui ferait probablement pas de mal, mais qui sait, aurait elle envie de lui faire des choses qui ne plairaient guerre à Valkhyria ?
Et il est probable que la nis, à l'imagination débordante lorsque cela touche à l'érotisme et au plaisir, avait du utiliser mainte fois ses talents magiques avec ses nombreux amants.

Mais là n’était pas son but, du moins espérons le, pour Valkhyria... Même moi je ne sais pas en fait.
Elle reprit de sa voix cristalline.

Je crois que vous avez égaré quelque chose. Fit elle pensive. Quelque chose d'autre pouvait laisser songeur Enseldrir dans le discourt de la nis... " je doute que cela fonctionnerait" encore une élucubration de la nis a moitié folle ? Ou quelque chose d'important à souligner ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enseldrir Malaevoldû
Oracle
Oracle
avatar

Nombre de messages : 151
Race : Elfe
Classe : Rodeur
Alignement : neutre Bon la plupart du temps
Date d'inscription : 27/06/2012

Feuille de personnage
PV:
32/32  (32/32)
PM:
22/22  (22/22)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Jeu 12 Sep - 9:08


Un sourcil s'éleva. Subrepticement cependant car ce signe n'était destiné qu'à ceux qui pouvaient en déceler l'incongruité. Elle ne souhaitait pas son aide, soit.

Sa première phrase tenait lieu de plaisanterie, il en sourit aisément.
Cependant, si le reste de sa déclaration laissa le nêr interdit, la folie affichée de Selesnya, sa verve toujours décalée et ses provocations incessantes ne laissèrent guère de doute dans l'esprit d'Enseldrir.
Ensuite, alors qu'il rangeait soigneusement la fiole dans sa besace -précisément à l'endroit où il savait pouvoir y accéder rapidement- il acquiesça lentement ; signe qu'il percevait la réalité des faits énoncés et qu'il s'en trouvait rasséréné. La Déesse Mère apportait encore son soutien à l'ancienne ambassadrice. Si ce n'était pas une garantie absolue, ceci constituait néanmoins un élément à décharge. Mais qu'en était-il des autres Vala ?

L'éclat de l'insigne qu'il convoitait depuis trop longtemps brillait dans sa main délicate.

J'ai égaré cette chose. J'ai égaré mon chemin également.

Le regard du neuna se fit étrange. Sans s'adresser directement à Selesnya, il énonça d'une voix plus basse bien que parfaitement perceptible :

Si tu es bien une sorte de lutin des marais, tu me rendras les deux et pour cela tu me suivras, ronce ou pas ronce.

Le macar s'engagea d'un pas déterminé dans la densité des fourrés, le sang perlait sur ses blessures superficielles et ne semblait pas se tarir. Bientôt un pic épeiche fit entendre son étrange rythme, bientôt après avoir retrouvé la trace à suivre il déboucha à son tour en face d'un arc bandé dans sa direction…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selesnya Lathvin'
Nouveau-né
Nouveau-né
avatar

Nombre de messages : 14
Race : Elfe
Classe : Druide
Alignement : Loyale Bonne
Date d'inscription : 28/06/2012

Feuille de personnage
PV:
32/32  (32/32)
PM:
22/22  (22/22)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Jeu 12 Sep - 14:29

Ce que fit le macar surprit la nis qui à son tour haussa un sourcil puis les fronça d'exaspération et d'agacement. Elle n’était pas un lutin des marais. Une dryade, une fée ou une nymphe oui, mais pas un lutin. Et puis "tu me rendra les deux ?" Il y avait deux insignes ? Mais de quoi parle t'il ? Se demanda Selesnya. Le macar était devenu fou lui aussi ? La nis ne comprit guerre ces dernières paroles.
Le reste lui arracha un rire enfantin, certaine qu'il plaisantait.

Hey, vous espérez tout de même pas que je vous suive toute la journée quand même ! Enseldri... Aheuuu... Et ben si en fait...

Pouf ! Le macar venait de disparaitre dans les broussailles. Le sourire de la nis se déconfit.

Hey ! Non mais pour qui il se prend pour me faire passer pour le toutou d'un atan ! Grommela t'elle.
Je viens lui rendre son bibelot et il se barre ! C'est fou ça !

Enseldrir ! Cria t'elle pour qu'il l'entende. Si vous n'en avez plus besoin je le garde.

"La Taurë a donné, La Taurë à repris" Après tout, la nis ne faisait pas elle même qu'un avec la Taurë ? Ce qu'elle trouve elle garde, si l'on en veux plus. De toute façon qu’es qu’un Eldunielite allait faire avec un insigne de Gaïaniel, étrange tout ceci.

Ohééééééé ?

La nis attendit un petit peu pour voir si le ner revenait...

_________________________________________________________________________________________________________________________

L'arc se débanda aussitôt car encore une fois il n'y avait pas de flèche armée.

Selesnya était là à nouveau devant lui abaissant l'arme. Le macar venait pourtant de l'entendre crier derrière lui il y a quelques secondes. Comment étais-ce possible ? Imprévisible, imprévisible, ne l'avais je point dit ? Le pic épeiche ? Une coïncidence probablement.

Et le chasseur attrape sa proie. Fit Selesnya en souriant, lui montrant de manière amicale l'ironie de la situation dans laquelle il l'avait mise un peu plus tôt avec son propre arc. Bien qu'elle eut été offensée par le gros vent qu'il lui ai mise, elle conserva une attitude amicale avec lui. Pour elle c’était un jeu rien de plus.
Ce n'est pas très gentil de laisser une damoiselle en détresse seule au cœur de la forêt. Vous avez de la chance je ne suis pas très bonne à l'arc, je préfères un bon gros bâton bien solide. A nouveau sourire taquin.

Et où croyez vous aller comme ça hein ? Ou sont passées vos bonnes manières et votre bienséance, ma compagnie vous déplait elle tant que ça ?

Vous m'avez l'air pressé mais vous oubliez, que c'est moi qui ai l'objet et vous ne m'avez guerre mise dans d’excellentes conditions pour vous le rendre, je ne suis pas un chien que l'on mène par une laisse. Vous auriez dû au moins me remercier d'avoir fait tout ce chemin pour vous le rapporter hmmm ?
La nis était peut être à moitié folle, mais elle était loin d'être idiote et surtout extrêmement loin de se laisser mener à la baguette. Par un bon gros bâton bien solide je ne dit pas mais par une baguette, ça non.

Enseldrir entendit derrière lui la voix de Selesnya.

"Ohééééééé ?"

Il y avait deux Selesnya ? Le ner devenait il fou réellement ?

La Selesnya en face de lui secoua la tête et hurla:

Oh ! Silence Numéro 1, je l'ai là.

Un écho lui répondit.

"Ah bon d'accord, j'arrive alors !"

La nis secoua la tête d'exaspération et repris...

Heu donc ou en étions nous mon chou ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enseldrir Malaevoldû
Oracle
Oracle
avatar

Nombre de messages : 151
Race : Elfe
Classe : Rodeur
Alignement : neutre Bon la plupart du temps
Date d'inscription : 27/06/2012

Feuille de personnage
PV:
32/32  (32/32)
PM:
22/22  (22/22)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Ven 13 Sep - 23:46

Surprise… puis un zeste infime d'agacement parcoururent le regard du nêr. La fugacité du dernier sentiment n'aurait pu être perçue que par un membre d'Eldalië profondément sensible.

Des voix qui se répondent, identiques. Le macar était soudainement très mal à l'aise.

La magie et ses artifices ! Soit il s'agissait d'essence d'origine Divine, et dans ce cas ceci n'était qu'un gaspillage éhonté d'énergie, ou alors il s'agissait des arcanes de Vélaniel, et alors elle n'était pas la bienvenue.
Néanmoins, le jeune militaire consentit à s'arrêter et à discuter à nouveau même si cela n'arrangeait pas ses affaires.
Pas bonne à l'arc… c'était pourtant bien cette arme qu'elle avait en main. Et elle ne portait pas de bâton…

Son arc à l'horizontale, le neuna se détendit un peu.

La proie… le chasseur… ce qui était tout relatif devient plus net avec le temps.

Il soupira et regarda l'ancienne Ambassadrice dans les yeux.

Je suis pressé en effet.
Mes bonnes manières n'ont droit de cité que lorsqu'elles n'interfèrent pas avec mes devoirs…
-il chercha discrètement et en vain la trace d'une fonction sur le reste de robe de son interlocutrice- Selesnya Lathvin'. Votre compagnie ne me déplait pas du temps que vous ne me barrez pas le passage.
Je n'ai aucune idée de la manière de réagir face à la créature que les atani appellent un chien mais l'idée saugrenue de la balader au bout d'un lien ne me viendrait certainement pas. Alors comment pouvez-vous imaginer que je songe à faire ainsi avec une elfe, même mentalement ?


Enseldrir plia un coude et leva l'avant-bras devant-lui, main ouverte et doigts légèrement écartés.

Si vous êtes venue me rapporter un objet, alors faites-le. Je vous en remercierai. Mais je doute que ce soit seulement votre but car vous auriez pu le rendre avant cette course. Ainsi vous nous auriez évité blessures et déchirures et la perte de mon chemin.


Ses doigts se rejoignirent et sa main retomba à ses cotés. Il soupira et détailla les lambeau de ce qui avait été une tenue probablement magnifique avant.

Comme vous vous trouvez à semi-dénudée par ma faute, je m'engage à vous fournir une robe aussitôt que je joindrais une ville et une tenue de la macari dès maintenant si vous le désirez.


Puis, le militaire regarda à nouveau la nis dans les yeux, son regard n'était pas sévère mais il brillait d'une volonté forte.

Si vous avez trouvé un badge appartenant au culte de la Mère, c'est effectivement un objet que j'ai égaré. Redonnez-le moi ou gardez-le, il m'importe peu. Vous servez encore Gaïaniel, donc il n'est plus égaré.
Je dois retrouver mon chemin à présent.


Dernière édition par Enseldrir Malaevoldû le Sam 14 Sep - 23:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selesnya Lathvin'
Nouveau-né
Nouveau-né
avatar

Nombre de messages : 14
Race : Elfe
Classe : Druide
Alignement : Loyale Bonne
Date d'inscription : 28/06/2012

Feuille de personnage
PV:
32/32  (32/32)
PM:
22/22  (22/22)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Sam 14 Sep - 12:12

Si un mage a du mana c'est pour s'en servir et pas pour le laisser dormir, c'est du moins se que pensait Selesnya, qui tout les jours usait de ses dons, et les développaient. C'est justement parce qu'elle elle faisait ce "gaspillage éhonté d'énergie" quotidien qu'elle était parvenue à un degré de maitrise tel des dons divins. Les soldats ont leur entrainement physique qui affutent leurs corps. Pourquoi les mages n'auraient ils pas droit à un entrainement magique, qui améliorent leurs aptitudes et leurs sortilèges ?
Autodidacte, la nis ne demandait rien à personne, car tout le monde aurait surement eu la même réaction qu'Enseldrir. Et c'est ce qui faisait des mages d'Eladië(?) des mages bien pitoyables et laxistes comparés aux Archimages de l'Atrénie(?), bien entrainés. Selesnya aimait la magie comme une amante et en secret, elle développait ses dons divins depuis très longtemps, comme le ferait un Archimage. Elle les développait notamment pour se protéger elle même et pour protéger les autre et il n'y avait aucun mal à cela. Que ses don lui servent de temps en temps pour jouer avec ses amants ou faire une petite farce était épisodique et n'avait rien de bien grave.
Selesnya était une grande magicienne.

Comme pour répondre à l'interrogation du neuna l'arc dans la main de la nis se volatilisa tel l'illusion qu'il était.

Le discourt un peu abrupt du neuna arracha un sourire a la nis mais ne la surprit pas le moins du monde. Il n'avait pas changé d'un pouce... Toujours droit et fier, sur de lui... C'était charmant dans un sens et vexant dans un autre.
Concernant les chiens évidement le ner n'avait que peu de notion de culture attane, il n'avait jamais quitté la Taurë sans doute. L'ancienne ambassadrice elle savait ce que cela représentait, elle était allée en Korh(?). La suite provoqua un rire chez son interlocutrice qui n'en croyait pas ses oreilles. Comment pouvait t'il l'accuser a elle de les avoir mis dans cette situation ? C’était illogique et irrecevable...

Mais attendez, vous plaisantez, n'est-ce pas ? C'est vous qui avait fui au moment ou j’allai vous rendre l'objet, me contraignant à vous suivre pour vous le rapporter ! Si vous avez perdu votre chemin c'est entièrement de votre faute, ne rejetez pas vos tors sur quelqu'un d'autre.

La nis fronça les sourcils, lui tenir tête était déjà un affront mais en plus l'accuser d'être responsable de cette situation était réellement insultant. Elle lui répondit sèchement.

Je n'ai cure de ma tenue, ce sont des choses qui arrivent lorsque l'on est du culte de l'Oeil et les tailleurs Gaïanielites sont toujours prêts à raccommoder au retour de la Taurë.

Son visage n’était plus du tout souriant.

Et par dessus le marché vous souhaiteriez que je garde cet objet ? Après m'avoir faite courir pour vous le rapporter ?
Si la nis était a moitié folle, Enseldrir agissait de manière inexplicable et illogique. Sa fuite, son désintérêt ensuite pour celle qui vient lui rapporter l'objet et son désintérêt même pour l'objet. Selesnya n’était pas quelqu'un que l'on pouvait convoquer puis congédier comme un vulgaire vallet ou comme un de ceux sous les ordres du macar. Peut être Enseldrir ne côtoyait il que trop des gens sous ses ordres habitués à accomplir à la lettre ses moindres désirs, qu'il en avait ainsi oublié comment c'était de s'adresser à des personnes normales, d'égal à égal (et oui Selesnya n'est pas un pnj ^^). Et tout ceci commençait déjà à l’éreinter au plus haut point.

La première Selesnya arriva dans le dos d'Enseldrir et ajouta :

Cet objet n'a donc pas de valeur pour vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enseldrir Malaevoldû
Oracle
Oracle
avatar

Nombre de messages : 151
Race : Elfe
Classe : Rodeur
Alignement : neutre Bon la plupart du temps
Date d'inscription : 27/06/2012

Feuille de personnage
PV:
32/32  (32/32)
PM:
22/22  (22/22)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Dim 15 Sep - 1:35

Derechef, un sourcil s'éleva. Il ne saurait accepter cette interprétation des faits ! Elle aurait pu appeler, ne pas se cacher lorsqu'elle savait qu'il cherchait un objet qui lui était cher et qu'elle avait récupéré !
Elle ne semblait pas non plus se rendre compte que sa robe avait vraiment sévèrement pâti du tunnel de ronce, par les accros et les taches de sang. Qu'importait qu'elle porte un arc ou que ce ne fût qu'une illusion.
Mais il avait affaire à une personnalité fragile à laquelle Shadalielle devait son secours alors il baissa pavillon.

Il s'inclina en prenant le temps de le faire.
De bien le faire.
Le temps qu'il n'avait pas, le temps qu'il n'avait plus.
Son regard était clair et direct, d'une apparente franchise qu'il ne pouvait s'agir que d'un artifice d'un servant de l'Archère ou de la vision d'une âme ouverte.  

J'entends et je comprends votre point de vue, représentante de la Mère. (Il ne savait pas quel titre lui donner, et cela le décontenançait.)

Cet objet à une valeur extrême pour moi.


Enseldrir n'allait certainement pas lui révéler sa provenance, car ceci mettrait en danger sa mère qui avait fait l'effort de se mettre elle-même en porte-à-faux pour Valkhyria et lui. Pas en ces temps où les cultes étaient sous l'influence d'un Grand Intendant qui avait tout des caractéristiques du Kheyldarien illuminé mais qui gouvernait Eldalië. En l'absence de la Reine… Un voile d'inquiétude passa sur son regard.

Mais il appartient avant tout au culte de l'Oeil.
Aussi, comme il est sous votre garde, je m'en trouve divinement rassuré, Selesnya Lathvin' !

Pardonnez-moi de vous bousculer à nouveau, car si j'avais le choix, je ne le ferais pas, vous le savez. Mais mon groupe attend un peu plus loin et je n'ai que trop tardé.


Il fit quelques pas et s'arrêta, se retourna face aux deux nis jumelles. Parvenant à surmonter l'aversion qu'il avait de la magie, il se concentra sur une d'entre-elles

Si votre cœur vous dit d'aller dans la même direction que moi, vous êtes la bienvenue, croyez le bien. Sinon, je saisirais là la dernière vision d'une amie et le dernier espoir de récupérer un objet qui m'est personnellement lié.

L'Eldhuniellite sourit sans intension cachée son âme s'ouvrit.

Les atani ont plusieurs usages de leurs chiens.
Suivez-moi ou non. C'est votre choix. Donnez-moi cet objet ou non, c'est votre volonté. Si vous me suivez, ce sera pour vous servir de moi comme un détecteur d'amis, lui même bien aise de cela.
Mais je vous en conjure, ne tirez plus sur ma laisse !


Une inclinaison polie, puis un tourbillon de feuille et de branche, une flexion d'un arbre, un chemin oublié. Une trace bien aisée à suivre rien que part l'ouïe, mais un objectif rapide comme un éclair. Au-delà de l'entrainement du militaire, il était évident que ce terrain était celui d'Enseldrir et qu'il s'ingéniait à changer de direction tout en signalant sa position.
Il ne souhaitait plus être rejoint.
Mais ne comptait distancer quiconque.

Irruption d'un bosquet dans une clairière, la silhouette du neuna s'ébroua face à un arc bandé…
Encore.
Un arc sans flèche…
Là aussi.- et c'était tout aussi bien - .
Mais cette fois brandit par deux paires de main qui appartenaient à deux personnes bien distinctes. Valkhyria et Gwerfaël.

Ce n'est qu'après que l'arc en question se baissa qu'il remarqua celui - au repos mais bel et bien armé d'une flèche mortelle - qui veillait dans les mains expertes d'un éclaireur au regard sévère.

Le neuna de plia en deux, reprit son souffle, fit un signe d'apaisement à son second et esquissa un sourire apaisant à la paire formée par le père et la fille. Son regard cependant n'était pas dénué d'un soupçon inquisiteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eámanë Enialis
Marauder
Marauder
avatar

Nombre de messages : 187
Race : Demi-Elfe
Classe : Rodeur
Alignement : Neutre-bon
Date d'inscription : 27/06/2012

Feuille de personnage
PV:
36/36  (36/36)
PM:
21/21  (21/21)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Dim 15 Sep - 1:51

Un tronc d’arbre ni trop fin, ni trop large, à une distance correcte et dont l’écorce avait, de toute évidence, été rongée par un petit rodeur pour y creuser éventuellement son garde-manger. 
Sa plaie, une cible parfaite pour une flèche imaginaire.

Tendre la corde.
Respirer.
Corriger la mire et…

Enseldrir !!!

Seule l’imposante carrure paternelle collée à son dos empêcha le mouvement instinctif de recul de l’archère lorsque la silhouette du Neuna surgit brusquement de nulle part. 
Rigoureusement entre elle et l’objectif visé.
Visiblement essoufflé et suivit d'un léger tintement métallique qu'elle perçut à peine au travers de sa surprise.

Gwerfaël eut juste le temps de resserrer sa poigne autour de la main de sa fille pour retenir la corde de l’arc, qui se serait surement échappée d’entre ses doigts avec les conséquences envisageables auxquelles il n’osait penser, s’il n’avait pas eu ce bon et prompt reflexe d’intervention.

L’air autour du couple se chargea de quelque chose qu’il n’aurait su définir en son genre, mais dont il connaissait parfaitement la source pour en avoir fréquemment souffert lui-même : le poids des non-dits, dont il était cette fois coupable et qui trop souvent portaient à mauvais jugements et ressentiments.
Sauf que dans ce cas, Gwerfaël ne percevait pas vraiment cette sorte de pesanteur à laquelle Valkhyria l’accoutuma, mais quelque chose qui malgré tout lui indiquait qu’il était temps de s’éclipser. 
Le shadallielite se savait de trop.

Il ôta délicatement l’arme des mains de sa fille qui, s’étant figée, sortit subitement de sa léthargie physique, faisant battre ses paupières. 

Plus tard, nous pourrons de nouveau tenter l’exercice après avoir encoché une flèche si tu le désires, fit-il sur un ton bienveillant, un sourire narquois adressé au neuna.

Puis cherchant à dégager de l'impasse celui ayant permis ces retrouvailles qui tenaient presque d'un prodige à ses yeux, il se pencha pour murmurer brièvement quelques phrases à l'oreille de l'archère avant de s’éloigner satisfait de lui, toujours sous le regard attentif et suspicieux du second.

Nul autre que l'intéressée put ouïr ce qui fut prononcé, mais cette initiative contraria visiblement la belle, dont le visage se fit sévère et dont les poings se resserrèrent le long de ses flancs, ce qui ne manqua pas de mettre le nêr en face d'elle extrêmement mal à l'aise.

Depuis combien de temps Enseldrir ?

Se sachant profondément injuste, elle leva aussitôt les palmes tournées vers lui, les agitant en signe de négation, tout en reculant progressivement.

À réflexion faite, je crois préférer ne pas le savoir.

Je… je suis profondément désolée pour le comportement inapproprié de mon père. Je n’aurai jamais pensé qu’il puisse en arriver à ce point.


Elle continua en son recul, puis se retourna pour échapper à pas précipités de l’attention d’un nêr tout pantois et de son éclaireur un poil intrigué, pour se mettre à la poursuite d’un autre qui, resté en affût sonore, n’attendait que ce moment depuis des cycles.

Dès qu’elle fut assez proche derrière lui, l’archère l’agrippa par une manche en y exerçant une traction si violente, qu’il ne put, ni voulut y résister et se trouva enfin confronté à sa furie en toute son ampleur.

Comment as-tu pu lui faire une chose pareille !

La contenance et l’impassibilité de l’elfe l’irritèrent au-delà du raisonnable.
Insouciante de la stature du shadallielite et moins encore de l’audience pouvant les observer de loin et dont elle n’avait même plus conscience, elle en repoussa la proximité de ses deux mains contre son torse, une première fois…

De quel droit Gwerfaël ?

Puis une deuxième.

De quel droit !

Elle se préparait à une troisième bousculade lorsque le nêr s’empara de ses épaules pour en briser la charge et l’immobiliser exactement là où il la souhaitait, les nerfs à vif et incapable de s’opposer aux émotions qu’il se préparait à déclencher. Le ton se fit ferme, sans perdre de son calme.

Il s’en suffit maintenant !

N’es-tu pas encore lasse de gâcher ainsi le temps à me haïr au lieu d’en vivre pleinement chaque instant ?
Tout ce précieux temps.
Inutilement gaspillé entre les regrets et les illusions d’un passé qui ne peut être changé, au lieu de regarder au-devant et d’apprécier ce à quoi tu ne serais jamais parvenue sans !


L’éclat rageur qui faisait étinceler le regard de la demie-nis s’endurcit. Mais l’elfe n’en tenu compte et lui porta un coup supplémentaire, qu’il lui assena d’une voix qui se fit aussi douce que traitre, écartant les bras pour embrasser la beauté sauvage les entourant.

Regarde autour de toi Valkhyria, et observe attentivement tout ce dont tu es entourée aujourd’hui.
Toute cette richesse et cette splendeur verdoyante qu’est la Taurë et qu’aucun bien matériel portant le nom des De Delfort n'aurait pu t’offrir.

Toute cette liberté qui pourrait bientôt devenir aussi la tienne, liberté dont tu as toujours été assoiffée et à laquelle tu n’aurais jamais eu droit en terres Kheydariennes ?


Il fit une courte pause pour lui permettre d’en assimiler les avantages. 

Tout ceci n’est-il pas… grisant ?

Le shadallielite pouvait sentir les convictions de sa fille fléchir et bien décidé à les plier définitivement, il se réserva son point de faiblesse le plus délicat pour la fin.

Imagine une enfance parfaite et heureuse, au sein d’une Ythoria tout aussi hypocrite que tu la connais.
Qu’en serait-il en cet instant précis de tout cela et… d’Enseldrir ?


Autre pause pour lui permettre d’en soupeser les facheux inconvénients.

En connaissance de tout ceci et si il t’en était donné la possibilité, reviendrais-tu en arrière, ne serait-ce que pour changer une seule seconde de ton existence, sachant que les suivantes déjà vécues disparaitraient à jamais.

Méprisable, pensa la demie-nis. Mais uniquement parce qu’il avait entièrement raison.
Entêtée, pensa l’elfe. Mais uniquement par habitude de contrariété.

Laisse-moi t’aider : non.

Il soupira et leva son visage au ciel en quête d’aide divine, avant de remettre toutes ses cartes en jeu.

Je n’ai jamais vraiment eut le choix de pouvoir être le père que tu aurais souhaité ma chérie. Du moins, jamais avant ce jour.
Les institutions kheyldariennes m’en empêchèrent. Par loi.
Et ta mère en fit tout autant… par amour et dévotion, envers toi tout comme envers moi.


Ce fut devant le regard incertain et suspicieux de sa fille à cette dernière révélation que l'elfe réalisa qu’Enseldrir était encore en possession de sa correspondance. Cela n’avait plus vraiment son importance ici et n’aurait su influencer sa décision.

Mais à présent et que tu le veuilles ou non, j’ai toute l’intention de les revendiquer.

Sous l’effet du stress qu’il avait progressivement accumulé durant leur conversation, sa blessure recommença à tirer le muscle de son épaule offensée en le faisant souffrir plus qu’il n’en donnait à le voir. Il se massa la nuque du côté opposé.

Néanmoins, pas avant une bonne nuit réparatrice.
Cela fait bien trop longtemps que je ne m’en suis plus accordée une digne de ce nom !


Il hésita, puis lui effleura le menton du bout des doigts en guise de révérence avant de s’éloigner une nouvelle fois, tout en lui laissant de quoi s’occuper.

Profite de la tienne pour méditer, Eámanë.

Sans détacher ses yeux d’émeraude de la figure qui s’écartait d’elle, l’archère marmonna une espèce de cantilène répétitive à voix basse en sa langue natale.

Un mensonge. Ce n’est qu’un mensonge. Rien d’autre qu’un vil mensonge.

Lorsqu’elle pivota sur ses talons pour prendre la direction opposée, elle se heurta au torse d’Enseldrir, qui voulant s’assurer de ce qui substituait de son bien-être, décida de la rejoindre dès que le shadallielite laissa champ libre.

La belle le dévisagea, d’un air quasi absent au début.

Tu aurais dû m’en parler.
C’est inouï !
Du chantage !
Le père d’une ambassadrice active dans l’exercice de ses fonctions en Heldalië, se permettre de faire du chantage à un Neuna !


Emportée une fois de plus par la colère, pas un seul instant la demie-nis n’imagina que par son seul rang, une telle éventualité envers lui était tout simplement ridicule.


Dernière édition par Eámanë Enialis le Lun 16 Sep - 11:00, édité 24 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selesnya Lathvin'
Nouveau-né
Nouveau-né
avatar

Nombre de messages : 14
Race : Elfe
Classe : Druide
Alignement : Loyale Bonne
Date d'inscription : 28/06/2012

Feuille de personnage
PV:
32/32  (32/32)
PM:
22/22  (22/22)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Dim 15 Sep - 12:23

Les deux nis se regardèrent incrédule devant le discourt du ner puis sa disparition.

Il n'a pas... Fit l'une.

Je crois que si... Répondit l'autre.

----------------------------------------------------

Alors qu' Enseldir se croit enfin loin de la nis embarrassante et qu'il contemple avec aise que l'arc brandit cette fois n'est pas celui de Selesnya. Une voix lui murmure à l'oreille.
Une présence familière sur sa gauche à quelque centimètres de lui est en train de lui parler. C'est Selesnya, la vrais cette fois, qui d'un halo invisible s'est drapée. Le macar tellement absorbé par la fuite des fausses Selesnya n'avait même pas conscience d'être talonnée par la vraie.

Vous n'êtes pas drôle macar, pas drôle du tout et je tacherais de m'en souvenir. Vous ne m’intéressez plus, ni vous ni cet objet.

Et dans un bruit sourd, l'objet tant convoité se retrouve au pieds du macar.

Ne me faites plus jamais perdre mon temps.

Puis la présence se volatilise, pour ne faire plus qu'un avec la Taurë comme depuis le début.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enseldrir Malaevoldû
Oracle
Oracle
avatar

Nombre de messages : 151
Race : Elfe
Classe : Rodeur
Alignement : neutre Bon la plupart du temps
Date d'inscription : 27/06/2012

Feuille de personnage
PV:
32/32  (32/32)
PM:
22/22  (22/22)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Mar 17 Sep - 0:16

Le choc d'un murmure alors qu'il croyait avoir surmonté cette épreuve, la vision d'un objet que l'on jette.
Puis l'absence, l'incompréhension, le soulagement et l'inquiétude.
S'il pouvait comprendre qu'il n'amusait plus Selesnya, le militaire ne pût interpréter son accusation de l'avoir fait "perdre son temps".
S'il se trouvait souvent inconfortablement sollicité par les jeux de la nis, le nêr se trouva libéré par son manque soudain d'intérêt.
Enfin, la plus cruelle des épreuves lui fût infligée par l'inévitable morsure du doute. Le neuna se questionna : pourquoi l'avoir suivi jusqu'ici ? Pourquoi avoir évité Valkhyria ? Elle qui était son amie.

En reprenant son souffle, Enseldrir esquissa une prière tout en ramassant un objet qu'il pensait bien ne plus revoir.

Shadaliel ! Déesse ! Puisses-tu entendre ma voix et lui venir en aide.

Le regard surprit de Valkhyria lui fit venir un sourire irrépressible, il se redressa et instinctivement tourna légèrement la tête vers la source du vide.
Puis réagissant à la provocation du Kheyldarien, il darda ses iris sur la nuque de se dernier tandis qu'il s'éloignait.

L'intensité de sa foudre, intensifiée par sa dernière entrevue avec une ancienne ambassadrice d'Eldalië devenue folle gela instantanément lorsqu'il croisa le regard de son aimée.

Un regard tel qu'il lui en connaissait peu depuis bien longtemps. Il eut les plus grandes peines du monde à maintenir le contact avec les yeux de son aimée, et plus son effort grandissait, plus sa rancœur envers le géant exilé croissait.

Devant la question directe de la belle, le neuna serra les mâchoires. La lettre d'Anaëlle lui brûlait le dos même à travers son sac de voyage.

Lorsque la demi-nis annonça préférer ignorer certaines choses, le nêr crût qu'elle allait leur déchirer le cœur de quelques paroles, il tenta un signe d'arrêt avant de réaliser qui n'aurait été compris que par les membres de la macari. Son bras retomba lorsqu'il comprit ce qu'elle énonçait et au-delà, ce qu'il en déduisit :

Un sacrifice. Un mensonge. Faut-il donc toujours que Shadaliel se joue d'eux !

Lorsque Valkhyria s'éloigna de lui d'un pas ferme et décidé, il sût que son rôle n'était pas de l'accompagner. Dans l'attitude du nêr kheyldarien en attente, il décela une intention que son cœur savait bienfaisante.

Dans la périphérie de son regard, le neuna devina l'attention de Terendul. Sans quitter des yeux le père et la fille qui joignaient le geste à la parole, il transmit mécaniquement des ordres à son second.
Pas de danger – Attention – autour – 1 élément – magie – repérage, localisation,surveillance – pas d'intervention – rapport – aller.

Alors que l'éclaireur s'éclipsait, le macar observait encore ce qu'il se passait un peu plus loin sans pouvoir percevoir plus que quelques brides de mot sans aucun sens.

Une seule certitude se distingua au travers des bribes de conversation qui lui sembla remarquable à elle-seule… ils utilisaient l'elfique entre eux !
L'échange lui paru extrêmement violent, une violence à la mesure de tous les non-dits accumulés depuis des cycles et soumis au grill des ressentiments et du renoncement forcé.

Lorsqu'un signe d'adieu signa la fin de leur huis-clos, Enseldrir osa approcher. Encore à demi-coupable de la mise en scène qui les avait conduits ici, il n'osa signaler sa présence tout de suite, ce qui lui permit d'entendre une phrase en humain.

Gwerfaël ! Qu'avez-vous donc encore inventé !

Faisant soudainement demi-tour, sa bien-aimée manqua de le heurter de plein fouet.
Avec un air un peu hagard, elle regarda son visage sans sembler le voir.
A la fin de sa tirade, il l'enserra dans ses bras, respira le parfum de ses cheveux, et reprit :

J'aurais dû t'en parler.

Il la berça doucement, guidant ses courbes sous les paumes de ses mains.

C'est inouï.


De quelques mouvements et massages apaisants, il lui fit comprendre qu'ils leur faillaient maintenant s'asseoir. Et une fois apaisés sur le sol de la Taurë sacré il prit une main de la demi-nis dans les siennes et dit fièrement :

J'ai chanté.


Portant la palme de son aimée sur son visage il ajouta :

Mon âme a chanté.


Ses yeux brillèrent lorsqu'il conclut en conduisant ses doigts sur sa poitrine qui raisonnait d'un son sourd et puissant :

Mon cœur a chanté.


Son sourire vint en contrepoint.

Melda, comment aurais-je pu résister ?


Soudainement il se tortilla et dégagea une sangle de son sac, une de ses mains fouilla dans ses tréfonds et elle en ressortit une missive soigneusement emballée dans une double couche d'étoffe étanche confinée entre deux plaques de bois laqué.

Je tiens en ma possession ce témoignage du passé qui en dit plus que les vivants pourraient le faire. Aucun instant de ces dernières semaines ne m'a paru plus propice pour que tu le découvres. Mais cette attente n'a que trop duré.

Le précieux composite remis entre ses mains, la demi-nis se trouva soudainement sous la charge immense de devoir faire les gestes qui libèreraient une parole dont elle devait se douter qu'elle venait de très loin.

A ses cotés, le nêr se saisit d'une de ses épaules et la serra légèrement.

Je suis là, tout près. Si tu le souhaites, je t'aiderai dans l'interprétation des signes de la langue ancienne.
Cependant, dans le cas où tu préférerais rester seule, je le comprendrais.

Les yeux de l'elfe brillaient de l'intensité de l'amour tandis qu'ils s'ourlaient de la cuisance d'une trahison qu'il ne parvenait pas à regretter.


Dernière édition par Enseldrir Malaevoldû le Jeu 19 Sep - 1:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eámanë Enialis
Marauder
Marauder
avatar

Nombre de messages : 187
Race : Demi-Elfe
Classe : Rodeur
Alignement : Neutre-bon
Date d'inscription : 27/06/2012

Feuille de personnage
PV:
36/36  (36/36)
PM:
21/21  (21/21)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Jeu 19 Sep - 0:38

Valkhyria avait espéré jusqu’au bout de son ingénuité entendre le nêr démentir chacune des paroles prononcées accusant Gwerfaël de manœuvres d’intimidations.
Mais il n’en fit rien, faisant chavirer toutes perspectives de réconciliation, auxquelles elle avait inavouablement donné plus d’espace qu’elle n’aurait dû sans se soucier de se protéger d’un éventuel désappointement supplémentaire.

Elle avait cru discerner dans l’attitude de son père un éclair de regret et de rédemption.
Le reflet de ses propres désirs de mettre de côté leurs respectives divergences pour trouver enfin un terrain de réunification.
Mais comme à l’accoutumée, ils finissaient, qui pour une raison et qui pour une autre, par s’accrocher et tout gâcher.

Ainsi, rendue muette par la déception, elle ne put qu’accueillir le soutient physique et régénérant des bras d’Enseldrir lorsqu’il l’enserra.
Il ne fut pas très difficile ensuite pour le macar d’attirer l’archère avec lui vers le moelleux tapis végétal. Son corps ne demandait en effet qu’à se détendre et s’acquitter de toute tâche. Maintien de sa posture y compris.

De son comportement singulier, il ajouta au mal-être de la kheyldarienne de la confusion.
Ce n’était pas là en effet la réaction que l’on s’attendait d’une victime dont on avait abusé de confiance. Mais plutôt, l’expression de contentement d’un bénéficiaire…
Oui mais…
La demi-nis n’eut pas le luxe de pouvoir pousser ses observations jusqu’à se demander …de quoi, captive sous l’emprise de l’intimité de ses gestes accompagnés.

Son brusque détachement attira immédiatement l’attention de la belle sur son sac dont il fit apparaitre un objet qui lui était totalement étranger.
Elle put constater sans l’ombre d’un doute qu’il avait été créé par des mains elfiques. Ses fins ciselages en disaient tout autant sous le toucher de ses doigts.

Le nouveau geste de soutien de sa part ne fit qu’accroitre son appréhension.
Il ne faisait rien pour rien. Donc s’il imaginait qu’elle en avait besoin… c’est qu’il ne pouvait s’agir que de quelque chose dont elle n’était pas certaine de vouloir découvrir les répercussions.
Elle libéra les liens qui retenaient les plaques avec difficulté, en partie dû à son nervosisme, ainsi qu’à la complexité avec laquelle ils furent entrelacés.

Un document en elfe antique !?!

La belle ne put s’empêcher de se faire suspicieuse et un tantinet distante, se demandant d’où lui provenait cette certitude avant même de lui laisser le temps de l’ouvrir.
Mais elle se restreint pour le moment de lui faire la remarque.

Je ne serai probablement pas capable de le déchiffrer en son intégralité. C’est un langage qui m’est encore presque totalement inconnu par écrit, tant il est complexe.

Ainsi elle tendit le document vers lui, lui laissant le loisir d’en écarter les plis et attendit qu’il le lise à haute voix pour elle.
Il s’agissait probablement d’un message adressé à l’ambassadrice de la part du Valandur, étant donné le rendez-vous imminent avec ce dernier, pensa-t-elle.
Enseldrir avait parlé de réponses venant du passé et le Grand Prêtre d'Eldhunielle était surement mieux placé que beaucoup d'autres pour faire des recherches plus approfondies sur son compte et celui de sa famille d'origine elfique.

Avant qu’il ne prenne parole, elle lui demanda comme il aurait dû le prévoir, le nom de l’auteur.


Dernière édition par Eámanë Enialis le Mer 25 Sep - 13:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enseldrir Malaevoldû
Oracle
Oracle
avatar

Nombre de messages : 151
Race : Elfe
Classe : Rodeur
Alignement : neutre Bon la plupart du temps
Date d'inscription : 27/06/2012

Feuille de personnage
PV:
32/32  (32/32)
PM:
22/22  (22/22)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Mer 25 Sep - 0:07

Timidement, la demi-nis découvrit l'artefact et le parcourut d'un effleurement furtif de ses doigts.
Sans qu'il ne puisse rien y faire, la tension gagna les trapèzes du macar. Il n'arrivait pas à relativiser, se distancer de l'importance du moment.
Fugitivement, il se rendit compte à quel point il devait coûter à Gwerfaël de ne pas être ici à sa place. Mais il parvint à éluder cette pensée et à se concentrer dans l'instant présent.
Les mains de son aimée étaient aux prises avec les liens qu'il avait lui-même inconsciemment sécurisé, aussi le neuna profita du répit que la différence de culture lui offrait pour se recentrer.
Dès lors, quand la Kheyldarienne s'interrogea et finit par lui tendre le pli, il était paré.

Ambassadrice de son royaume…(les minuscules paraissaient clairement dans ses paroles, rendant son discours étrangement intriguant car ce n'était pas habituel pour Enseldrir)
… cet emballage est celui que j'ai confectionné pour une missive. Nombre de ses constituants ne sont pas de ma fabrication, mais j'en revendique la conception.

Sa main hésita, tenant le pli suspendu. Sa voix se fit plus intime, le ton resta celui qui convenait à une déclaration officielle.

Valkhyria…
… je tiens ce message de ton père. Remis en main propre et sans contraintes physiques ou morales.

Les plaques de bois laqué claquèrent en tombant. Le timbre du nêr sembla se charger d'une incommensurable empathie.

Eámanë…
… il n'est question là que d'amour. Un amour que le monde des Atani a tenté de compresser et de calciner mais, pour autant, qui jamais ne s'est renié.


Valar ! Les syllabes de ce nom enfin prononcé pour ses oreilles à elle lui parurent faites de douceur et de  miel. Il ne pût résister au plaisir de le prononcer à nouveau tout en renforçant son étreinte alors qu'il lui révélait l'identité de la rédactrice en ouvrant le parchemin.

Eámanë…
…Melda…
… cette lettre est écrite par Anaëlle.


Il sentit aussitôt un frisson parcourir le corps de son aimée. Frisson que suivit un spasme qui illustra le paroxysme d'un choc qu'elle savait devoir arriver.

Tenant la correspondance d'une main, le macar effleura de l'autre le visage de la belle du bout des doigts. Délicatement, elle captura la palme dans la sienne et la fit rejoindre le papier précieux. Il sut alors qu'il était de son devoir d'en faire la lecture, sans plus éluder ni cacher.
Le texte était relativement simple en sa construction mais ce qui posa le plus de difficulté à l'Eldunielithe était la charge émotionnelle dont il était paré.
Sa volonté de ne plus cacher, dissimuler ou se masquer devant Valk… devant Eámanë se retourna soudainement contre lui.
Enseldrir aurait pu lire la totalité du texte et ensuite en faire une adaptation en langue moderne. Au lieu de cela, il choisit la voie la plus ardue, celle de la traduction quasiment litérale.
Sa déesse ne pouvait plus le guider sur les terres nouvelles qu'il franchissait. Munit de la voix du passé il se trouva cependant soudainement désarmé, sa propre identité refoulée, il lut avec la force des sentiments, la joie et la douleur. Ce que pouvait faire l'elfe antique sans qu'il soit possible de le traduire en elfique à moins d'en laisser filtrer l'émotion.

Lorsqu'il parvint à la conclusion, son visage était baigné de larmes et contrastait magnifiquement avec son sourire.

Le neuna aurait voulu ajouter une remarque de son cru pour dédramatiser la situation mais rien ne parvenait à franchir la frontière de ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eámanë Enialis
Marauder
Marauder
avatar

Nombre de messages : 187
Race : Demi-Elfe
Classe : Rodeur
Alignement : Neutre-bon
Date d'inscription : 27/06/2012

Feuille de personnage
PV:
36/36  (36/36)
PM:
21/21  (21/21)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Jeu 26 Sep - 0:12

Le ton neutre et l’utilisation de la langue de son pays lorsque le nêr fit appel à son rang d’émissaire, ainsi que la présentation soignée de la missive pour laquelle il admettait avoir spécialement conçu son écrin de bois protectif, renforça erronément l’idée de se trouver en présence d’un document diplomatique étroitement lié aux ‘affaires étrangères’ d’Heldalië.

Enseldrir semblait pourtant combattu entre la contenance imposée par son propre grade et la perte d’impartialité envers laquelle l’intimité de sa relation avec l’archère le poussait inévitablement.

L’accent qu’il tint à ajouter sur le fait qu’il agissait de sa propre volonté après lui avoir révélé le nom du messager premier, vint contredire les propos avancés par Gwerfaël.
Ce n’était donc pas de chantage que le serviteur de la Louve fut victime, mais d’enchantement !
Subjugué ! Lui, Enseldrir ! L’austère Neuna de la Macari du Nord !!!
Elle n’en revenait pas.

Eámanë… Encore.
Utilisé par son père d’abord et Enseldrir à présent et toujours en situations pour le moins délicates.
Et qu’est-ce que l’amour et l’hypocrisie des humains avaient à faire avec sa demande de migration. Elle comprenait de moins en moins ce qui était en train de se dérouler, ainsi que les évènements l’ayant porté à ce stade.

Eámanë… Une fois de plus et immédiatement suivi par la trompeuse sonorité mielleuse d’un melda, duquel le nêr savait pouvoir faire fondre toute réticence comme neige au soleil, surtout s’il en renforçait l’efficacité de chaleur physique.
Était-ce donc là une marque supplémentaire d’affection ?

Lorsque le nom de l’auteur lui fut enfin révélé, elle crut d’abord à une plaisanterie de son imagination due à mauvaise interprétation.
Mais si elle ne put reconnaitre l’écriture de sa mère dans les traits fins et élaborés dont Enseldrir commença à lui dévoiler la translation, elle sut que tout cela correspondait à vérité dès que ses yeux se posèrent sur la signature apostée en fin de texte, s’engouffrant de plus en plus dans l’inconfort au fil de révélations que nuls autres que ses parents auraient pu s’échanger.

Lorsqu’Enseldrir parvint au terme de la lecture, la demis-nis était visiblement encore sous le choc.
Elle ne sut à quel sentiment s’abandonner.
Rire nerveusement des ressentiments qui la rendirent aveugle devant une vérité pourtant si simple, pour en épier le béotisme ? Ou se laisser consumer par la culpabilité qui l’envahit avec une force n’admettant aucun obstacle venant lui barrer le passage.

Son corps quant à lui, semblait avoir fait son choix et opta pour chacun d’eux.

Elle se sentait à la fois décontenancée par les révélations inattendues et renforcée par leur nature.
La conscience assommée par une avalanche de repentis et soulagés des quelques remords persistants au sujet de sa migration-trahison.
L’esprit enfin allégé des constrictions morales kheyldariennes, mais incapable d’en jouir, le cœur alourdi de sa propre attitude d’inaccessibilité depuis la disparition de sa mère.

Mais le pire fut l’angoisse laissée derrière l’immense vide, que la soudaine connaissance creusa en son for intérieur.

Accompagnant le geste d’un soupir, elle repoussa la mèche rebelle qui lui barrait le front, une lassitude inhabituelle affaiblissant l’éclat de son regard, qu’elle baissa sur ses mains, avant de les faire disparaitre entre ses cuisses.

D’un côté, elle n’avait plus le courage d’affronter à nouveau Gwerfaël qu’elle savait à présent lui aussi victime des évènements au même titre qu’elle et sur lequel elle fit peser injustement toute faute.
De l’autre, se tenant en grande partie responsable de tout ce qu’ils endurèrent, elle se sentit indigne ne serait-ce que de la plus petite attention de la part d’Enseldrir tant qu’elle n’aurait pas fait amende honorable de ses propres erreurs et se fit toute petite.

Si seulement elle pouvait juste disparaitre par simple volonté, le temps de récupérer une parcelle de son auto-estime…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enseldrir Malaevoldû
Oracle
Oracle
avatar

Nombre de messages : 151
Race : Elfe
Classe : Rodeur
Alignement : neutre Bon la plupart du temps
Date d'inscription : 27/06/2012

Feuille de personnage
PV:
32/32  (32/32)
PM:
22/22  (22/22)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Mer 9 Oct - 0:25

Devant la réaction extrême de son aimée, le nêr resserra imperceptiblement son étreinte.

Valkhyria, ma douce. Eámanë, melda. Sans pouvoir comprendre totalement ce que tu traverses j'en ressens une partie. Sache que je suis là, à tes cotés. Je n'ai aucun jugement. Je suis juste là. Ici. Maintenant. Pour toi.

Dans le renfermement dont la demi-nis semblait vouloir se murer, Enseldrir pouvait percevoir la détresse d'une quête vaine menée depuis longtemps. De l'énergie et un temps précieux gâché à poursuivre un monstre qui n'en était pas un et plus encore la morsure cuisante d'un remords plus délétère pour elle qu'un poison Khaurien.

Il embrassa son épaule couverte répétant simplement :

Je suis là.


Sa voix se fit chuchotement et ce n'était pas un jeu, par ce mode de communication, les elfes laissaient passer aussi peu d'émotion que possible lorsqu'il devenait difficile de contenir celle de sa voix.

Tant que tu le voudras mes bras seront autour de toi.
Tant que tu le désireras je serais à ton écoute.
Tant que tu le supporteras, mon cœur demeurera dans tes mains.

Enfin, la voix du macar se fit plus posée et nette :

Tu es une demi-nis.
Membre d'Eldalië devant les Vala.
Eámanë Enialis
Que d'autres nomment Valkhyria.

Mais aussi une fille des humains.
Tu as de leurs forces en toi.
Au-delà de celles qui sont dans tes mains
La possibilité d'exprimer des émois.

Laisse ton cœur s'exprimer
Se libérer et aussi … le libérer.


Par une magie qui ne trouvait aucune explication, le neuna s'était levé, entrainant à sa suite la belle Kheyldarienne qui ne savait plus trop bien ce qu'il se passait.

Alors il est temps.
Il n'est que trop temps.

Et si je me trompe, alors …
J'accepterais la sentence de mes torts.

Après un échange de regard avec son aimée, il modula :

A la hauteur de ce qu'il est raisonnable, soyons d'accords !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eámanë Enialis
Marauder
Marauder
avatar

Nombre de messages : 187
Race : Demi-Elfe
Classe : Rodeur
Alignement : Neutre-bon
Date d'inscription : 27/06/2012

Feuille de personnage
PV:
36/36  (36/36)
PM:
21/21  (21/21)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Jeu 10 Oct - 0:11

Valkhyria ne répondit pas à son étreinte comme Enseldrir l’aurait peut-être désiré ou espéré, mais elle ne le repoussa pas non plus.
En fait, elle ne se sentait ni douce, ni louable d’un ‘melda’…
Et le support qu’il lui offrit sans conditions aucunes lui parut si physique. Trop physique.
Elle ressentit toute la tendresse renfermée en se simple geste de profonde affection envelopper et affecter chaque fibre de son corps, les imprégnant de la promesse d’un apaisement qu’elle ne se sentait pas en droit d’accepter, car immérité. Du moins, tant qu’elle n’aurait pas fait un premier pas sur le sentier menant vers l’absolution.

Mais il était là, l’affirmait à pleine voix et sensible à son état de détresse, s’en remettait totalement à son choix.

La méticuleuse sélection des mots qui trémulèrent au bout de ses lèvres pour lui exprimer les sentiments dont il ne pouvait épancher librement l’émotivité, recélait toute la maitrise Eldhuniellite acquise, bien qu’en l’instant actuel, cela ne faisait que renforcer involontairement l’impression d’inadéquation de l’archère.
Il eut beau les chuchoter, la puissance n’en fut qu’ultérieurement, profondément et intimement exacerbée.

Changeant entièrement de registre, le macar réussit pourtant ensuite à faire renaitre en elle un brin de fierté en lui reconnaissant sa juste place et l’obligeant à faire face au meilleur de ses origines mixtes. Celle d’une demie-nis de la Divine Eldalië, dont elle découvrit avec surprise aussi le nom : Eámanë, qui n’était autre que le sien !
Une wendë née et éduquée en terres atani et dotée de sensibilité souvent trop humaine, mais à laquelle elle pouvait faire recours sans retenue pour réparer les torts commis.

En avoir les capacités était une chose. Les mettre en acte, tout une autre.
Le nêr se rendait-il compte du bouleversement intérieur qui s’opérait en elle et de la difficulté de surmonter tout cela.
Apparemment, il en fut ainsi, car sans savoir comment, ni pourquoi, la voici de nouveau sur ses deux pieds, poussée à agir selon la bienséance.
Impossible de s’en défiler, moralement tout comme sentimentalement. Il l’avait gentiment et efficacement mise le dos au mur.

Les limites du raisonnable avaient été franchies depuis longtemps et par tous. Elle, Enseldrir, tout comme son père bien avant lui.
Mais impossible d’en vouloir à l’un comme à l’autre pour autant, sachant qu’ils y furent forcés pour contourner l’unique obstacle s’étant paré entre elle et la vérité qu’elle convoitait depuis si longtemps et vers laquelle ils tentèrent tant bien que mal, chacun à sa manière, de l’orienter tout en la chaperonnant : son propre entêtement.
Défaut pour lequel elle seule se sentait fautive de tout ce qui influença leurs respectives destinées.
Elle ne pouvait s’en prendre qu’à elle-même.

Pour y parvenir, Gwerfaël endura son mépris des cycles durant, sans jamais s’en défendre alors qu’elle ne se priva jamais d’en manifester toute l’ampleur ouvertement à chaque occasion donnée.
Pourtant, armé de patience, le shadaliellite ne se laissa pas fourvoyer et finit par vaincre la résistance de ses bastions érigés.

Quant à Enseldrir, pris entre deux feux et probablement déchiré entre les décisions qu’il dut prendre avec froide logique plutôt qu’avec la chaleur de son cœur, il pâtit et supporta le poids d’un silence contraint. Ses larmes, témoignage de son empathie, en étaient aussi porte-parole.
Pourtant, pourvu de tolérance malgré tous les droits qu’il avait pour se porter juge, il trouva encore en lui la force de tenter d’alléger la situation d’une pointe de ludisme.

Valkhyria se redressa et se raidit, pour rétablir un peu d’espace entre leurs deux corps et s’emparer avec délicatesse de la lettre qui semblait bruler entre ses doigts dès qu’elle les referma dessus.
S’écartant définitivement, elle la fit disparaitre entre ses cotes et le bras opposé, alors qu’elle soutint son corps qui se replia instinctivement sous toute sollicitation externe.

Enseldrir avait raison, il était temps depuis bien trop longtemps.

Elle pivota vers l’ouest, tenant le regard sur l’horizon qu’elle ne pouvait qu’imaginer derrière les épaisses frondaisons, à la recherche du corps invisible et endormi de son père. Puis elle baissa les yeux au sol.
Un bref rictus fit apparaitre un sourire amer.

Shadalielle. La vérité au-delà des apparences…

En l’état des choses, voici que cette phrase prenait à présent toute sa valeur après avoir exigé du temps, une grande quantité d’énergie et de nombreuses souffrances en cours de route. Trajet commun de tout apprentissage effectif et durable. Les meilleures leçons de vie.
Elle soupira, puis croisant le regard interrogateur du nêr et répondit positivement à ses attentes.

Cela pourrait se révéler plus long que je ne le souhaite…

Une manière comme une autre pour dire : ne m’attends pas les yeux grands ouverts.

Le shadallielite fut brutalement tiré de son somme par ses sens en alerte qui se calmèrent dès qu’il reconnut le pas distinctif de sa fille s’approcher, bien que craintivement. Il ne fit absolument rien pour venir à son encontre et soulager sa gêne, gardant son dos tourné et le souffle en suspension. Ce n’était plus à lui de chercher à la convaincre.

Les révélations et les secrets que s’échangèrent père et fille ensuite n’appartenaient qu’à eux deux uniquement.

Quand bien plus tard, à nuit avancée, Valkhyria fit retour auprès du neuna, elle fut incapable de prendre immédiatement sommeil, trop de choses se bousculant dans son esprit, sollicitant son attention et sa pondération.
Ses pensées étaient si bruyantes qu’elles tinrent éveillé Enseldrir à ses côtés. Elle en était consciente, mais ne pouvait rien y faire, elle-même victime de ce silencieux vacarme.

Mais son corps finit par implorer pitié et déclarer enfin forfait.
C’est alors que la belle se rendit compte que le chant nocturne de la Grande Foret n’avait jamais été aussi mélodieux et apaisant que celui de cette soirée qui resterait gravée à vie entre ses mémoires.

Elle bascula sur le côté pour faire face à l’eldhuniellite, lui offrant un aperçu lunaire de son visage qui reflétait les traits d’une sérénité nouvelle.

J’ai à présent un motif supplémentaire pour vouloir quitter définitivement et sans nuls regrets les terres d’Ythoria pour me joindre au peuple premier. À vrai dire, j’en ai deux…

Son sourire s’élargit, aussi authentique et naturel que sa quiétude.

…non, trois !

Puis se lovant contre lui pour s’envelopper de sa chaleur, elle se laissa dériver vers l’assoupissement profond et réparateur que son corps réclamait en vain depuis quelques nuits déjà.

Le lendemain, il fallut à Enseldrir plusieurs tentatives qui se révélèrent vaines pour réussir à la convaincre de quitter leur couche. Pour toute réponse, elle s’étira nonchalamment, une moue enfantine de rejet à la seule idée de devoir se lever. Ainsi, à maux extrêmes…
Les insupportables chatouillis que le macar déclencha de ses doigts et l’incapacité physique de la demi-nis d’y résister eurent raison de son opposition et ils purent tous se remettre sur le chemin de Khamtalion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enseldrir Malaevoldû
Oracle
Oracle
avatar

Nombre de messages : 151
Race : Elfe
Classe : Rodeur
Alignement : neutre Bon la plupart du temps
Date d'inscription : 27/06/2012

Feuille de personnage
PV:
32/32  (32/32)
PM:
22/22  (22/22)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   Mar 15 Oct - 0:23

Le pli écrit à l'essence de l'émotion du passé s'envola lourdement, emporté par une colombe opalescente dont la fragilité était exacerbée de ce même geste.
Comme si ses doigts se consumaient au contact du papier, la demi-nis escamota la lettre. Sans un regard elle s'éloigna après avoir récité ce qui était la phrase universelle du culte de La Lunaire en ajoutant un conseil déguisé qu'il ne pourrait suivre en toute conscience, la tension qu'il ressentait par avance ne le quitterait pas de sitôt, pas avant son retour.

La préparation du hamac lui prit plus de temps qu'à l'accoutumée. Ses maladresses le firent pester contre lui-même. Il n'était pas à ce qu'il faisait.

Alors qu'il mettait une touche finale au campement qui resplendissait de son souhait de voir Eámanë y revenir, un frôlement d'une pièce d'équipement macar sur une autre l'informa d'une présence. Nul besoin de se retourner pour en identifier l'émetteur.

Sont-ce les premiers frimas qui dardent ma nuque de leurs lances glacées ou alors un Macar Aràto affûté a un rapport délicat à faire à un neuna égaré dans la forêt de ses sentiments ?


Un cordage trouvait sa fonction en un nœud élaboré, une main testa machinalement la fixation. D'un ton acerbe, une voix répondit à l'invitation :

La saison n'y est pour rien, des feux de camps se rapprochent de la frontière. Ils sont généralement l'œuvre d'escortes officielles mais là, rien ne les précède à moins qu'en tant qu'unique élu du livre sacré, notre officier puisse nous éclairer de sa clairvoyance…


D'un geste ankylosé, le neuna se débarrassa de son armure. Il l'installa sur un support pliable incroyablement léger et commença à l'oindre d'une infime pellicule d'une préparation qui émanait d'un flacon précieux.

Hah,… ces mouvements sont fréquents à mesure que nous chers alliés testent nos capacités. Peut-être nous confondent-ils avec des êtres inconstants et distraits que nous nommons 'Atani'.

Un souffle, une ondulation sonore se concluant en un claquement inopportun.

Tu sais qu'il ne s'agit pas de cela Enseldrir ! S'il n'y a rien sur le livre sacré alors c'est un commando ! Quels que soient ses dessins, il est de notre devoir de les contrecarrer. Nous devons nous préparer.


Un dernier film, un souffle qui active la réaction de préservation d'une cuirasse millénaire. L'ultime reflet du liquide ambré renvoie le regard du jeune militaire avant de se trouver absorbé par la matière et la magie.
Le disciple d'Eldhunielle dégaina sa double-lame. Un soupir en provenance de l'éclaireur conclut son geste. Alors qu'il nourrissait l'acier bleuté du liquide d'une autre fiole, le neuna trancha la question d'un ton monocorde :

Demain. A ce que tu me dis, il sera encore temps demain. Transmets des ordres pour que deux mains* convergent en garde sur le groupe et que quatre autres se tiennent en soutien.


Un frôlement lui répondit, lui-même suivit par une gifle de vent soudain et violent.

Enfin à moins que tu n'ais déjà transmis ces ordres… ce que j'imagine être le cas…


Malicia a écrit:
Le macar se retourna enfin pour faire face à un visage sévère et hautain : Celui de Malicia.
Ben c'est pas joli-joli tout ça ! des secrets, des cachoteries, des menteries aussi ! Ben il est beau tiens, le monde des géants !
Mpf !


L'Allutrus sauta de la branche sur laquelle elle était juchée elle ajouta cette phrase en faisant un signe en écartant le pouce et son index et en estimant l'écart bien infime ainsi formé :

C'est pour ça qu'on vous appelle 'les géants' et pas 'les grands' parce que vous êtes tous ptits en fait !

Ses yeux scannèrent l'espace autour du neuna, vérifiant probablement l'absence de feu, de lembas, de lembas grillé. Un geste de dédain profond, un souffle du nez,puis elle zouffa.

Le macar resta interdit un long moment, le regard figé sur des fougères qui oscillaient sous un vent leger, s'interrogeant sur des années d'élucubrations piomellites que quelques mots venaient de remettre sérieusement en perspective…

Ensuite, après avoir observé une demi-douzaine d'étoiles filantes, Enseldrir perçut un pas léger qui foulait le sol sans grand discernement, ce qui en disait long sur la préoccupation de leur actrice, jusqu'à ce qu'elle prit place à ses cotés, trop vêtue et avec un bagage émotionnel qui ne trouvait pas sa place. Les battements de son cœur, les infimes gestes de nervosité que la demi-nis cherchait à dissimuler sans y parvenir toutefois, firent que le macar resta aussi éveillé que pour une garde.  

Le changement notable de sa respiration se fit soudain plus ample et reposé, presque serein. Après un instant, le rythme était devenu si harmonieux que le nêr pût même y synchroniser le sien.

Lorsqu'elle pivota pour lui faire face, ses yeux luisirent à la lune. Lorsqu'elle parla, sa respiration devint un éther dont il ne pourrait décidément plus se passer.

Un, deux, trois… La révélation d'un passé soudain sans fard, l'éveil complet aux Vala, et leur amour ?
Un père pouvait-il convertir aussi rapidement une fille largement dévoyée en l'espace de quelques instants de nuit ?

Elle dormait. Shadalielle ! Une fois de plus, tu te joues de moi, Déesse ! Me privant de l'échange d'un regard.

Comment t'en vouloir quand tu me nourris de telles visions !
Pensa le jeune militaire avant de fermer les yeux à son tour, gagné par le sommeil, devant l'image du visage apaisé de son aimée.

Plus tard, après avoir quitté aussi discrètement que possible leur hamac, le neuna fit un dernier point tactique avec Terendul, le laissant disparaitre dans la brume de l'aube avec son escorte avant de regagner le campement.
La douce Eámanë fut difficile à éveiller, au propre comme au figuré. D'autant plus que la scène eut lieu sous les regards sévères des piomelles coalisées perchée sur une branche accusatrice.

De tendres délaissements langoureux qu'il couta au macar d'écourter sous ses attouchements joueurs. Les piomelles elles-mêmes se tordirent sous la torture douce de ses doigts pourtant loin de leurs flancs, elles finirent par tomber lourdement de leur branche alors qu'Enseldrir évita qu'il en soit de même pour son aimée.

Le chemin de Khamtalion ne fut pas aussi direct que cela. Après avoir renseigné la Kheyldarienne et dissuadé Gwerfaël de jouer le moindre rôle dans l'affaire qui les attendait, les macari se positionnèrent après avoir fait une jonction avec le gros de leur troupe.



*Une main est constituée de deux binômes de macar (arme de contact et arme à distance) commandés par un cinquième : le pouce. Ce qui a donné certaines expressions encore utilisées aujourd'hui : 'un coup de pouce' 'uni comme les cinq doigts de la main'  …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout   

Revenir en haut Aller en bas
 
Enseldrir & Eámanë - Chapitre 6: Oser le tout pour le tout
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Uglies, un livre....prettie ? ^^
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» Chapitre 1 : L'arrivée .
» Histoire de l'économie mondiale, chapitre 1
» ~ Chapitre I : Interprétation des rêves ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au delà des mers :: Contes et Légendes :: Venus d'ailleurs...-
Sauter vers: