Au delà des mers

Des aventuriers venus du monde entier découvrent une île peuplée d'étranges créatures. Humains, Elfes, Orques et Nains se lient pour la coloniser.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

  Enseldrir & Eámanë - Chapitre 2: Sur la frontière Nord

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eámanë Enialis
Marauder
Marauder
avatar

Nombre de messages : 186
Race : Demi-Elfe
Classe : Rodeur
Alignement : Neutre-bon
Date d'inscription : 27/06/2012

Feuille de personnage
PV:
36/36  (36/36)
PM:
21/21  (21/21)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Enseldrir & Eámanë - Chapitre 2: Sur la frontière Nord   Jeu 12 Juil - 21:45

Citation :
Zéphira sourit à son amie voyant qu’elle se reprenait rapidement de ses émotions.

Bien que le terrain absorbait progressivement la flaque d’eau, l’alcamandrelle ne voulait rester plus de temps que nécessaire sur les lieux. Elle referma la gourde vide et la remit silencieusement à sa place. Elle se retint de toute respiration lorsque l’éclaireur bougea pour changer de position. Puis revint auprès de Malicia dès qu’il le lui fut possible.

- Heu, c’est pas pour te bousculer, mais si tu te sens mieux, nous devrions plutôt nous téléporter à nouveau prêt de nos géants, ce serait moins précaire que de rester ici.  fit-elle en indiquant le macar assoupi
- Car si d’un côté ton Neuna dort uniquement de son œil gauche, celui-ci c’est le droit! Il n’y a que celui de garde en ce moment qui dort de nuit comme de jour, les yeux ouverts ou fermés…

Une fois hors de portée de l’éclaireur, l’halkamandrelle se relaxa enfin à son tour avant de s’excuser auprès de l’hallutrus.

- Je regrette vraiment pour le spectacle peu appréciable pour toute piomelle auquel tu as du assister, mais crois-moi si je te dis que je n’aurai jamais laissé que les missives se perdent entre les flammes. Je connais mon archère mieux qu’elle-même et je savais qu’elle ne l’aurait pas permis. C’était un risque totalement calculé. D’ailleurs, regardes... ajouta t’elle ensuite en pointant l’indice vers sa maitresse.

- … Le stratagème a fonctionné! On est à bon point. A présent, il reste plus qu’à attendre qu’une autre facette de sa personnalité à laquelle elle résiste difficilement, ne fasse le reste. Si ce ne sera pas ce soir, ce sera pour demain. conclut-elle fièrement.
La jeune archère reprit la lettre en elfique entre ses mains pour l’examiner de plus près, maudissant la mission qui lui fut confiée à peine deux lunes après son entrée à l’Epistolat, l’obligeant contre sa volonté de quitter ses études prématurément. Elle n’en serait pas là hui à se demander ce que pouvait receler son père entre ces lignes si seulement...

Assise sur ses chevilles, elle s’empara du restant des missives et les rangea en ordre croissant de date. Elle put ainsi constater que la lettre en elfique était l’avant dernière qu’il avait envoyé à Anaëlle, juste avant un départ qui l’aurait tenu loin des terres des De Delfort pour une période de temps imprécisée, mais qui n’aurait pas été des plus courtes.
La belle passait de la lettre aux missives en alternance pour y trouver un indice quelconque, vu que ses connaissances en elfique ne comprenait pas l’elfe antique. Et il n’était pas encore question de demander de l’aide de qui que se soit en Taurë vu la nature délicate du manuscrit et étant donné que ses accompagnateurs étaient convaincus d’avoir à faire à une humaine auquel il fallait gentiment indiquer le chemin de la sortie. De plus, rien ne prouvait qu’elle n’était autre qu’une simple mortelle à part cette lettre et qui sait, Enseldrir aurait peut-être pu se tromper quant aux origines elfiques de l’auteur, se dit-elle sans trop de conviction.

Enseldrir… La réminiscence de son nom la ramena parmi les elfes. Elle pivota le visage vers lui pour s’assurer qu’il n’avait subi aucunes conséquences suite à leur accrochage, réalisant un peu tardivement la violence instinctive et irréfléchie avec laquelle elle l’avait poussé.
Il avait une étrange expression, comme si… oui, comme si il la voyait pour la première fois.
Non, impossible, ce n’était que le reflet de ses doutes qui lui faisait voir ou croire des choses qui n’étaient pas.

La belle se sentait dévorer par sa curiosité, mais ne savait que faire pour l’assouvir. Sa condition de captive escortée ne lui permettait pas de pouvoir écrire ou envoyer des missives à sa guise. Inutile donc de tenter une requête de ce genre auprès du Neuna, il aurait tout simplement refusé comme l’aurait fait tout tacticien pondéré. D’autre part, elle aurait pu lui demander de rédiger lui-même une missive pour la faire passer en Keldarie au travers de leurs respectives ambassades. De cette manière, la nature complètement pacifique de la correspondance aurait été assurée. Mais comment le faire sans dévoiler des informations si intimes, pouvant offrir au nêr le moyen le plus efficace pour arriver au cœur d’une de ses faiblesses les plus sensibles. Elle ne devait jamais oublier qu’il était avant tout un militaire habitué et prêt à l’emprunt de toute ressource stratégique s’il le fallait et aussi qu’elle représentait une néfaste intrusion en leur territoire.

Récapitulant: que connaissait-elle réellement de son père à présent? Plus grand-chose…
Ni l’âge, ni le lieu de naissance, ni le nom complet. Comment espérait elle donc trouver de ses propres moyens des informations utiles si elle ne savait même pas par où pouvoir commencer.

Elle reporta de nouveau son attention sur le Neuna se disant que tout cela lui demandait un temps majeur de considération. Il était dangereux et malavisé de prendre une décision si vite. Tout c’était passé trop rapidement et une bonne nuit lui apporterai peut être les bons conseils qu’elle cherchait.

Valkhyria très fatiguée. Préférer sommeil que diner... fit-elle en se levant.

Mais son regard tomba sur le saurien de nouveau enroulé autour du cou du macar gaïaliélite et elle se figea. Finalement un petit morceau de lembas... après tout, pourquoi pas...

Elle reprit une place assise autour du feu, s'assurant de garder Enseldrir au centre par précaution.

Soirée encore jeune, moi pouvoir reposer plus tard. conclut-elle tout en ne quittant pas les yeux de la bête, prête à bondir au moindre mouvement alarmant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Enseldrir & Eámanë - Chapitre 2: Sur la frontière Nord
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» Chapitre 1 : L'arrivée .
» Histoire de l'économie mondiale, chapitre 1
» ~ Chapitre I : Interprétation des rêves ~
» [CHAPITRE 4] Le monde des sorciers s'embrase.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au delà des mers :: Contes et Légendes :: Venus d'ailleurs...-
Sauter vers: