Au delà des mers

Des aventuriers venus du monde entier découvrent une île peuplée d'étranges créatures. Humains, Elfes, Orques et Nains se lient pour la coloniser.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Yadlae Nirannor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Yadlae Nirannor   Lun 2 Juil - 10:46

Prénom : Nirannor - Nom : Yadlae
Age : 30 cycles
Race : Humain - Sexe : Masculin
Taille : 1m75 - Poids : 75kg
Yeux : Marron - Cheveux : Brun
Classe : Paladin
Alignement : Neutre

Apparence:
Orphelin de naissance, il a été recueillis par un couple d'Elfes.
Elevé dans une ville appelée Holodreth, il passa son enfance à apprendre le langage elfique et le maniement des armes. Maintenant on peut le voir parcourir le monde à la recherche de ces racines.
Cheveux long, regard perçant, teint mât, il est vêtu d'un grand manteau en cuir, d'un pantalon marron serré et de bottes. Le sourire au lèvre, il aime les rencontres, pourtant derrière ce visage se cache un être timide, souffrant de n'avoir pas pu connaître ses parents. Volontaire, il fera tout pour retrouver les meurtriers de ses parents.

Aime:
Aimant les grands espaces, il aime découvrir le monde qu'il l'entoure. Il voudrait connaitre le pays de ses parents qui, d'après son père adoptif étaient des marchands d'armes. Plus attiré par la montagne que par les déserts, il support mieux le froid que les températures caniculaires.

Deteste:
Il desteste tous les voleurs de toutes espèces. Ceux là même qui auraient tués et volés ses parents lors du grand marché annuel d'Holodreth. C'est ce que ses parents adoptifs lui ont révélé.

Autre:
Lors de son apprentisssage des armes, il a surtout appris à manier les épées. D'ailleurs ses parents adoptifs, pour ses 18 cycles, lui ont offert une épée longue sertie d'un joyau bleuté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Ven 6 Juil - 13:44

CHRONIQUES
Chapitre 1 :
Le Début D'une Histoire...

Nous sommes le 4 Fagilias du cycle 1527.

Le soleil vient de se lever sur la ville d’Horodreth et sur la grande place, les marchands s’affairent. C’est le jour du marché annuel. Les marchands viennent de tout le royaume. On y trouve des Elfes en grande majorité, mais des humains sont aussi présents, seul les orques sont bannis de cette manifestation.

On trouve de tout sur ce marché : fruits de l’oasis de Yesod, viandes de bovins élevés dans les terres sauvages des landes, poissons venant tout droit des ports de l’empire de Kohr, minerai de Folionna et surtout les armes de Blanchatelet.

Ce matin là, un couple d’armuriers venu justement de Blanchatelet, s’installait. Sur son étal, on pouvait y voir des arcs, arbalètes, lances, haches et les fabuleuses épées de Blanchatelet réputées pour leur solidité et, d’après certains pour leur pouvoir magique. Le couple était accompagné de leur enfant. Agé d’environ 2 ans, il jouait avec une balle près de sa mère, tandis que son père affûtait la lame d’une hache. Le marché n’était pas encore ouvert que, déjà, on sentait la chaleur montée du sol. Une atmosphère calme régnait parmi tous les vendeurs. Certains ne se voyaient qu’une fois par cycle et avaient plaisir à se raconter les évènements de l’année passée. Mais soudain, le son de la cloche retenti annonçant l’ouverture du marché. Une foule bruyante se versa sur la place et envahi chaque allée. Le marché était devenu une vaste fourmilière. Il y avait quelques elfes de sa majesté le Quendetär qui avaient pour mission de faire respecter la loi et surtout régler les quelques différents entre acheteur et vendeur.

A l’étal de notre marchand d’armes, les gens se bousculaient, certains pour acheter et d’autres pour regarder les magnifiques boucliers sertis de pierres précieuses. Il avait fort à faire notre marchand, entre répondre aux questions des curieux, négocier les prix et présenter ces plus belles épées. Sa femme, prénommée Almandine était calme et l’aidait du mieux qu’elle pouvait tout en jetant un regard sur son fils. Il faut dire que notre armurier avait une solide réputation. On disait même qu’il allait jusqu’en Halvrebois chercher des grandes haches que seuls les orques savent fabriquer.

Dans le milieu de la matinée, deux étranges personnes vinrent voir notre homme. L’un était vêtu tout en noir et avait une vilaine cicatrice sur le visage, l’autre était petit et râblé, et avait un accent que personne n’avait entendu auparavant. Ils s’approchèrent du stand et eurent une conversation brève et houleuse avec le marchand d’arme, puis ils repartirent. Après cet incident, la journée se déroula normalement, seul le visage d’Almandine paraissait tendu mais son mari la rassura.

Le soleil commençait à disparaître de l’horizon quand les marchands quittaient la place. Le sol était jonché de papier, de reste de légumes, de pétales de fleurs et on pouvait sentir encore l’odeur de poisson. Nos armuriers se préparaient à partir pour Blanchatelet. Le trajet étant long, et ils décidèrent de passer une nuit en ville avant d’entamer leur retour. Ils chargèrent leur charrette et se dirigèrent vers une maison que semblait connaître notre homme. C’est vrai que cela faisait plusieurs fois qu’il venait à Horodreth pour y vendre des armes. Empruntant une ruelle étroite et déserte, ils se trouvèrent nez à nez avec les deux hommes du matin. En un éclair, l’homme en noir dégaina son épée et tua l’armurier. Sa femme se mit aussitôt à crier, espérant attirer l’attention, mais elle s’écroula, blessée mortellement par un couteau lancé par le second homme. L’enfant était là, assis sur la charrette, ne comprenant pas ce qui se passait. Heureusement pour lui, une porte s’ouvrit et nos deux compères disparurent par enchantement.

Un couple d’elfe arriva sur les lieux du crime. L’un deux pris l’enfant dans ses bras pendant que le second se pencha sur les corps. Il n’y avait plus rien à faire. L’homme alla avertir un des garde du royaume pendant que sa femme rentra avec l’enfant.



Dernière édition par yadlae nirannor le Sam 7 Juil - 10:23, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Ven 6 Juil - 13:47

CHRONIQUES
Chapitre 2 :
L'adoption

Ecrit le Lüdik 12 Danurmos du 1550ème cycle.

Quelques minutes plus tard, deux gardes royaux arrivèrent sur les lieux du crime. Déjà, les curieux s’étaient regroupés autour des deux corps sans vie. Chacun allait de son idée sur les meurtriers, mais personne ne les avait vu véritablement. Les deux gardes dispersèrent les badauds et mirent les deux corps sur la charrette, puis, aidés d’Eldacar, l’elfe qui les avait prévenu, tirèrent la charrette vers la chapelle. Ils déposèrent les cadavres à même le sol. Eldacar retourna chez lui rejoindre Indis, sa femme. Le prêtre fut averti des évènements et fit le nécessaire pour les cérémonies religieuses.

Indis avait donné à manger à l’enfant, puis l’avait couché. Elle, qui n’avait pas eu d’enfant, se sentait très touché par ce drame. Le lendemain, Eldacar alla au palais pour demander ce que l’enfant deviendrait. Il avait été reçu par le responsable des affaires étrangères en personne. Un haut Elfe du nom de Celebrimbor, car cette affaire avait fait beaucoup de bruits au sein du gouvernement. En effet, le meurtre d’un humain sur les terres Elfes ne pouvait pas arranger les relations entre ces deux nations, il fallait donc trouver une issue favorable à cette situation.
Après plus d’une heure passé dans le bureau de Celebrimbor, Eldacar était ressorti satisfait. Une enquête allait être menée pour retrouver la famille de l’enfant, en attendant, il en avait la garde.

Deux semaines plus tard, Eldacar et Indis furent convoqués au palais. On les emmena dans une grande salle où plusieurs personnes étaient déjà présentes. Il y avait Celebrimbor, Valandil le juge du royaume, Maedhros le représentant de sa majesté, Lùthien le maître de cérémonie, Owcbar un représentant du Saint royaume et quelques hauts fonctionnaires. Au milieu de cette salle se trouvait une grande table ovale recouverte de cuir et, autour des chaises en bois matelassées d’un tissu rouge sang. Lùthien fit asseoir tout ce petit monde à des places bien précises. Celebrimbor prit la parole et laissa ensuite un des haut fonctionnaires raconté l’enquête. Il n’y avait pas eu grand-chose de trouvé sur le double meurtre, un signalement furtif des deux agresseurs rien de plus. Puis Indis, surmontant sa timidité, prit la parole et interpella Owcbar:


- Et l’enfant, lui avez-vous trouvé sa famille ?
- Non, l’armurier était pourtant très apprécié, mais personne ne connaît son nom, ni même de parents proches. Des émissaires ont été envoyés dans tout le royaume mais cela n’a donné aucun résultat.
- Qui va garder l’enfant, alors ?


Le juge Valandil s’inséra dans la conversation :

- Nous sommes justement là pour statuer sur ce fait. Une enquête a été faite à votre sujet et vous nous sembler aptes à adopter cet enfant. Le voulez-vous ?
- Oh oui.


Sur le visage d’Indis, on pouvait lire sa joie, ses yeux brillaient comme des diamants et elle arborait un large sourire. Son mari souriait de cette nouvelle, il allait pouvoir élever le fils qu’il avait tant aimé avoir. Il ne restait plus qu’à remplir quelques formalités administratives et à lui choisir un prénom. La charge en revenait à Maedhros, la personne ayant la plus haute fonction de l’assemblée, mais il ne pouvait se décider. Il invita donc les parents adoptifs d’accomplir cette tâche. C’est Eldacar qui prit la parole et donna son avis :

- Ce sera Nirannor

Sa femme acquiesça. Ils signèrent tous les papiers et reçurent les félicitations de toute l’assemblée. Owcbar se félicita de cette heureuse issue et conclut que cet évènement souderait encore plus les deux peuples. La charrette de l’armurier et tout son équipement furent donnés à Eldacar. Il y avait là quelques armes, boucliers, armures, épées, vêtements et un joli coffre en ébène. Le couple repartit avec l’enfant vers leur demeure.


Dernière édition par yadlae nirannor le Sam 7 Juil - 10:23, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Ven 6 Juil - 13:52

CHRONIQUES
Chapitre 3 :
L'héritage

Ecrit le Lüdik 12 Danurmos du 1550ème cycle.

Pendant près de 16 ans, Nirannor alla à l’école des Elfes. Il y apprit le maniement des armes, principalement l’épée et l’arc (armes privilégiées chez les Elfes), l’harmonie avec la nature, le respect des forêts et des plaines, tous les concepts de la société Elfique.
Il y apprit à différencier les différents peuples :
- les hauts elfes: les plus communs mais les plus ouverts au monde qui les entoure. Ce peuple est le plus représenté dans la ville d’Horodreth.
- Les elfes gris: On n’en croise que très rarement, les seuls que Frankiz ait pu voir étaient au palais royal. Ils privilégient les travaux d’esprit et sont souvent retirés du monde.
- Les elfes noirs: Ils vivent dans les profondeurs de la terre et sont maléfiques. On les appelle aussi drown. Peu de gens en ont vu à Horodreth.
- Les elfes aquatiques: Comme leur nom l’indique, ils vivent dans l’eau grâce à des branchies. Ils peuvent respirer hors de l’eau mais pendant une courte période.
- Les elfes sylvains: Ils vivent dans les bois et aiment surtout la musique et la nature.

Il apprit le langage elfe et aussi sa langue maternelle car ses parents adoptifs voulaient qu’il se souvienne de ses racines. A l’école, malgré une timidité toute relative, il se liait d’amitié avec les autres enfants. Il s’entendait surtout avec Elenwë et Artaher. Elenwë était une fille de son âge, toute pâle comme le sont les elfes, cheveux blancs et yeux bleus. Artaher, son aîné de 2 cycles avait les cheveux noir et des yeux verts, il aimait chanter et grimper dans les arbres. Ses parents étaient d’origine « sylvain ».

Nirannor vivait, mangeait, dansait, chantait comme un elfe. On aurait pu croire qu’il s’était transformé en elfe, mais au fond de lui-même et au fur et à mesure qu’il grandissait, une certaine chose le poussait à s’interroger sur ses racines. Il questionnait souvent Indis pour glaner quelques renseignements sur ses parents humains, mais elle ne pouvait pas dire grand-chose. Alors il s’enfermait de temps en temps dans sa chambre à méditer sur son passé.

Vint son anniversaire. C’était un 12 danurmos 1543, il avait 18 cycles.( Ne sachant pas la date exacte de sa naissance, Eldacar lui avait choisi cette date en souvenir d’un aïeul mort pendant la grande guerre.) Elenwë, Artaher et quelques amis furent conviés à la fête. En fin de journée, quand tout ce petit monde fut parti, Eldacar eu une conversation avec Nirannor:


- Il est temps pour toi de découvrir ce monde et de trouver tes véritables origines.

- Oui, mais par où commencer, je ne sais peu de choses sur mes parents.

- Tu trouveras dans le coffre de mon bureau quelques objets que j’ai récupérés de tes parents, ils sont à toi. Il y a là une épée sertie d’un joyau bleuté, sur sa lame, une gravure indiquant l’endroit de sa fabrication. J’ai vu l’armurier de la ville pour connaître son origine mais il n’a pas pu me renseigner. Il y aussi 1000 Kelidors, un livre de compte, un sac, une bague de peu de valeur et un parchemin. J’ai essayé de le lire mais l’écriture me paraît être du vieil elfique et peu de gens le lisent aujourd’hui. Peut-être trouveras-tu un prêtre au temple de Ralniwen qui pourra te le traduire.

- Père, je vais prendre ces objets et partir dès que Fagilias arrivera. Il me tarde de rencontrer les gens de ma race et d’honorer la mémoire de mes parents en retrouvant leurs meurtriers. Je vous serais toujours reconnaissant, toi et Indis, de m’avoir élevé avec tant d’amour.


Dernière édition par yadlae nirannor le Sam 7 Juil - 10:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Ven 6 Juil - 14:02

CHRONIQUES
Chapitre 4 :
Le départ d’Horodreth

Ecrit le le Lüdik 12 Danurmos du 1550ème cycle.

Pendant près de 4 mois, Nirannor se prépara à partir. Il se renseigna sur les routes à emprunter pour aller à Ralniwen, sur les dangers qui pouvaient l’attendre, et questionna Eldacar sur les choses à faire et à ne pas faire. Il discuta beaucoup avec ses amis Elenwë et Artaher de son projet. Il se sentait heureux de pouvoir bientôt découvrir ce monde qui l’entoure et anxieux de rechercher ses racines. Pour aller d’Horodreth à Ralniwen, il fallait 2 à 3 jours, Il avait décidé de partir au mois de Fagilias car les jours sont plus longs et cela lui permettrait de marcher un peu plus longtemps à la lumière du jour.

Quelques jours avant de partir, une bonne nouvelle vint à Nirannor, en effet, son ami Artaher devait rejoindre un oncle à Ralniwen pour parfaire sa connaissance des armes, et donc, ils pourraient faire le chemin ensemble. Cela le rassura un peu, car il n’avait pas eu l’occasion de sortir d’Horodreth pendant son enfance.

Le jour dudit départ, Nirannor se leva tôt, nous étions le 3 Fagilias 1543 et le soleil n’était pas encore levé. Nirannor avait donné rendez-vous à son ami à la sortie de la ville vers les 8 heures. Il avait donc le temps de se préparer et de faire ses adieux à ses parents adoptifs. Il s’était vêtu d’un pantalon marron, d’une tunique et de bottes en cuir. Une large ceinture lui permettait de tenir son épée et il avait dans son sac, de quoi se nourrir pendant quelques jours, une gourde pleine d’eau, une longue cape bleue et une couverture. Il avait aussi pris le livre de compte, ses 1000 Kelidors et le fameux parchemin : celui qu’il allait emporter au temple de Ralniwen en espérant trouver quelqu’un qui pourrait le traduire.

Il avait beaucoup pensé à cette journée pendant ces derniers mois, penser au chemin qu’il devrait parcourir, penser aux adieux à ses parents adoptif, penser à tout ces visages, notamment à Elenwë, qu’il devrait quitter pour un certain temps mais il sentait au plus profond de lui-même qu’une nouvelle vie l’attendait.

L’heure était arrivée, il embrassa Indis, qui malgré elle, laissa échapper des larme, fit ses adieux à son père et prit la route. Au bout d’une dizaine de mètres, il se retourna pour faire un dernier signe à ces parents. Une demi-heure plus tard, il se trouva à la sortie de la ville en direction de Ralniwen. Artaher était déjà là. Ils se saluèrent et prirent aussitôt la route.

Les premiers kilomètres étaient un peu dur pour Nirannor, Artaher, lui marchait d’un pas léger, on aurait dit qu’il volait. Pendant ces premiers instants, ils ne parlaient pas, chacun était dans ses pensées. Après quelques heures de marche, ils décidèrent de s’arrêter pour prendre une collation. Pendant cette petite halte, ils échangèrent quelques propos, puis reprirent leur chemin. Ce fût une belle journée et la route était bonne. Un bon tiers du parcours avait été fait quand ils décidèrent de s’arrêter dormir, le soleil venait de disparaître à l’horizon. Ils trouvèrent un endroit sous des chênes pour installer leur campement. La nuit fût calme, seul le chant des grillons par ce joli mois de Fagilias se faisait entendre. Ils pouvaient se reposaient pour reprendre des forces car ils leur restaient encore deux jours de marche.

Le lendemain matin, Arather se leva le premier, il avait été réveillé par les premiers rayons de lumière. Nirannor ne tarda pas non plus à se lever. Ils prirent des galettes au blé noir comme petit déjeuner, des galettes qu’avaient fait Indis. Puis, ils reprirent la route. Les jambes de Nirannor lui faisaient moins mal, il commençait à s’habituer à la marche. Pendant toute la matinée, ils ne rencontrèrent personne. Seuls les bruits de la forêt venaient à leurs oreilles. La grande forêt, comme on l’appelle, était majestueuse, le chemin serpentait entre des chênes plusieurs fois centenaires. Il était facile à suivre et, si on ne s’en écartait pas, aucun problème ne pouvait arriver. L’après midi, ils rencontrèrent un elfe qui se rendait à Horodreth. Artaher et Nirannor le saluèrent et discutèrent un peu. Cette petite halte leur permit de reprendre un peu de force avant de continuer leur marche.

Les kilomètres passèrent les uns après les autres et la deuxième journée s’acheva. Ils avaient bien marché, et selon Nirannor, il ne restait plus qu’une demi-journée de marche. Le lendemain, ils se levèrent un peu plus tard et en fin de matinée, ils aperçurent les premières maisons de Ralniwen.


Dernière édition par yadlae nirannor le Sam 7 Juil - 10:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Ven 6 Juil - 14:07

CHRONIQUES
Chapitre 5 :
La traduction du parchemin

Ecrit le le Lüdik 12 Danurmos du 1550ème cycle.

Ralnowen leur parut magnifique, tous ses canaux formaient un labyrinthe au milieu de jardins verdoyants, à chaque carrefour, de l’eau jaillissait des fontaines. Les maisons étaient toutes décorées de fleurs, les rues étaient pavées en granit rose, Nirannor et Arather semblaient entrer dans un rêve. A chaque personne qu’ils croisaient, ils avaient droit à des salutations respectueuses, tous les habitants étaient courtois et semblaient joyeux en cette belle journée de Fagilias.

Nous étions le 6 du mois. Arather devait rejoindre son oncle qui habitait dans le quartier des commerçants, Nirannor l’y accompagnerait car il voulait lui demander comment avoir un entretien avec le responsable du temple. Après avoir errer dans la ville comme des enfants qui découvrent le monde lorsqu’ils marchent, ils se dirigèrent vers la maison de l’oncle d’Arather.

Adanedhel était instructeur d’armes à l’école de Ralniwen. Grand, fort, il avait eu une carrière militaire au service du roi dans sa garde personnelle, puis, ayant passé un certain âge, on lui avait donné ce poste d’instructeur. Il connaissait beaucoup de personnes et avait une très bonne réputation. Respecté de tous du fait de sa carrière près du roi, il n’en était pas néanmoins très disponible envers ceux qui lui demandaient un service. Il habitait une grande maison aux volets bleus. Marié, père de dix enfants, il aimait, lorsqu’il rentrait de l’école, lire les anciens manuscrits que son père lui avait laissé en héritage. Ceux-ci été transmis de génération en génération et avaient été écrits par un de ses ancêtres lointains, vivant du temps des trois clans. Cet aïeul faisait parti du clan des hautelame et il avait noté toutes les techniques du maniement des arcs et des lames. C’est de là qu’Adanethel avait appris toutes ses connaissances et maintenant, il pouvait les enseigner à ses élèves.

Lorsqu’ils arrivèrent à la maison d’Adanethel, les cousins d’Arather les saluèrent longuement. Ils leur demandèrent si le trajet s’était bien passé, leur posèrent mille et une question sur Horodreth, leur pressèrent de venir se rafraîchir jusqu’au moment où Adanethel arriva. Il venait de terminer ces cours et invita les deux compagnons à le suivre dans son bureau. Ils parlèrent longuement entre eux, puis ils se dirigèrent vers la grande salle à manger où le déjeuner venait d’être servi.

Adanethel avait appris à Nirannor qu’un rendez-vous avec le responsable du temple pouvait être long et l’invita à rester le temps qu’il faudrait dans sa demeure. Il proposa même à Nirannor de le suivre pendant ses cours, ceci afin de parfaire ses connaissances sur le maniement des armes. Nirannor accepta cette proposition.

Cela faisait maintenant deux semaines que Nirannor était à Ralniwen et le temps lui paraissait long à attendre qu’une missive soit envoyée du temple. Il ne tarda pas à la recevoir. L’entretien avec le prêtre Emeldiz aurait lieu le samedi après l’office. Adanethel proposa de venir avec lui car ce prêtre était un de ses grands amis. Le jour « J » était arrivé et il allait savoir ce qu’il y avait d’écrit sur ce fameux parchemin que ses parents lui avaient légué.

Emeldiz était âgé mais son esprit avait gardé toute sa jeunesse. Il fit entré ses hôtes dans une petite salle où se trouvait un autre prêtre. Il les confia à s’asseoir et à prendre une boisson. Nirannor n’en pouvait plus d’attendre. Il avait hâte de connaître cette traduction. Emeldiz demanda à Nirannor le parchemin. Il le prit et le regarda longuement sans dire un mot, le présenta à l’autre prêtre qui en fit de même. Il se tourna vers Nirannor et lui dit :


- Tu vois, mon garçon, ce parchemin a été écrit par l’un des plus grand mage que l’histoire est connut. Je ne sais pas qu’elles étaient les relations entre lui et ton père mais d’après ce que je lis, ils devaient être amis. Ce mage s’appelait Isilbeth, il est décédé mystérieusement il y a déjà quelques années. Voici la traduction de ce parchemin :

Citation :
Cher ami,
J’ai appris que vous possédiez un objet que beaucoup recherche. Il s’agit du « rasoir de l’apocalypse » . En effet certains disent que cet objet pourrait être magique. Faites très attention, ils sont prêts à tout pour le récupérer. Allez voir Mormegil de ma part, il vous dira quoi faire. Vous le trouverez dans les marais maudits. Signé Isilbeth

- Je ne sais pas ce que cela signifie mais l’objet qui est cité dans ce parchemin pourrait être à l’origine de la mort de tes parents et de ce cher Isilbeth. Quant à Mormegil, ce nom ne m’est pas inconnu.

L’autre prêtre prit la parole :

- Mon père, si je peux me permettre, ne serait-ce pas cet ignoble orc que notre armée à pourchasser de longues années ?

- Oui, il se pourrait bien. Si c’est lui, tu devras, Nirannor, être sur tes gardes car cette créature est capable des plus affreux crimes.


Nirannor restait bouche bée, puis se reprit et demanda:

- Mais ou pourrais-je trouver cet orque maintenant?

- Oh, il n’est sûrement plus dans les marais maudits à l’heure actuelle. Pour le retrouver tu devras t’infiltrer au Halvrebois , il se peut qu’il soit à Dragomar.

- J’irai dès que je le pourrai. Je dois me préparer pour ce voyage et je compte sur toi, Adanethel pour m’enseigner tout le savoir pour aller dans ces contrées.


- Oui mon expérience te sera utile et je m’emploierai à te la transmettre.


Dernière édition par yadlae nirannor le Sam 7 Juil - 10:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Ven 6 Juil - 15:26

CHRONIQUES
Chapitre 6 :
Les Saintes Terres - Premiers pas

Ecrit le Solior 6 Tilomias du 1551ème cycle.

C’était au début de Logalios 1550, l’hiver plus rude que d’habitude obligeait les kelidariens à rester chez eux, non loin de l’âtre bienfaiteur. Nirannor avait rejoint les Saintes Terres en la ville de Dalriel et cheminait à travers les rues de la Lumineuse. Le soleil pâle de la saison de la nuit venait réchauffer ses membres engourdis par la rudesse du climat. Accompagné par Serindë, son piom, il musardait, observant les quelques badauds du quartier marchand. Alors que son estomac criait famine, Nirannor songeait à remplir sa bourse de quelques kelidors et réfléchissait comment se les procurer. C’est alors qu’il aperçut, placarder à une vitrine, un parchemin vantant les mérites de l’ordre des lames de la foi et proposant de s’y engager.

Sa réflexion ne dura pas plus de trois journées et prenant sa plume missivait le responsable de cet ordre pour proposer sa candidature. Ce jour, quatorze Logalios allait marquer son histoire sur ces Saintes Terres à tout jamais. Nirannor n’était plus le simple Kelidarien mais avait reçu l’aval d’entrer dans l’ordre des lames de la foi, régiment des plus remarquables de ce Royaume. C’est l’instructeur Ragnak de Lunelame, un orque, qui le missivait pour son premier rendez-vous. Le lieu n’était autre que la ville de Kelean et Nirannor devait s’y rendre au plus vite pour d’une part percevoir son équipement et d’autre part participer à un camp d’entraînement avec d’autres compagnons fraîchement incorporés.

Ne connaissant les routes du Royaume, Nirannor suivi les instructions reçues par son responsable direct, Dame Saïya Nilhi pour rejoindre la Pieuse. La neige et le brouillard ne facilitaient pas la progression et le compagnon, seul, du s’armer de courage pour parcourir le chemin séparant les deux villes. D’ailleurs, alors qu’il n’avait pas marché depuis plus d’une journée, un Shak, venu de nul part lui tomba dessus le blessant gravement au flanc droit, il ne du son salut qu’à la présence du frère Vinem d’Oréol. Le danger passé, il repartit, pressant un peu plus le pas pour ne pas se confronter à d’autres créatures infestant cette région.

La ville s’ouvrit à ses yeux et il put découvrir cette citée avec soulagement. Déambulant dans les ruelles, il se dirigea vers le quartier marchand où le lieu de rendez-vous avait été décidé par le Sire Ragnak de Lunelame. C’était le vingt-huit Logalios et Nirannor, prêt de l’armurerie voyait pour la première fois l’orque et quelques uns de ces élèves. Parmi ceux-ci, son regard se porta sur les yeux particulièrement jolis d’une demoiselle au nom d’Ysandre. Mais ce qui impressionna le nouveau compagnon fut cette force de la nature qu’était Ragnak de Lunelame. S’équipant, Nirannor put se faire soigner par Murtagh Wanlorn et Ceila avant de partir vers le campement qui se trouvait à l’est de la ville de Kalaan.

La marche ne fut pas trop pénible et le compagnon réussissait à rejoindre le campement en une seule traite. Là, au milieu de tentes, plusieurs femmes et hommes, nouveau sang de l’ordre des lames, s’entraînaient entourés des plus vaillants et expérimentés soldats. Parmi ces femmes et hommes aguerris, plusieurs d’entre eux resteront gravés dans la mémoire de Nirannor : Feragan Falstuf, Angie de Lunelame, Leena Laérise, Kaysha d'Avelar, Artram, Ardent du Walburge, Beldrakan ou encore Dey Chris. C’est sous la tutelle de Corran Horn que la jeune recrue Nirannor appris ses premières passes d’arme. Les journées passaient rapidement entre cours pratiques et enseignement théorique sur l’art de combattre. Cette période permit à Nirannor de tisser des liens profonds avec certains d’entre eux.


Dernière édition par yadlae nirannor le Sam 7 Juil - 10:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Ven 6 Juil - 15:43

CHRONIQUES
Chapitre 7 :
Les Saintes Terres - Mission écourtée

Ecrit le Solior 6 Tilomias du 1551ème cycle.

C’est au soir du six Danurmos qu’une mission allait être donné aux compagnons des lames de la foi. Bien à l’ouest du Saint Royaume, Une ville au nom de Waldemen se construisait. Sous l’impulsion de l’ordre de Kelean, les murs de la citée sortirent de terre mais le temps pressait et la main d’œuvre manquait. Il avait été décidé par ordre de la Reine que l’ordre des lames enverrait ces compagnons pour aider à la construction. Dans le campement, chacun se préparait à une longue marche et sous l’impulsion des chefs de groupe Saiya Nilhi et Angie de Lunelame, les soldats prirent le chemin de l’Ouest. Non loin de Kelean la Pieuse, le groupe fut rejoint par d’autres soldats au nom de Morpheus Wanlorn et Georges de Belyou. Le trajet fut parsemés d’embûches, croisant de ci de là quelques monstres des plus répugnants. Certains durent leur salut qu’à l’aide des plus expérimentés tel le commandant Sturm de Lunelame venu prêter main forte à ses troupes. Quant à Nirannor, il entretenait des relations plus amicales avec Dame Ysandre. Mais cela ne dura point. Alors que Kelean ne fut qu’un point à l’horizon, Nirannor dut faire un choix. Il venait de recevoir une missive l’autorisant à quitter le groupe afin de rejoindre quelques hommes partis pour une formation de forgeron, métier auquel Nirannor se destinait.

Repartit vers la Pieuse, la future lame artisane avait rendez-vous avec Feragan Falstuf et un Mestre Forgeron au nom d’Ilias Dérénos. Une autre lame devait les rejoindre : Dagren Cain. Celui-ci allait devenir un des meilleurs amis de Nirannor. Le trio constitué, ils marchèrent vers les montagnes suivant le vieil homme. Les cours se distillaient le soir, près du feu et malgré la fatigue de la journée, les élèves écoutaient le maître religieusement. Les montagnes du Sud-Est du Saint Royaume s’apercevaient après quelques jours de marche, leurs cimes enneigées laissaient percevoir un rafraîchissement de la température. Mais le but ne put être atteint par tous, une missive arriva dans les mains de Feragan, les lames devaient se rejoindre à l’est de Dalriel, une menace pesait sur les villages avoisinant la Lumineuse. Seul Dérénos et celui qui allait devenir un des plus grand forgeron du royaume de Kelidar continuèrent sur le chemin du savoir de la ferronerie.


Dernière édition par yadlae nirannor le Sam 7 Juil - 10:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Ven 6 Juil - 15:49

CHRONIQUES
Chapitre 8 :
Les Saintes Terres - Amitiés et larmes

Ecrit le Solior 6 Tilomias du 1551ème cycle.

C’est le cœur serré que Nirannor et son ami Dagren quittèrent leurs compagnons pour se diriger plein Nord à destination du village de Xhiarta. La neige commençait à fondre sur les champs et le soleil, plus doux, annonçait les belles saisons. Mais le novice perdit ses compagnons un jour de tempête et s’égara dans les grandes forêts. Seul, Nirannor du lutter face à une meute de loups, puis traversant les marais non loin de Kelean, dut fuir à toutes jambes devant des felpas agressives. La route vers le village semblait encore longue quand la jeune lame artisane croisa sur son chemin la dame Leena Laérise, elle aussi, toute neuve dans l’ordre. Ce n’est qu’au bout de plusieurs jours qu’ils arrivèrent à destination, non sans avoir été attaqué à maintes reprises par quelques monstres de ces contrées. Les lames de la foi avaient pris leur quartier près du village, plantant leurs tentes de façon militaire. Nirannor retrouva là une multitude de visages connus mais aussi de nouvelles têtes : Indoril, Aléas, Darkeon, Graad, Mélir Déros, Naïrod de sombrelame, Bygael de Perlflamm. Il y perçu aussi un homme qui allait avoir quelques mois plus tard, une grande influence sur le futur de Nirannor. Cet homme n’était point lame de la foi mais marchand. Il s’appelait Lorin et habitué à bourlinguer dans ce Royaume aida les militaires à se défaire d’un Shak des plus redoutables. Car il s’agissait bien d’un monstre qui terrorisa le village de Xhiarta, un monstre d’une force incroyable capable de projeter un homme à plus de cent pas, un monstre qui allait à lui seul faire plus de ravage qu’une cohorte de gobelin.

La bataille faisait rage, autour du shak, plusieurs lames, épée en main tentaient vainement de renvoyer le monstre dans le monde des morts. Alors que le combat durait depuis plus de deux heures, le monstre d’un coup de patte blessa Dame Nilhi. Nirannor tenta de s’interposer mais la bête rageusement le blessa gravement et le compagnon du s’éloigner du combat. C’est alors que survint le drame, Saiya, courageusement et malgré sa blessure tenta d’éloigner le monstre de son compagnon blessé mais le shak, d’un terrible assaut envoya Saiya rejoindre le Juste. Malgré les cris de rage de Nirannor, rien ne pouvait sauvait la belle. Nirannor à l’aide de deux autres compagnons d’arme, les sires Georges de Beylou et Lorin tentèrent de précipiter les choses mais cela tourna une nouvelle fois au drame. D’un énième coup de patte, le monstre envoya Nirannor à plusieurs mètres, inconscient, face contre terre. Du sang coulait abondamment de son corps et le compagnon sentait petit à petit la vie le quitter. Mais alors que la froideur de la mort envahissait son esprit, il aperçut une lumière blanche. Voulant s’en approcher, il ne parvenait à ses fins, pourtant cette lueur lui semblait reposante, accueillante.

Ce n’est que quelques heures plus tard qu’ouvrant les yeux, il aperçut deux visages au dessus de lui. Dame Ysandre et Dagren son ami, lui prodiguaient des soins au péril de leurs vies. Pendant ce temps, les lames venaient à bout du puissant monstre. La tristesse d’avoir perdu Saiya perturbait Nirannor. Son ami Dagren tenta de lui faire reprendre goût à la vie en lui inculquant quelques uns de ses savoirs en ferronnerie. Mais les coups sur l’enclume du petit village ne pouvait lui faire oublier ce doux visage partit avant l’heure. Alors que Nirannor tentait de fermer ces blessures, une heureuse surprise allait arriver. Le temps n’était pas encore venu pour que Dame Nilhi se perde à jamais dans les tréfonds des abysses de la Mort, le Juste, dans sa grande bonté la rappela à lui et lui permit de revenir entre les vivants. La joie de revoir son visage donna au compagnon du baume au cœur et il reprit son travail de forgeron avec beaucoup plus d’entrain et e volonté. Une bonne nouvelle ne venant jamais seule, il fut heureux d’apprendre qu’il venait de se faire nommer lame artisane en ce 28 dilannel 1550. La vie continua quelques temps au village de Xhiarta afin de bien sécuriser l’endroit. Aucun autre monstre ne pointa le bout de son nez.

Les lames aidèrent les villageois et Nirannor aida à la confection d’une palissade autour du village. Les jours se faisaient de plus en plus long et la chaleur du soleil amenait quelques sourires sur les visages tendus de ces derniers temps. Nirannor avait reçu l’autorisation de Ragnak de travailler à la forge et chaque matin, la lame artisane allait jouer du marteau sur le fer rougi par le feu. L’après midi, il aidait de son mieux ses autres compagnons et prenait plaisir à les côtoyer. C’est en s’offrant une petite pause avec son ami Dagren que Nirannor allait rencontrer une jeune recrue au nom d’Aaron de Delfort. Le jeune homme paraissait timide et se cachait sous une capuche ne laissant apparaître que le bout de son nez.

Quelques jours pus tard, l’ordre avait été donné de lever le camp, les lames de la foi avaient terminé leur mission et chacun repartait vers d’autres horizons. Nirannor pour une dernière fois, alla à la forge du village et alors qu’il rangeait ses affaires, vit un homme fouillé dans son sac. Derechef, il prit son épée et semblait décidé à faire passer l’envie au chenapan de recommencer. Mais sa surprise devant l’intrus l’arrêta dans son élan, devant lui se tenait sire Aaron, une pomme dans la main. Nirannor était furieux mais pour un fruit ne pouvait lui ôter la vie. La discussion entre les hommes fut assez tendue mais à la vue de l’état de son interlocuteur, il comprit très vite que celui-ci devait avoir très faim. Voulant l’aider, la lame artisane lui demanda de quitter son armure pour qu’il puisse la réparer et lui donner l’éclat qu’elle méritait mais Aaron s’en défendit, préférant tenter de fuir. Mais Nirannor plus costaud l’en empêcha et d’un geste lui dégrafa sa carapace. Alors que Nirannor découvrait la vraie nature de sire Aaron, une main vint le frapper au visage. Puis, les larmes aux yeux, le jeune compagnon sortit de la forge. Nirannor ne broncha pas et ne put le retenir. Il venait de découvrir le secret de sire Aaron de Delfort et s’en voulait déjà de l’avoir fait de cette manière.


Dernière édition par yadlae nirannor le Sam 7 Juil - 10:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Sam 7 Juil - 8:26

CHRONIQUES
Chapitre 9 :
Les Saintes Terres - Réformes

Ecrit le Solior 6 Tilomias du 1551ème cycle.

Mais d’autres évènements allaient secouer le Saint Royaume. Des faits moins visible qu’une guerre mais tout aussi ravageurs. Quelque chose se tramait dans les hautes sphères de Kelidarie, et c’est au jour du 17 Joriamel que tous purent constater les effets. Tous les pioms s’activaient et chacun reçu une missive du prêtre roi annonçant une grande réforme de l’organisation du Saint Royaume. Abasourdis, les lames ne purent que constater que leur ordre venait de disparaître, englouti dans les abysses de la mémoire. Ils ne purent lutter avec leurs armes comme ils l’auraient fait face à l’empire de Kohr et malgré leurs vives protestations, durent se résigner à accepter l’inacceptable. Sous l’impulsion des plus anciens, ils se réunirent une dernier fois dans une taverne de Kelean et là, tous ensemble, main dans la main, prononcèrent ce que nous appelons encore « le serment de Kelean ». Se jurant fidélité jusqu’à la mort, certaines anciennes lames se dispersèrent dans les différentes fonctions nouvellement créées, d’autres plus récalcitrantes à plier devant l’autorité, préférèrent errer quelques temps et réfléchir sur leur avenir. Ce fut le cas pour Nirannor et Aaron de Delfort. Ensemble, ils parcoururent les routes du Royaume et prirent le temps de se connaître un peu mieux. C’est un de ces jours qui ne ressemble à rien que la belle donna sa véritable identité à son mentor. Ils continuèrent encore quelques temps et alors que la saison du Zenith arrivait à grands pas, ils reçurent une missive de Ragnak leur informant que Son Ost avait besoin de bras et qu’en s’engageant, ils pourraient le retrouver. L’occasion était trop belle pour reformer une équipe d’anciennes lames et les deux compères envoyèrent leurs demandes d’incorporation ensemble au commandeur Tagoa du chapitre du Temps.

Ils reçurent leur acceptation ensemble et devaient rejoindre au plus vite un campement situé au sud de la Pieuse. Là, les attendait sire Ragnak de lunelame.


Dernière édition par yadlae nirannor le Sam 7 Juil - 10:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Sam 7 Juil - 8:32

CHRONIQUES
Chapitre 10 :
Les Saintes Terres - Son Ost

Ecrit le Solior 6 Tilomias du 1551ème cycle.

Les retrouvailles avec leur ancien chef furent des plus appréciées et après quelques souvenirs partagés, Ragnak put donner ses directives. Une grande chasse aux monstres, un peu trop nombreux au goût des autorités, avait été donnée dans le Sud du Saint Royaume. Avec quelques hommes, chaque chevalier partait vers une direction pour éradiquer ces bêtes trop envahissantes. Entre autre se trouvaient parmi ces militaires, les Dames Laurine, Couphète et Erin, d’excellentes combattantes, au courage exemplaire et qui allaient devenir les futurs compagnons de l’ex lame. Chaque régiment se partageait une zone et sous le commandement de Ragnak de lunelame, les plaines du sud se vidaient petit à petit de leurs hôtes sanguinaires.
Alors que les hommes s’étaient regroupés pour affronter une horde de basilics extrêmement dangereux, Nirannor s’était retrouvé esseulé. Alors qu’il tentait de prendre une position moins exposée au danger, un des monstres le blessa. Décidé à ne pas mourir dans ces grandes plaines, le chevalier décida de rejoindre Redemption afin de se faire soigner. Sur son chemin, une surprise de taille l’attendait. La rencontre inespérée de Dame Ysandre, cette belle aux yeux verts, lui apporta un peu de baume au cœur à défaut de soin dont elle ne connaissait encore les secrets. Mais le chemin de la forteresse l’obligeait à traverser un désert dont il ne savait rien. Heureusement, celui-ci ne lui barrerait pas les portes de la citadelle. Une fois remit sur pieds il reprit la route et tentait de rejoindre son régiment. Quelques missives envoyées aux autres chevaliers lui permirent de les situer et c’est plein Ouest que l’ex lame se dirigea. Ce furent les chevaliers Couphète et Erin qu’il croisa d’abord pour ensuite voler au secours de Valkhyria perdue dans les grandes plaines au milieu de loups. Un renfort de poids fit son apparition et celui-ci fit pencher la balance du côté des Kelidariens : Corran Horn venait de rejoindre les chevaliers. Certains hommes périrent, d’autres ne furent que blessés. Un campement fut dressé et alors que Dame Ysandre soignait , grâce à ses nouveaux talents de médecine, les moins valides, Nirannor se rappelait le bon vieux temps en retapant les armes et armures abîmées. Cette petite halte dans cette grande chasse permit à chacun de reprendre des forces et de nouer des contacts plus profonds. Une visite de Ragnak remonta le moral de tous et celui-ci n’était pas avide de conseils et d’encouragement. Nirannor, quant à lui, semblait attirer par la douce Ysandre et le soir près du feu, discutait de longs moments avec. La belle s’engagea peu de temps après dans son Ost, voulant rejoindre ces amis Valkhyria et Nirannor.

Les jours suivants, les chevaliers se dispersèrent de nouveau afin de reprendre leur chasse. Le Saint Royaume toujours envahis par ces monstres ne pouvait se permettre de s’arrêter là. Le commerce entre les villes et villages s’était éteint car les marchands craignaient pour leur vie. Il fallait vite les rassurer sur la sécurité des routes et des chemins. Mais, alors que tous se battaient pour la même cause, cette grande chasse allait amener une querelle de chef. Nirannor se battait au sud de Walldamen, son épée rouge de sang tuait et tranchait plus que de raisonnable. Les ennemis se faisaient de plus en plus redoutables et le chevalier ne vit pas venir l’attaque soudaine d’une araignée des plus mauvaise. Le bras en sang, il réussissait à trucider le monstre mais devait au plus vite trouver un soigneur. Son chemin croisa par chance ceux d’Aaron, d’Ysandre et de son ami Dagren Cain. Les ex lames furent heureux de se retrouver et une nouvelle fois, la belle Ysandre s’occupa du blessé. Ce n’est que bien plus tard, alors que Nirannor chassait bien au sud de Walldamen qu’eu lieu l’accrochage. Les deux responsables qu’étaient Thaddeus et Ragnak s’étant partager le territoire de chasse en deux, voulaient se prouver l’un et l’autre que son régiment serait le plus performant. Nirannor désorienté dans ce vaste Royaume tua un monstre promit au régiment du sire Thaddeus. La polémique partit de là et s’amplifia au fil des jours. Chacun voulant rester sur sa position, l’atmosphère fut vite invivable. L’ex lame, après que la grande chasse fut finie donna sa démission, préférant quitter son Ost afin de ramener la tranquillité dans les rangs. Il fut suivi par tous ces compagnons de la première heure, peut-être était-ce là les conséquences de la nouvelle réforme, les liens qui unissaient certains ne semblaient encore rompus. La saison du crépuscule pointait le bout de son nez, les feuilles des arbres jaunissaient et le soleil se faisait plus pâle.

Nirannor erra quelques jours en compagnie des dames Valkhyria et Ysandre au sud de Kelean. Mais cela ne pouvait continuer, au fond d‘eux même, ils se devaient de trouver un autre métier, une autre occupation, de servir le Juste comme il se devait. La lame artisane se tourna vers l’ordre des marchands. Un poste de convoyeur était disponible et connaissant quelques peu les arts de la guerre, Nirannor décida de s’y essayer. Ysandre préféra le clergé, quant à Valkhyria, personne ne sut vraiment où elle allait, de lourds secrets entachaient encore sa vie et la rebelle préféra disparaître quelques temps.


Dernière édition par yadlae nirannor le Sam 7 Juil - 10:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Sam 7 Juil - 8:35

CHRONIQUES
Chapitre 11 :
Les Saintes Terres - Nouveau métier

Ecrit le Solior 6 Tilomias du 1551ème cycle.

Aussitôt engagé comme convoyeur, Nirannor reçu l’ordre de se rendre à Kelean. Un convoi partait de la Pieuse pour livrer Redemption de matériels divers et variés. Alors que le jour se levait dans la citée, l’effervescence sur la grande place aurait surpris plus d’un. Plusieurs chariots attelés à des bœufs se remplissaient de grandes caisses dans un brouhaha innommable. Nirannor lui, cherchait parmi cette foule sa responsable dont il ne connaissait que le nom. En furetant, il trouva une vieille connaissance, Sire Feragan Falstuf, devenu le grand responsable de la Chaire artisanale. Ensemble, ils discutèrent quelque peu, se rappelant des souvenirs qu’ils avaient eus lors de leur formation en ferronnerie. Evidemment, le mestre forgeron indiqua au jeune convoyeur ce qu’il était venu trouver en ces lieux. Cette femme au nom de Cliara, à l’allure respectable, parlementait avec quelques rustres en train de charger les charrettes. Après avoir décliner son identité, Cliara lui donna quelques consignes et Nirannor vint se ranger parmi les autres convoyeurs. Non loin, des hommes armés appartenant au chapitre du temple, vu leurs insignes, attendaient sagement le départ. Leur mission devait être de protéger ce convoi. Mené par sire Gahallin Mathau de Cornelune, ce régiment serait dans les prochains jours déterminant à a réussite de cette expédition.

Alors que les premiers rayons du soleil peinaient à percer la brume matinale, les vingt charrettes lourdes de marchandises empruntèrent la sortie sud de Kelean. Les premières heures permirent à tous de faire plus amples connaissances et Nirannor put apprécier la bonne humeur de l’un d’entre eux : Dame Elwann. Le chemin semblait aisé et hormis la réparation de l’essieu d’une des charrettes, le convoi cheminait au rythme des bêtes. Alors qu’ils entamaient leur deuxième nuit au clair de lune, des évènements allaient perturber la bonne marche de l’entreprise. D’abord il y eut des gnolls, trop bruyants pour surprendre les hommes de Gahallin. Puis, une lueur, perçant l’épais brouillard et qui semblait épier les convoyeurs et leurs marchandises. Alors que tous sortirent de leurs couches, armes en main, attendant quelque chose, des dizaines de feu follet surgirent de nulle part. L’attaque fut des plus rapides, des centaines de météorites jaillirent sur les chariots et les hommes, tuant, brûlant, semant une panique parmi tous. Les premiers instants furent terrible pour les humains perdant quelques hommes et ne savant faire comment pour se dégager de ce terrible ennemi. Certains comme Perceval essayèrent bien de les atteindre avec leurs arcs mais cela semblait être un coup d’épée dans l’eau et l’adversaire devenait de plus en plus redoutable au fur et à mesure du temps qui s’égrenait. Alors que Cliara et Gahallin tentaient d’échafauder un plan pour se tirer de ce mauvais pas, Nirannor essayait d’éteindre le feu d’un des chariots. Dans cette bataille, ils eurent plaisir à voir Frac, un homme venu d’on ne sait où, sans doute attirer par les lumières et le vacarme, un renfort non négligeable. Alors que la bataille semblait perdue aux yeux de tous, les responsables décidèrent de tenter le tout pour le tout. Se dissimulant derrière les bœufs, les militaires et les quelques convoyeurs foncèrent droit sur leurs ennemis, espérant gagner sur l’effet de la surprise. Mais arrivés à l’endroit où se trouvaient les feux follets, ils s’aperçurent de leurs disparitions, seuls des draps blancs flottaient dans les airs. Le jour se levait à l’horizon et chacun s’interrogeait sur cet étrange phénomène.

Reprenant leur route vers Redemption, chacun restait sur ces gardes et quelques lieues plus tard, abordèrent le désert du Sud. Une enquête allait être menée et déterminerait sûrement l’origine de cette attaque mais en attendant le soleil tapait plus que de raisonnable sur les têtes des convoyeurs. A l’approche de la noire citadelle, ils rencontrèrent quelques uns des hommes de l’ordre de la croix noire tels que Frère Jean, Karl Franz ou encore Jesban de Bayssac venus à leur rencontre. Le reste du chemin fut rapidement fait malgré la pénibilité de marcher dans le sable. Ils arrivèrent à Redemption et après les coutumes d’usage purent décharger les chariots et se reposer de leur longue marche. C’est là que Nirannor pour la première fois de sa vie, aperçut le Redempteur. Alors qu’il s’apprêtait à quitter la forteresse, Serindë sa piomette lui apporta une missive officielle cachetée du sceau de son supérieur sire Lorin. Son travail lors de ce premier convoi fut récompensé et Nirannor venait de passer chef de convoi en ce 15 Logalios du cycle1551. Le retour vers Kelean ne fut qu’une simple formalité.

Vaquant à quelques occupations futiles les jours suivants, il fut surpris de recevoir une nouvelle missive officielle du grand Mestre Falstuf en personne. Nirannor était promu mestre marchand par intérim, son supérieur lui donnant sa confiance pour gérer l’ordre marchand en attendant le retour de sire Lorin, disparu dans de mystérieuses conditions.


Dernière édition par yadlae nirannor le Sam 7 Juil - 10:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Sam 7 Juil - 8:44

CHRONIQUES
Chapitre 12 :
Les Saintes Terres - La guerre

Ecrit le Solior 6 Tilomias du 1551ème cycle.

Alors qu’il se trouvait au sud de Kelean, répertoriant les chemins qui s’y trouvaient, le mestre marchand tomba sur plusieurs hordes d’être immondes, semblant se diriger vers la Pieuse. Voulant s’interposer, afin de ralentir leur progression, Nirannor tomba de haut devant la fureur de ces êtres. Gravement blessé par les attaques de ses ennemis, l’ex lame dut sa survie qu’à une fuite éperdue. Ces êtres venus de nulle part ne prirent pas le temps de courir après lui, sans doute avaient-ils des objectifs plus important qu’un simple humain. Après s’être soigné, caché dans un épais buisson, Nirannor pris la route de Kelean, espérant ainsi se mettre à l’abri. Mais, alors qu’il n’était qu’à une dizaine de lieu de la citée, il put apercevoir dans les plaines, des centaines de ces êtres appelés bien plus tard krevens. L’accès de la ville lui était barré par cet épais rideau ennemi, il fallait trouver une autre solution. C'est au beau milieu de la nuit qu'il fut réveillé par une voie familière. Serindë, sa piomette venait lui apporter un message des plus importants. Les nouvelles n’étaient guère réjouissantes : Sire NarvalarVoilebrume, commandant du chapitre du codex attendait des potions de soin pour ses hommes. Encerclés dans la ville de Walldamen, les militaires tentaient de résister à l’invasion massive des krevens. Seule issue pour le mestre marchand, contourner Kelean par l’est et filer vers la porte Nord pour l’approvisionnement de potions. Il se mit en route aussitôt. Des régiments entiers de ces êtres immondes avaient pris possessions des terres entourant Kelean et il dut profiter de la nuit pour se faufiler à travers leurs rangs. Alors que le soleil se levait, découpant les montagnes de l’Est, Nirannor trempé de sueur, à bout de souffle fut accueillis par un essaim d’abeille. Leurs piqûres désagréables semblaient peu de chose par rapport à ce qu’il avait enduré lors de sa première rencontre avec les krevens. Mais sa progression ne semblait définitivement pas des plus simple. Après avoir enduré ces insectes, il dut éviter une felpa, se jetant par la même occasion dans la gueule d’une bande de rôdeurs et d'un Slak. A ce moment là, il pouvait entrevoir les portes Nord de Kelean. Décidé à se réfugier en ville afin de se reposer et de se soigner, il obliqua plein Ouest en direction des portes salvatrices. Mais Kelidar ne devait être avec lui en ces jours sombres, une hordes de sauvages tenait en sa possession l’entrée de la citée. Il ne lui restait plus qu’à continuer vers le Nord, vers Dalarielle, espérant que le reste du chemin serait plus calme. Alors qu'il évitait la rencontre avec les hordes de barbares, il fut surpris de croiser, descendant de Dalarielle, son ami Dagren. Les deux hommes ne s'étaient vus depuis fort longtemps. Expliquant ces derniers jours, Nirannor fut ravi que Dagren lui propose son aide. Le reste du chemin vers la Lumineuse fut des plus tranquilles et les deux hommes entrèrent dans la citée. Nirannor prit la direction du quartier marchand tandis que son ami le quitta, réquisitionné pour la défense de Kelean. Les rumeurs filaient bon train parmi les Kelidariens de Dalarielle. Les villes de Walldamen, Kelean et même la forteresse de Redemption se trouvaient encerclées par l’ennemi. Chacun redoutait qu’ils ne viennent jusqu’à la Lumineuse.

Alors qu’il faisait ses achats, le mestre marchand rencontra le chef de convoi Cliara et c’est tout naturellement que la dame proposa à son supérieur de l’accompagner jusqu’à l’Occidentale. Au même moment le commandant Voilebrume envoyait un homme à la rencontre du mestre marchand pour assurer sa sécurité jusqu’au champ de bataille, il s’agissait d’une jeune recrue au nom de Naev Tompson. Le rendez-vous avait été fixé au gué du fleuve des âmes, en plein milieu des marais. Alors qu’ils franchissaient le long serpent bleu, ils aperçurent leur nouveau compagnon de route. Les présentations rapidement faites, le trio prit la direction de Walldamen, espérant arriver à temps pour aider les défenseurs de la citée. Le chemin libre de toutes menaces, allait bientôt leur faire cheminer à travers le grand désert. La chaleur ne diminua pas leur rythme de marche et deux jours plus tard, les hauts remparts de Walldamen étaient en vue. Malheureusement, les portes semblaient condamnées par la présence de l’ennemi et la seule solution envisageable pour rejoindre les défenseurs, semblait l’escalade des hauts murs de la citée. Si pour sa part, Cliara n’eut pas de difficulté à rejoindre le temple grâce à un sort méconnu du mestre marchand, il n’en fut pas la même chose pour Nirannor. Une missive du sire Paladür, capitaine du codex l’alerta sur une mauvaise nouvelle. Le commandant Voilebrume venait de périr sous les coups de l’ennemi et les défenseurs manquaient cruellement de soigneurs. Il suggéra à Nirannor de passer par les murailles du Nord de la citée, encore libres de tout ennemi. L’escalade pour les deux hommes fut des plus périlleuses mais à force de volonté et d’entraide, ils parvinrent à leurs fins après plusieurs tentatives. D’ailleurs, Arthus, un homme venu de nulle part les aida dans leur exercice de haut vol.

Alors qu’il foulait le pavé de la cité, le mestre marchand se dirigea vers le lieu de bataille. Les bruits des armes s’entrechoquant s’entendaient à plus d’une centaine de pas, des dizaines de blessés allongés sur des civières attendaient les soins non loin du temple, dernier édifice encore debout dans Walldamen, quelques soigneurs étaient à pieds œuvre et Nirannor donna au passage quelques unes de ces potions. Il s’engage dans le feu de l’action, épée en main, soulageant certains, encourageant d’autres. Dans ce drame il reconnu des anciens des lames de la foi, Ragnak, Kherjok, Paladür, Darkéon, Coran Horn, Saiya Nilhi, que de fines lames et valeureux guerriers. Mais l’ennemi plus nombreux, par vagues successives, tentait de percer la défense des Kelidariens afin de faire tomber l’Occidentale. La guerre dura des heures, des jours entiers, blessant, tuant. Nirannor, malgré quelques coups reçu montrait fière allure au combat. Alors que chacun redoutait la fin, un phénomène encore inexpliqué de nos jours allait se produire. Les impies, dont personne ne connaissait l’origine, allaient disparaître d’un seul coup, abandonnant la bataille comme par enchantement. Les Kelidariens crurent d’abord à une ruse, mais fait était de constater qu’il n’en était rien. La ville reprenait petit à petit ses droits. D’innombrables dégâts avaient ternis cette belle citée, des dizaines de maisons saccagées fumaient encore, des magasins entièrement détruits et des centaines de cadavres jonchaient les ruelles. Un spectacle de désolation, dur à supporter par tous, s’était installé dans Walldamen. La reconstruction serait longue et pénible.

Le mestre marchand salua quelques vieilles connaissances et se dirigea vers le temple. Un heureux évènement l’y attendait, le commandant Narvalar Voilebrume avait été rappelé par le Juste. Les deux hommes purent faire plus amples connaissances et le responsable du codex remercia le marchand pour sa livraison de potions de soins.


Dernière édition par yadlae nirannor le Sam 7 Juil - 10:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Sam 7 Juil - 9:44

CHRONIQUES
Chapitre 13 :
Les Saintes Terres - La Taurë

Ecrit le Dolink 7 Tilomias du 1551ème cycle.

Cela faisait quelques jours que Nirannor traînait ses bottes dans les rues de l’Occidental. La reconstruction s’avérerait longue et le mestre marchand ne comprenait toujours pas ce qui avait amené ces krevens sur les Saintes Terres. C’est au milieu d’un après-midi ensoleillé que Franëlle, piommette du commandant Voilebrume lui donna une missive. Désigné, il se devait de rejoindre au plus vite la partie ouest du Royaume. La frontière semblait avoir disparue, laissant libre l’accès au Royaume de Kelidar. Prenant que le strict minimum, le mestre marchand toujours engagé comme défenseur du codex, se dirigea vers l’ouest. C’était la première fois que le Mestre marchand allait si à l’Ouest du Saint Royaume. Les hautes montagnes enneigées se dressaient majestueuses, semblant être un rempart à toutes intrusions. Dans ce paysage grandiose, les hommes ne semblaient être que de petits êtres minuscules et perdus. Dame Nature gouvernait en ces lieux et elle le rappela bien assez vite, un des hommes, sans doute pas assez précautionneux, fut retrouvé raide mort, gelé par le froid intense ce cette région.
Mais dans ces montagnes, Nirannor put s’émerveillé de la luxuriante forêt elfique. Elle était là, devant ses yeux ébahis. Les hommes avaient beau faire les fiers, les braves, et pourtant, ils n’osaient entrer dans ces lieux pleins de mystères. Donnant ces ordres, le commandant Voilebrume indiqua à chacun la marche à suivre et Nirannor prit le chemin du Sud. Pénétrant dans cette forêt, le Mestre marchand se concentrait, écoutant tous les bruits, regardant au plus loin comme pour se prémunir d’un quelconque danger. Plusieurs fois, il rencontra les hôtes monstrueux de cette forêt mais l’ex lame sut les contourner, évitant ainsi de se frotter à ce qu’il ne connaissait pas. Alors qu’il pénétrait plus en profondeur dans ces lieux, deux étranges monolithes, dressés vers le ciel, semblaient marqués un quelconque territoire. Etait-ce donc là, le territoire des Elfes, celui que certains appellent Taurë ? A cette question, Nirannor eut une réponse très rapidement. Quelques centaines de pas plus loin, il rencontra une elfe, sans doute perdue elle aussi. Le défenseur du codex l’avertissait du danger d’aller plus loin vers l’est et chacun resta sur ses positions, évitant un conflit entre les deux peuples.
Pendant plusieurs jours, Nirannor resta campé sur cette frontière, ayant pour but d’écarter tous visiteurs trop curieux. Un peu plus au nord se tenait le campement du commandant Voilebrume, tandis qu’au sud, ceux de dame Ilanak et de sire Lyam, constituaient les derniers maillons de ce rideau défensif.

Alors que courait un bruit sur la nomination d'un nouveau prêtre Roi, Nirannor scrutaient toujours cette Taurë. Les jours passaient et se ressemblaient inlassablement. Tuant la monotonie comme il le pouvait, le mestre marchand semblait ne comprendre sa mission. Mais, à l'aube du septième jour, Nirannor put apercevoir à quelques encablures, un petit être aux allures étranges. L'être semblait perdu et d'une voix qui trahissait ses origines, demanda sa route. Nirannor comprit que l'elfe qui se trouvait face à lui ne cherchait à pénétrer dans le Saint Royaume mais essayait de rejoindre la ville d'Elhodir. L'ex-lame dans un elfique pas trop contrôlé, lui indiqua le chemin des monolithes, mais resta vigilant sur ses intentions. Le suivant du regard, l'être s'éloignait petit à petit.

Cela faisait déjà deux jours que le Mestre Marchand avait reçu l'ordre de démobilisation. Il prit la direction du Sud vers la citée d'Elrod à la recherche du commandant Voilebrûme. Une entrevue entre les deux hommes devait permettre de finaliser les comptes de la guerre contre les Krevens.
Le soleil semblait revenu et le chemin montagneux que Nirannor empruntait paraissait des plus faciles. A mi hauteur, il put apercevoir en contre bas la citée Elfique d'Elrod. Le but n'était de visiter celle-ci mais de se rendre à l'Ouest où le responsable du codex accompagné de quelques hommes du chapitre du Verbe s'étaient réunis, enfin c'est ce qu'avait put lire le Mestre Marchand sur la missive du commandant.

Contournant la citée par le Nord, Nirannor pressait le pas dans cette luxuriante forêt. Tout était différent du Saint Royaume, les arbres, les fleurs et même certaines créatures. Alors que la journée tirait sur sa fin, une drôle de surprise attendait Nirannor. Marchant sur des herbes paraissant des plus inoffensives, il fut en un rien de temps enlacé par celles-ci. Ses jambes liées, il ne pouvait faire un pas de plus. Au même moment, un monstre vint l’attaquer, le blessant légèrement.
Prisonnier depuis plus de deux heures, et luttant comme il le pouvait contre cette créature malfaisante, Nirannor eut la bonne surprise d'apercevoir un elfe. Celui-ci, calmement, lança sur le grognard un sort des plus performant. La bête rugissait de douleur et sa vie ne tenait plus qu'à un fil.
Dans un elfique des plus rudimentaire, Nirannor remercia son hôte et lui demanda s'il avait vu quelques Ithoriens traîner dans les environs. Mais l'elfe ne se souciait peu des questions de l'humain, et sur un ton des plus impératif demanda à Nirannor de quitter la Taüre.
Alors que le grognard, dans un dernier râle, succombait à ses blessures, Nirannor se libérait des herbes malfaisantes. L'elfe paraissait des plus compréhensible et le Mestre Marchand ne pouvait qu'en apprécier sa présence. Après présentation et quelques mots échangés, Nirannor compris qu’il s’était fourvoyé sur son chemin et qu’il empiétait sur le territoire des Elfes. Son interlocuteur, un dénommé Sylvéstrus, sergent de a ville d’Elrod, se permit de diriger le mestre marchand vers la frontière. Les deux êtres empruntèrent le chemin vers l'Est de la citée Elfique. Petit à petit, le chemin se faisait plus escarpé, plus dur. La montagne s'élevait vers les nuages gris de cette douce journée. Au loin, quelques neiges éternelles donnaient à leur vision une sensation de calme, de repos. Le silence perturbé par quelques piaillements d'oiseaux, reposait leurs esprits et leurs corps. Nirannor précédait son nouvel ami et il put remarquer avec quelle aisance celui-ci escaladait ses monts abrupts.
Après plus de deux heures de marche, ils purent apercevoir au creux d'une petite vallée verdoyante, un campement. Nirannor compris de suite que le commandant Narvalar Voilebrûme devait s'y trouver, une bannière aux couleurs du codex accroché en haut d'un mât d'une des tentes battait au vent. Nirannor se dirigeait droit sur l'abri de son supérieur. L'astre du jour commençait à décliner quand le Mestre Marchand accompagné par Sylvestrus pénétrèrent dans la tente. Les trois eurent une conversation riche et enrichissante sur l’avenir des relations entre les deux peuples et se promettaient de se revoir quand celles-ci seraient complètement établies.


Dernière édition par yadlae nirannor le Sam 7 Juil - 10:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Sam 7 Juil - 9:46

CHRONIQUES
Chapitre 14 :
Les Saintes Terres - Marchands

Ecrit le Joriol 11 Tilomias du 1551ème cycle.

Cela faisait plusieurs jours que le Mestre marchand avait quitté les hautes montagnes de l’Ouest et il se dirigeait vers Dalarielle. Traversant le grand désert non loin de Walldamen, ses pas se faisaient plus lents et une certaine lassitude se faisait sentir chez le marchand. Depuis combien de temps ne s’était-il pas assis dans une taverne ou couché dans un lit douillet et moelleux ?

La chaleur de l’astre du jour empêchait toute réflexion et le sable brûlant se faisait ressentir dans tout son corps. Alors qu’il se trouvait au milieu de cette étendue morbide, son chemin croisa celui d’une momie errante à la recherche d’une proie. Il ne put faire autrement que de la combattre. Les adversaires luttèrent pendant plusieurs heures et Nirannor, par son expérience acquise ces dernières semaines, sut déjouer les feintes de son assaillant pour l’envoyer définitivement au fin fond du royaume des morts.

Blessé, le Mestre marchand devait à tout prix rejoindre Dalarielle au plus vite. Mais une autre chose le préoccupait depuis l’invasion des Krevens : Il n’avait pu s’occuper de son ordre, le laissant dans l’état. Alors, il se remit à la tâche, prenant une plume, il envoya par l’intermédiaire de sa piomette, une missive à tous ces hommes et femmes qu’il dirigeait. C’était décidé, il fallait les regrouper et faire plus ample connaissance afin de relancer les convoyages dans le Saint Royaume. Une petite promenade entre les trois citées permettrait de faire un état des lieux, que ce soit humain ou matériel.

Fixant un rendez-vous près de la banque de Dalarielle, le Mestre marchand pressa le pas. Le jour touchait à sa fin et la ville était encore loin.
Le voyage jusqu'à Dalarielle n'avait pas été de tout repos et le Mestre Marchand après avoir croisé moult monstres de ces contrées, ne fut pas mécontent de revoir un peu de civilisation. Blessé, il se traîna lamentablement jusqu'au quartier marchand, espérant y trouver une bonne âme pour lui prodiguer quelques soins avant qu'il ne reparte vers de nouvelles aventures.

C’est devant le magasin magique qu’il rencontra Dame Cliara, avant d’apercevoir à une trentaine de pas le marchand Jimm. Puis, après quelques échanges avec eux, sire Luidour Valior pointa le bout de son nez. Seul manquait à l’appel le Frère Jean, réquisitionner par la Sainte Inquisition. Après quelques achats pour remplir une besace bien vide, le mestre marchand tomba sur une charmante connaissance : dame Ysandre. Son visage resplendissait plus que jamais et ses yeux plus beaux encore renversèrent une nouvelle fois l'âme de Nirannor. Après quelques mots de salutations, il la quitta non sans regret car de nouvelles obligations l'attendaient, se jurant de la retrouver un peu plus tard.

Le jour n'était pas encore levé que Nirannor quitta son lit chaud et douillet. Son sac prêt, le Mestre Marchand n'avait plus qu'à prendre un bon petit déjeuner avant de se mettre en route.
Le point de rendez-vous était la sortie sud de Dalarielle et Nirannor s'y dirigea marchant d'un bon pas. Petit à petit, la citée se réveillait de cette nuit douce pour la saison. Passant devant la boulangerie, il ne put résister à acheter une petite brioche tout juste sortie du fourneau.

Il avait emporté plusieurs cartes du Saint Royaume en vue de faire un réel point de l'état des chemins. Il avait en effet, au cours de quelques convois, remarquer des dégradations importantes sur les routes empruntées et celles-ci avaient pour effet de ralentir considérablement le temps des voyages. Le Mestre marchand souhaitait améliorer ce désagrément car certains clients s'étaient plaints du manque de rapidité des expéditions de marchandises.

Les grandes portes du Sud n'étaient plus qu'à une vingtaine de pas de Nirannor et celui-ci put constater qu'il était le premier arrivé au point de rendez-vous. Il en profita pour jeter un dernier œil sur le contenu de son sac et attendit l'arrivée de ses compagnons.

Le premier à rejoindre le Mestre Marchand fut un homme brun paraissant assez jeune. A peine l'avait-il salué que Dame Cliara fit son apparition. Elle semblait gaie et enjouée de partir sur les routes. Une fois le groupe réuni, ils partirent en direction du Sud.

Kelean la Pieuse fut rejointe en très peu de temps. La route semblait l'une des meilleurs du royaume et le voyage se déroulait sans encombre. Le Mestre marchand profita d'être en ville pour régler quelques courriers et autres missives en attendant le nouvel arrivant. Cela faisait bien longtemps que le bureau au dessus de l'auberge du Golem d'or n'avait reçu la visite du Mestre. Sire Lorin l'avait laissait un peu en désordre avant son départ précipité. Nirannor n'eut de cesse avant de repartir de ranger les dossiers, parchemins et autres papiers qui traînaient sur le bureau et jonchaient le sol.

Le soleil brillait quand Nirannor rejoignit ses camarades à la sortie Ouest de Kelean. La direction vers le soleil couchant allait les emmener vers Walldamen...

Pour le Mestre marchand, la ballade allait s'arrêter aux portes de la ville. Une missive lui arrivait mentionnant quelques affaires à régler au plus vite.
Reprenant la direction du centre ville, le Mestre marchand les salua d'une main avant de passer la porte Ouest de Kelean.


Dernière édition par yadlae nirannor le Sam 7 Juil - 10:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Sam 7 Juil - 9:50

CHRONIQUES
Chapitre 15 :
Les Saintes Terres - Purifier Nhartillan

Ecrit le Valkin 19 Tilomias du 1551ème cycle.

Après une marche des plus pénible, le Mestre marchand arriva dans les collines à l'Ouest du village de Nhartillan. Plusieurs fois sur son chemin, de viles créatures lui tombèrent dessus et plus d'une fois, il dut fuir évitant ainsi une mort certaine.

Mais les coups de ces différents monstres le blessèrent lourdement et c'est le visage ensanglanté qu'il aperçut son ami Corran. Celui-ci ne paraissait pas dans un meilleur état mais son accueil chaleureux vis à vis de l'ex lame réchauffa le cœur de Nirannor. Les deux hommes discutèrent longuement sur ce qu'ils avaient vus et ne purent que constater que le mal une nouvelle fois, mettait à l'épreuve les enfants du Juste.

A eux deux ils ne pouvaient rivaliser face à ces armées de morts vivants mais devaient tout faire pour éviter qu'ils ne se déplacent trop vite vers d'autres citée. Son Ost ne tarderait pas à venir, il fallait donc tenir cette position en attendant.

Trois heures plus tard, un petit détachement emmené par le sire Thaddeus arriva sur les lieux pour chasser le mal en ces Terres Saintes. Un mort vivant venait de tomber sous le coup de la claymore du Mestre Marchand, mais combien en restaient-ils encore ? Au loin, Nirannor pouvait apercevoir des hordes de ces monstres.

En attendant le gros de l'armée, il fallait que les hommes envisagent une tactique pour mieux appréhender cette horde de monstres. La présence du Capitaine du chapitre du Temps ne pouvait pas mieux tomber. Même si Nirannor avait eu quelques soucis avec l'homme, il savait qu'en ces temps difficiles, les rancoeurs personnelles devaient être mises de côtés et il se tenait prêt à obéir aux ordres du Capitaine. Malgré un plan de bataille des plus pensé, l'ennemi se faisait redoutable, se multipliant comme par enchantement. Le Mestre marchand chargea plusieurs fois, et plusieurs fois reçu une avalanche de coups, à chaque fois plus forte, plus douloureuse. Se repliant sur l'arrière, son corps meurtri, l'ex lame se revoyait quelques semaines auparavant, défendant la citée de Walldamen. Ces deux fois nés seraient plus durs à éradiquer qu'on ne pouvait l'imaginer. Son ami Corran se tenait à ses côtés et lui aussi était dans un triste état.

Il venait d'envoyer dans le monde de l'au delà une horde de pirates que Dame Erin avait déjà bien abîmé. Les cadavres gisaient sur le sol herbeux des prairies vertes et le soleil venait d'atteindre son zénith. Retournant auprès des soigneurs, Nirannor croisa un bataillon de son Ost, prêt à donner une nouvelle charge sur ces infâmes créatures. La tactique du Capitaine Thaddeus paraissait payante, son Ost remportait chaque jour des batailles, mais la guerre semblait loin d'être finie.
Arrivé au campement, l'ex lame se dirigea derechef vers Dame Laurine, elle s'occupait de l'organisation des soins et d'une main de maître dirigeait la dizaine d'infirmiers qui étaient sous ces ordres. Une douleur atroce envahissait le corps du marchand, un mauvais coup reçu dans le dos. S'allongeant sur une des paillasses, il attendit que l'on vienne s'occuper de lui, en silence, méditant sur les épreuves endurées ces derniers mois.

Que de guerre, que de sang versé mais existe t-il un endroit où la paix est maître mot, où chaque être dispose de sa vie sans qu'il se fasse agresser, où l'harmonie entre les peuples autorise l'espoir d'un monde Juste et droit ?

Alors qu'il portait à sa bouche quelques morceaux de viande séchée, ses yeux tombèrent sur un phénomène étrange, une vision du mal en plein action : des hordes de deux fois nés envahirent la plaine en un rien de temps, massacrant à tour de bras les soldats, arrachant à leurs victimes leurs membres, dépeçant les carcasses... une terrible attaque fulgurante avait surpris Son Ost.

Nirannor, épée en main, se trouvait bien faible devant cet étalage de force. A peine avait-il levé le petit doigt, qu'une dizaine de lames s'abattirent sur lui, lui déchirant sa chair au plus profond. Hurlant de douleur le Mestre marchand se devait de penser vite, sa vie ne tenait plus qu'à un fil.

Sa première réaction fut la fuite. Courant à travers l'herbe verte, Nirannor détalait, des larmes coulèrent sur son visage et son sang ruisselait sur son armure. Une fois à une centaine de lieues du champ de bataille, il s'arrêta, se retourna pour constater que personne ne l'avait poursuivit. Mais sa conscience le tiraillait, le culpabilisant d'avoir abandonner ces amis, d'avoir préférer sa vie à la défense des Saintes Terres. Le Mestre tomba à genoux, pria le Juste, implora sa clémence. De longues minutes s'écoulèrent avant qu'il ne retrouve un peu de sérénité, de calme.

Que faire maintenant ? Ses blessures le faisaient souffrir le martyr, Nirannor regrettait de n'avoir emporter quelques potions de soins. Le jour s'estompait petit à petit, la nuit serait longue, très longue...

Fouillant dans sa poche, il en retira un parchemin un peu froissé. Le dépliant, celui-ci n'était rien d'autre qu'une carte des Saintes Terres, enfin une esquisse des diverses routes, chemins, rivières, villes et villages du Royaume. Réfléchissant sur sa position, il constata que Dalarielle La Lumineuse ne se trouvait guère très loin.
Retourner au combat serait pur suicide pour le marchand, peu habitué à combattre, mais il pouvait servir son Ost par d'autres actions plus à sa portée.

Décidé, il se leva et se dirigea vers la citée. Le temps pressait, il fallait trouver quelques renforts en hommes d'arme, soigneurs et autres mages. Peut-être devrait-il se fournir en potions de vie, de soins, bandages, atèles et autres ustensiles tels que marteaux de forgeron, enclume...

Alors qu'il traversait le gué du fleuve des Ames, il s'attarda un instant regardant vers le Sud, vers le village de Nhartilan, repensant à ces hordes de pirates, de deux fois nés, tuant et massacrant des innocents. Une larme coula lentement sur sa joue...

Après être passé échanger les pièces d'or récoltées sur les cadavres des deux fois nés, à la banque, le Mestre marchand s'engouffra dans un des magasins de la ville. Il ne s'attarda pas avec le propriétaire qu'il connaissait bien, mais déposa une centaine de kelidors sur le comptoir et pris des potions de soins en contrepartie.

La nuit noire empêchait d'y voir à plus de trente pas et Nirannor put constater,une fois les portes franchies, qu'il ne pourrait rejoindre le Capitaine Thaddeus avant deux bonnes journées. Espérant qu'il n'arrive pas trop tard, le Mestre Marchand ne prit pas le temps de se reposer quelques heures mais força l'allure.

La nuit disparaissait petit à petit pour laisser les premiers rayons matinaux envahir les vastes plaines des Saintes Terres. Non loin, un léger brouillard s'élevait du fleuve des Ames. Le Mestre marchand avait marché toute la nuit et ses jambes commençaient à se faire lourde.

Il s'arrêta quelques instants pour se désaltérer. Depuis la Lumineuse, aucun être n'avait croisé son chemin et cette ambiance sans vie pesait sur lui. La mort avait-elle frappé tous les êtres vivants de ce royaume ?

La réponse lui fut donnée peu de temps après. Alors qu'il approchait des marécages bordant le fleuve, une felpa des plus agressive tenta de le blesser. Mais Nirannor, surpris eut un réflexe des plus étonnant et put éviter l'assaut de la plante. Il était temps de rejoindre au plus vite Son Ost, sans doute toujours aux prises avec les deux fois nés.

N'étant pas du chapitre du temps, le Mestre marchand avait quand même rejoint le campement du Capitaine Thaddeus. Il ne souhaitait se retrouver seul face à cette ignominie de deux fois nés.

Retapant son armure, il se rappelait quelques souvenirs d'antan où, accompagné du grand Mestre Falstuff, il avait appris la ferronnerie auprès du renommé Sire Dérénos. Ce forgeron, ou plutôt ce Mestre forgeron était un des meilleurs du Saint Royaume et avoir le privilège d'avoir été son élève rendait Nirannor peu fier de la chose.

La journée était encore fort longue et l'ex lame profita pour aider les hommes du Capitaine Thaddeus à renforcer le campement contre toute attaque ennemie. Creuser, couper, scier, clouer, ses mains plus très habituées à ce genre de travail rougissaient et quelques ampoules poussèrent comme les champignons à la saison du crépuscule. Le Mestre du aller trouver Dame Laurine, qui, grâce à quelques herbes et autres onguents atténuait la douleur de Nirannor. Elle n'était pas sans rappeler Dame Ysandre, ses mains douces et agiles avaient un certain pouvoir pour soulager ou guérir et son visage toujours souriant, égayait l'atmosphère lourde et pesante.

La nuit arrivait à grands pas et des tours de garde furent prévus pour éviter une surprise qui pourrait contrecarrer les plans du Capitaine Thaddeus. Celui-ci souhaitait que chacun se prépare du mieux qu'il pouvait, avant d'entamer une contre-offensive qui sonnerait le glas des deux fois nés. La tactique paraissait osée mais cela valait le coup d'essayer, la vie de centaines de Kelidariens en dépendait.

Le lendemain serait une grande journée à ne pas en douter....

Le Mestre marchand ne mit pas longtemps à retaper l'armure du Capitaine et alors que le soleil montait petit à petit, la journée qui s'annonçait serait sans aucun doute, une que l'on n'oublierait pas. Les hommes se préparaient à l'assaut, certains vérifiant l'état de leur arme, d'autres priant le Juste pour qu'il leur apporte courage et d'autres encore se bénissant le corps comme pour ôter le mal qui était en eux.

Chacun se rendit à l'entrée du campement et à quelques lieux de là, ils pouvaient deviner les hordes des deux fois nés. Les hommes silencieux attendaient l'ordre de leur supérieur, le Capitaine Thaddeus, et Nirannor, aux côtés du Sire Corran Horn sentait sa respiration s'accélérer, ses mains moites tenait fermement sa claymore tandis que quelques gouttes de sueur perlaient sur son front.

Ces quelques instants avant la bataille paraissaient durer des heures...

La bataille avait été âpre et dur mais les défenseurs du Saint Royaume en étaient sortis vainqueurs. Mais ce n'était qu'une bataille et la chasse à ces deux fois nés semblait encore longue. Le Capitaine Thaddeus conscient de ce fait, réorganisa les troupes et réorienta ses objectifs.

Les plaines avoisinantes sentaient bon la saison du zénith. Les papillons virevoltaient au dessus des quelques fleurs, les abeilles butinaient, le soleil radieux annonçait une après midi chaude, aucun nuage ne venaient ternir le ciel bleu azur. Mais cette beauté idyllique cachait la cruauté de la guerre, des hommes se battaient contre le mal et certains en laisseraient leurs vies.
Les épées s'entrechoquaient, les corps tombaient, les hommes prirent petit à petit le dessus sur ces hordes des deux fois nés. La tactique du Capitaine Thaddeus s'avérait payante et bientôt il ne resterait plus trace de cette souillure près du village de Nhartilan.
Le Mestre marchand, entouré par les hommes du chapitre du temps, essayait de faire de son mieux. Sa claymore arracha plus d'une fois l'espoir chez ces ennemis mais plus d'une fois il du faire face à quelques coups bien placés. Son armure absorbait la plupart d'entre eux mais certains venaient meurtrirent sa chair au plus profond. Malgré ses blessures, Nirannor continuait aidé par ses compagnons d'un jour.
Sous la chaleur du jour, chaque mouvement demandait un effort supplémentaire, quelques gouttes de sueur perlaient sur son front et le Mestre sentait la fatigue l'envahir sournoisement.
Heure après heure, bataille après bataille, les Kelidariens chassèrent ces deux fois nés de leur terre.



Dernière édition par yadlae nirannor le Sam 7 Juil - 10:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Sam 7 Juil - 9:53

CHRONIQUES
Chapitre 16 :
Les Saintes Terres - Savoir Et Amour

Ecrit le Joriol 23 Rastel du 1552ème cycle.

Le jour se levait sur La Lumineuse et Nirannor n'était pas encore sortit de son lit. Serindë, sa compagne piom vint le secouer amicalement avant de lui donner une missive des plus officielle.

L'ouvrant rapidement, le Mestre marchand fut ravi d'y apprendre que son inscription à l'epischola avait été acceptée. Restait plus qu'à se préparer pour rejoindre ce haut lieu du savoir. Nirannor, après avoir pris un petit déjeuner des plus copieux, commença à préparer quelques affaires.

Besace sur le dos, Nirannor traversait les rues bruyantes du quartier marchand et se dirigeait vers son annexe pour y régler les affaires courantes, avant de sortir de la citée. Quelques consignes à donner, quelques missives à envoyer, régler les factures, enfin mettre à jour la paperasse de l'ordre Marchand.

Laissant les murs de la citée derrière lui, le Mestre marchand cheminait vers le Nord sur la route pavés. La forêt qui l'entourait sentait bon la saison du Zenith et le doux soleil du matin l'encourageait à presser le pas. Quelques oiseaux piaillaient et au loin, il pouvait entendre un pivert tambouriner un arbre à la recherche de quelques vers.
C'était la première fois que Nirannor se rendait à l'épistolat. De ce lieu, il ne connaissait rien, ou tout du moins ce qu'il avait entendu ça et là. Il repensait au temps, ou jeune compagnon des lames de la foi, se rendait à son premier entraînement. Il revoyait cet instructeur, fort comme un boeuf, dictant ses ordres d'une voix grave, se remémorait ce campement dans cette forêt enneigée à l'est de Kelean, ses cours d'escrime, ses exercices physique, ses réveils matinaux...

Les montagnes du Nord se dressaient d'un coup et le chemin fut plus pentu. Nirannor ne s'en rendit pas compte de suite, trop absorbé par ces pensées. Au détour d'un lacet qui surplombait la vallée, le Mestre marchand put admirer un petit village. Le soleil haut dans le ciel l'encourageait à arriver avant la nuit. Il faut dire que quand le noir tombe sur ces monts, la température descend plus que de raisonnable.

Au bout d'une bonne heure de marche dans ces pentes, il aperçut un panneau indicateur. Dessus, peint en noir, la direction de l'épistolat. Il était sur le bon chemin. Quelques gouttes de sueur commençaient à perler sur son front et il dut ouvrir son col pour mieux respirer. Levant la tête de temps en temps à la recherche d'un bâtiment, il progressait toujours plus à l'intérieur de ce massif montagneux.
Mais cela ne dura trop longtemps. A une centaine de pas, se dressait la bâtisse. Haute de plus d'une vingtaine de pieds, entourée de murs empêchant toute intrusion, elle était là, bien plantée au pieds d'un mont plus haut que ce qu'il n'avait encore vu. La beauté du site, le calme des lieux, inspirait Nirannor au respect. Il entrait dans le temple du savoir…

Sa première rencontre fut un vieillard, aux réflexions et pensées des plus étranges. Nirannor se lia pour le vieil homme et, souvent le soir avant de s’endormir, philosophait avec lui sur la vie et ses méandres. Lorken tel était son nom, mais aujourd’hui, le chapelain n’a plus de nouvelles. Est-il mort ? A t-il rejoint Kelidar ? Peut-être un jour le croiserait-il de nouveau et les deux amis reparleraient de ses longues heures passées ensemble.

D’autres rencontres vinrent enrichir ce temps passé à l’ombre des hautes montagnes du Nord. Dame Guenièvre de Névrésia fut une de celles-ci. Rencontré d’abord à un cours sur le dogme, il appris à mieux la connaître lors de ses études dans la bibliothèque de l’épistolat. Aux lueurs des bougies, les deux élèves discutèrent sur les différents thèmes abordés pendant leur formation. Avec elle, il passa de longues heures à évoquer les anciennes terres où la belle semblait y avoir laissé une partie d’elle-même.
Mais un événement allait changer la vie du marchand. Une ancienne compagne d’arme intégrait l’épistolat et Nirannor se devait de l’accueillir. Valhyria alias Aaron de Delfort arrivait. Des liens s’étaient créés au cours des longues heures passées ensemble, au sein des compagnons des lames de la foi et de Son Ost. Et sans s’en apercevoir, leurs cœurs s’éprirent l’un de l’autre, oubliant leurs premiers préjugés, faisant fi de leurs premières rencontres un peu tendues. Les deux amants, oubliant les règles et préceptes de l’epischola, eurent de tendres moments, scellant ainsi un amour naissant.
Le temps était venu pour le chapelain, de quitter le haut lieux et d’abandonner sa belle pour quelques temps, promettant de trouver un moyen pour qu’ils se retrouvent rapidement…


Dernière édition par yadlae nirannor le Sam 7 Juil - 10:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Sam 7 Juil - 10:05

CHRONIQUES
Chapitre 17 :
Les Saintes Terres - Retour Aux Sources

Ecrit le Joriol 23 Rastel du 1552ème cycle.

La brume recouvrait les collines qui se trouvaient devant Nirannor. Le col de sa veste remonté, il se dirigeait vers Redemption pour quelques affaires peu importantes. Il avait coupé à travers la forêt voulant revoir un ancien campement où durant plusieurs jours, il s'était entraîné lors de ses classes dans l'ordre des lames de la foi. Mais le destin ne lui permit d'aller plus en avant. Une missive du Saint père Belgarath l'informait qu'il était affecté à l'évêché de Gardabois et qu'il devait s'y rendre au plus vite.

Le mestre marchand, une herbe entre les dents, fit demi-tour et décida de remonter vers le Nord. Mais s'il connaissait parfaitement les chemins du Saint Royaume, il n'avait aucune idée de la route à prendre pour revoir les anciennes Terres. Missivant l'évêque derechef, il espérait que le Saint Homme lui donnerait la réponse à sa question.

Alors qu'il n'avait pas encore fait plus de dix lieues, Serindë, revint, une nouvelle missive entre les mains. Belgarath, fort de son savoir, lui fit la description du chemin à suivre et l'informait qu'il l'attendrait aux portes du tunnel. Nirannor, heureux comme un gamin, redoubla d'énergie et s'enfonça dans les hautes herbes. Alors que ses jambes l'entraînait vers un nouvel avenir, ses pensées s'attachèrent au visage de la belle qu'il laissait en ces Terres. La reverrait-il un jour ?

L'allure ne faiblissait pas et avant que la nuit ne tombe, le mestre marchand put apercevoir le chemin reliant la Lumineuse de la Pieuse. Le prenant, il se dirigea vers le Nord. Le temps plus frais ne le dérangeait point mais il craignait que la neige arrive trop vite et ne le ralenti dans sa progression. Les lourds nuages noirs passaient au-dessus de sa tête et venaient s'échouer sur les hauteurs des montagnes du Nord, présageant d'un hiver rude.

Après avoir franchi le pont enjambant l'affluent du grand fleuve, il obliqua vers l'Ouest. A peine avait-il changé de direction, qu'il rencontra un troupeau de basilic. Mais les monstres, lents de réaction ne parvinrent à charger et Nirannor put se sauver sans le moindre mal. Le village de Boislise n'était plus vraiment très loin, il s'y reposerai pendant la nuit avant de continuer sa longue marche vers un nouvel avenir.

Au Nord, les montagnes commençaient à apparaître et Nirannor pouvait admirer leur beauté. Certains monts s'étaient habillés de leurs manteaux d'hiver et cela n'annonçait pas un réchauffement de la température. Longeant le long fleuve, le mestre marchand se demandait bien jusqu'où il irait pour trouver le fameux tunnel.

L'eau s'écoulait de plus en plus rapidement, et quelques poissons tentaient de remonter son courant. Distrait, notre homme ne remarqua pas une felpa et celle-ci, dans un excès de colère, le blessa légèrement. Mais il ne s'arrêta pas, continua son chemin, bien décidé à trouver la porte avant la tombée de la nuit.

Le terrain s'inclina légèrement, quelques gouttes de sueur perlaient sur le visage de Nirannor. Suivant toujours le fil de l'eau, le mestre marchand pensait à ce qu'il trouverait de l'autre côté. Beaucoup trop de questions sans réponses, son pas se fit encore plus rapide comme si chaque instant gagné le rapprochait d'un but non avoué.

Tout d'un coup, le fleuve devenu plus une rivière disparu ou plutôt semblait sortir d'une immense faille de la montagne. Nirannor stoppa, bouche bée devant ce spectacle naturel. Il n'avait encore vu de pareille chose. Puis, il s'en approcha. Alors qu'il n'était plus qu'à une dizaine de pas de l'ouverture béante, il aperçut un homme d'allure moyenne, d'à peu près le même âge que lui.

D'un signe de la tête, l'homme confirma qu’il était bien Belgarath et invita Nirannor à le suivre. Les deux humains pénétrèrent dans le tunnel. La température plus chaude qu'à l'extérieur n'empêcha point une forte humidité envahir l'atmosphère. L'eau de a rivière coulait encore plus rapidement et les murs suintaient fortement. Sur ceux-ci des champignons de toutes les couleurs profitaient de cette ambiance et recouvraient des pans entiers. Nirannor buta plus d'une fois sur quelques gros cailloux, la faible luminosité n'étant pas pour favoriser les déplacements. Mais l'évêque semblait connaître le chemin parfaitement et ne tergiversait pas sur ces pas.

Ils cheminaient d'un bon pas à travers les longs couloirs du tunnel. Petit à petit Nirannor s'habituait à la faible clarté des lieux. Le tunnel, tant redouté par le mestre marchand semblait être plus aisé qu'il n'en paraissait.

La lumière se fit plus forte au fur et à mesure que les deux hommes approchaient de la sortie. Nirannor, tendu, tenait là le rêve de beaucoup de Kelidariens du Saint Royaume : fouler les anciennes terres, revoir leur lieu d'origine, là où tout s'est créé, là où tant de choses bien ou mal se sont déroulées, là où il y a près de deux cycles, l'oracle leur proposa de quitter les terres souillées d'Idéo…


Dernière édition par yadlae nirannor le Sam 7 Juil - 10:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Sam 7 Juil - 10:10

CHRONIQUES
Chapitre 18 :
Les Hautes Landes - Première Mission

Ecrit le Joriol 23 Rastel du 1552ème cycle.

Le soleil bas dans le ciel réchauffait quelque peu le corps du mestre marchand. Les hautes montagnes cernaient le tunnel et aucun chemin ne facilitait son accès. Marchant vers l'ouest, les deux hommes suivaient le fleuve réapparu étrangement du sol. Le silence enveloppait ces lieux et Nirannor écoutait sa propre respiration entrecoupé des bruits de ces bottes sur le sol caillouteux. Combien de temps faudrait-il pour rejoindre Gardabois ?

Au bout de quelques lieux, Nirannor put apercevoir en contrebas, une magnifique forêt. Les deux religieux s'y dirigèrent. Quelques oiseaux firent leur apparition ou plutôt, s'entêtèrent à piailler comme pour avertir d'une intrusion dans leur domaine. Ces terres n'étaient pas si différentes que le Saint Royaume et les mille et une odeur des bois ressemblaient à tout point à ce qu'il connaissait. Le chemin se faisait moins difficile et Nirannor aurait bien voulu faire une petite halte pour se restaurer quelque peu. Mais son mentor marchait d'un bon pas et ne semblait vouloir s'arrêter avant d'avoir rejoint la citée.

La ville pointait à l'horizon et dans les vastes plaines qui l'entouraient, deux hommes marchaient en sa direction. Le voyage s'était bien passé et le mestre marchand se surpris d'être arrivé si vite aux portes de Gardabois.
Bientôt, il pourrait commencer à travailler. Comme le lui avait dit son supérieur, tout était à faire ou plutôt à refaire. Ces terres abandonnées devaient retrouver leur éclat, retrouver la Lumière du Juste, retrouver le droit chemin. Nirannor en serait un des guides et il se devait d'éviter les nombreux obstacles qui allaient se dresser devant eux.

La discussion entre les deux hommes leur permit de mieux se connaître et malgré leurs parcours assez différents, leurs objectifs se rejoignaient. Déjà, ils pouvaient entrevoir les murs de la citée...

Nirannor suivait de près le Saint père, l'homme semblait connaître la cité comme sa poche. Ses premières paroles furent pour les chapelains venus le recevoir aux portes de Gardabois. Le mestre marchand, découvrait là deux de ses nouveaux collègues de travail : un homme aux cheveux blonds, sire Requiem, dont l'âge ne semblait dépasser pas les vingt cycles, et à ses côtés une jeune femme, dame Hanna, aux longs cheveux bruns, enveloppée dans une robe blanche.

La grand place remplie de badauds et de hautes personnalités, ouvrait ses bras aux visiteurs.
Nirannor, aux côtés d'Hanna, suivit le Saint père, silencieusement. Leur hôte, le maire de Gardabois,ouvrait le chemin et quelques instants plus tard,le petit groupe composé de plusieurs personnalités de la citée entre autre, se retrouva dans une salle de la mairie.
Assis autour d'une grande table, le chapelain écoutait attentivement les paroles de son supérieur. Pour Nirannor, si la partie administrative de leur mission semblait n'être qu'une formalité à régler, il n'en était rien de la purification de Kirval. La Sainte allait-elle ouvrir ces bras au renouveau ?

C’est au terme de longues discussions que le Saint père donna l’ordre à Nirannor de faire le recensement des villages et âmes de l’évêché de Gardabois.


Dernière édition par yadlae nirannor le Sam 7 Juil - 10:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Sam 7 Juil - 10:14

CHRONIQUES
Chapitre 19 :
Les Hautes Landes - Retrouvailles Chaleureuses

Ecrit le Joriol 23 Rastel du 1552ème cycle.

Nirannor avait préparé au mieux cette délicate mission et attendait maintenant l’arrivée de sa garde pour partir. Celle-ci composée de Kaine de Milkaor et d‘Aaron de Delfort ne devait plus être très loin de Gardabois, selon les dernières nouvelles reçues par le Mestre marchand.
Pour ne pas perdre trop de temps, le chapelain se rendit à l’entrée Ouest de la citée afin de les y attendre. Le ciel d’un bleu profond annonçait une belle journée et Nirannor pensait déjà aux retrouvailles et à la joie de revoir son amie. Assis le long d’un mur, exposé plein sud, il mâchait une tige de réglisse…

Ce fut en fin de matinée qu’il perçut deux silhouettes armées. Se levant, il se dirigea vers elles. Au fur et à mesure qu’elles se rapprochaient, il pouvait deviner qu’elles étaient bien celles qu’il attendait. La première, de forte carrure laissait entrevoir son harnois brillant aux armoiries de Kelidar. La seconde, plus en retrait était bien familière aux yeux de l’ex-lame et il dut se retenir pour ne pas lui sauter au cou.

Son cœur battait de plus en plus fort et alors qu’il s’adressait au capitaine d’escorte, il ne pouvait s’empêcher de regarder sa belle.
La sensation de sa peau laissa Nirannor sans voix pendant quelques instants mais le chapelain devait, malgré ses sentiments profonds, faire abstraction de ces pensées et aller de l'avant. Se tournant vers le Capitaine, il expliqua la mission.

Le saint père vint donner les dernières recommandations au chapelain avant que la petite troupe quitte Gardabois. En plus de Kaine et d'Aaron, deux autres gardes, vinrent se rejoindre au groupe sur la demande du capitaine d'escorte.

La neige recouvrait les champs et le route, la température froide pour la saison, n'affectait Nirannor, marchant d'un bon pas. Le capitaine envoya les deux hommes en avant afin de prévoir toutes surprises malgré la demande de Valkhyria. Le chapelain sentait entre ses deux compagnons de route, un sentiment étrange qu'il n'arrivait à définir. Mais pour lui, l'important était la présence de sa douce. Même si l'ex lame avait envie de quelques moments tranquille à ses côtés, son esprit et son cœur s'en trouvaient revigorés par sa présence. Bientôt, il pourra la serrer dans ses bras...

La route vers l'ouest ne présentait guère de difficultés et avant que la nuit ne tombe sur les anciennes terres, ils furent bientôt en vue du premier village. Nirannor, non loin du capitaine, proposa de s'y arrêter.

Le vent s'était tu d'un coup et quelques flocons commençaient à descendre du ciel, donnant au paysage un air calme et reposant. Le chapelain, accompagné de ses gardes, se trouvaient devant l'unique auberge du village suite aux indications de Valkhyria. Le temps était venu de se réchauffer quelques peu et de dîner chaud.
Nirannor sentait la douce présence de sa belle, et le désir d'une étreinte charnelle devenait de plus en plus fort. Mais, ni le lieu, ni les personnes présentes ne se prêtaient à ces ébats. La nuit risquait d'être fort longue et Nirannor espérait bien trouver un moment pour retrouver celle qu'il aimait.

Ne pensant pas au quelconque danger qui pouvait se présenter à l'intérieur du bâtiment, l'ex lame, poussa la porte de l'auberge, tout en invitant ses compagnons à le suivre.
A l'intérieur de l'auberge, quelques clients attablés, détournèrent leurs regards vers les nouveaux arrivants et un léger silence se fit. Le chapelain se dirigea derechef vers celui, qui d'allure, semblait être l'aubergiste…

Sur une table ronde en bois d'Olivier, les cinq compagnons soupaient. La chaleur du repas envahissait leur corps et réchauffaient leurs entrailles. Le chapelain s'était assis face à son garde rapproché, sur son côté droit se tenait Kaine alors qu'à gauche, un des deux autres gardes s'y trouvait. La conversation débuta sur la route déjà faite et dérivait petit à petit sur l'histoire et quelques anecdotes croustillantes de chacun...

La soirée passa rapidement avant que chacun ne rejoigne sa chambre. Le lendemain, un rendez-vous matinal avait été planifié avec le maire du village. Nirannor ne s'endormirait pas de suite, il attendait ce moment depuis bien trop longtemps maintenant. Il patienta que les derniers clients cessent leurs activités pour sortir de sa chambre et se diriger derechef vers celle de Valhyria. Arrivé devant celle-ci, son cœur se mit à battre la chamade, sa respiration se fut plus rapide, ses jambes devinrent molle comme du coton et il y resta pensif quelques instants. Puis, en évitant de réveiller tous les clients, sa main se referma sur elle-même, se porta sur la porte et frappa trois petits coups.

L'ex lame, seul dans ce couloir n'avait plus qu'à attendre et espérer...

La dernière vision lucide qu'il eut en cette froide nuit d'hiver, fut ses fines courbes, ses longs cheveux roux descendre sur ses frêles épaules, ses douces mains et ses yeux émeraude. Puis, plus rien...
Le chapelain, dans cette inconscience passagère, prit d'abord sa douce dans ses bras, l'étreignant contre lui, sentant son odeur douce et sucrée, écoutant le palpitement rapide de son cœur. Puis, leurs deux bouches se rejoignirent dans un même élan. Pendant combien de temps restèrent-ils ainsi adossés à la porte, Nirannor ne pouvait le dire.

La nuit s'égrena lentement, dehors, sous une voûte étoilée, quelques chiens aboyaient après un renard en quête de quelques poules, des rats sortaient de leurs trous pour chercher graines et nourritures pour leur progéniture encore endormis dans leur nid douillet, deux piomettes couraient dans les longs couloirs de la taverne pour mener à bien des missions bien différentes et dans cette chambre toute ordinaire, deux amants se retrouvaient après une séparation de plusieurs semaines. Ce que firent les deux amants le reste de la nuit leur appartient et nul doute qu'ils mirent à profit ces instants longuement attendus et désirés…


Dernière édition par yadlae nirannor le Sam 7 Juil - 10:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Sam 7 Juil - 10:17

CHRONIQUES
Chapitre 20 :
Les Hautes Landes - Sensations Retrouvées

Ecrit le Joriol 23 Rastel du 1552ème cycle.

Dans le lointain, Solior se levait de sa longue nuit et commençait à étirer ses mille feux au-dessus de l'horizon. Un coq, plus matinal que tous, lança un cocorico. Contraint et forcé par sa fonction, le chapelain déposa délicatement un tendre baiser sur le front de sa belle et sortit du lit.

Le maire les attendait sur le perron de la porte du bâtiment administratif, petite masure au toit de chaume dont une des fenêtres semblait en piteux état. L'homme, petit mais râblé, les fit entrer après présentation, dans une salle assez vaste et les fit asseoir autour d'une table ovale. Un de ses administré s'était joint au groupe et le chapelain put sortir un de ses parchemins et noter les réponses à ces multiples questions.
Le maire ne semblait avare sur ses paroles et commentait souvent telle ou telle chose, se laissant emporter par des détails croustillants de la vie du village. Nirannor, de temps à autre donnait un regard furtif vers sa douce, assise non loin de lui. Après plus de deux heures de discussion, le maire les invita à se rafraîchir un peu, leur proposant un verre d'hydromel. Le chapelain l'accepta bien volontiers, gourmand qu'il était sur ce doux breuvage.
Solior se trouvait à son zénith lorsqu'ils terminèrent cette réunion de travail. Nirannor remercia ses hôtes et se tourna vers ses compagnons de route pour leur ordonner de continuer la mission.

Le chapelain prit la tête du groupe et se dirigea plein Ouest, rejoignant le chemin pavé…

Le feu de camp brillait dans le noir profond de la nuit. Assis en tailleur, Nirannor buvait une rasade d'un hydromel peu commun, cadeau d'un ancien compagnon d'arme, Ragnak de Lunelame. Quelques étincelles virevoltaient haut dans le ciel dépourvus d'étoiles en ce jour de la saison de la nuit. Au loin le hululement d'une chouette ou d'un grand-duc résonnait et quelques rongeurs éparpillés dans les hautes herbes, tentaient de rejoindre au plus vite leur trous, de peur de finir sous les serres de leurs prédateurs.

Depuis le village de Sainte Sorranada le chapelain et ses gardes avaient du couvrir une bonne distance. La neige recouvraient encore les champs des environs quand Nirannor avait ordonné de prendre plein Est tout en longeant le grand fleuve. Depuis le matin de cette longue journée, il n'avait encore eu le loisir de se retrouver seul avec sa mie et de temps à autre, lui lançait quelques regards attendrissants.

Le capitaine semblait fortement occupé avec sa piomette, tandis que les deux autres gardes s'activaient à monter les tentes pour la nuit. Nirannor en profita pour se rapprocher de Valkhyria. Le feu éclairait son jolie visage et ses yeux brillaient à la lueur orangé des flammes. Le chapelain s'asseyait à ses côtés et délicatement lui prit la main.
La douceur de sa peau contrastait à la rudesse de ces contrées et Nirannor aurait pour rien au monde, échangé sa place. Délicatement, il déposa un baiser sur la main qu'il tenait...

Ils passèrent la nuit chacun de leur côté et le lendemain matin, alors que les premières lueurs tardaient à arriver, le petit groupe prit la direction de l'Est, toujours en longeant ce petit fleuve tumultueux.

Les jours s'étiraient petit à petit laissant présager le retour de la saison de l'aube. Les oiseaux virevoltaient de droite et de gauche au-dessus des têtes des Ithoriens et quelques bourdons, venus d'on ne sait où, semblaient se perdre dans cette campagne aux mille et une odeurs. La marche se passait sans paroles, quelques regards furtifs s'échappaient de temps à autre entre Nirannor et Valkhyria. La cadence imprimée par le chapelain allait les amener rapidement à un autre village, celui de Sainte de Sigyll.
Pus petit que le premier rencontré et sans auberge de surcroit, Nirannor et ses gardes durent trouver refuge dans une vieille grange pour y passer la nuit. Mais l'heure n'était encore à se coucher et alors que Nirannor musardait autour du bâtiment, il surpris deux de ces gardes en train de s'entraîner. Leurs épées s'entrechoquaient et dans un ballet bien coordonné, les deux corps se mouvaient avec élégance. Le chapelain resta les regarder. Puis sa main glissa lentement vers celle qui le sauva maintes et maintes fois. La froideur de l'acier contrastait aux doux rayons de Solior et quelques fourmis dans ses mains l'incitaient à les rejoindre. Ses premières passes ne furent pas des plus réussies mais au fil des minutes, le chapelain retrouvait ses sensations se rappelant ses longues heures passées au sein des lames de la foi…


Dernière édition par yadlae nirannor le Sam 7 Juil - 10:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Sam 7 Juil - 10:18

CHRONIQUES
Chapitre 21 :
Les Hautes Landes - Frayeur

Ecrit le Joriol 23 Rastel du 1552ème cycle.

L'air frais réveilla le chapelain. Les autres ne tardèrent pas, eux aussi à se lever et c'est dans la bonne humeur que la petite troupe se prépara pour continuer leur mission. Ils furent reçu par le maire du village de Sainte de Sigyll, qui, consciencieusement avait préparé les réponses aux questions de Nirannor. Il ne restait plus qu'à le saluer et reprendre le chemin.
Le chapelain décida de longer le fleuve vers l'est et de remonter vers le Nord dès que possible.

Nirannor ne connaissant les limites de l'évêché, décida de traverser le fleuve au niveau des grands marais et d'explorer cette zone Nord. Peut-être y avait-il un ou plusieurs villages ? Alors qu'il cheminait sur de tendres plaines vers les hautes montagnes qui se profilaient à l'horizon, le chapelain put apercevoir à quelques lieues plus à l'ouest, une citée.

Suivi par ses compagnons de route, il prit la décision de jeter un œil d'un peu plus près. Le soleil, haut dans le ciel, annonçait encore de belles heures devant eux. Arrivés à quelques encablures de la ville, il reconnut là, par la description que lui avait fait l'évêque, Kirval la Maudite. Ses murs envahis par les ronces et les lierres s'écroulaient en de nombreux endroits. Les tours de guets, à moitié ravagés par les guerres et autres conflits n'étaient plus que l'ombre d'eux même, témoins d'une ancienne époque où la ville resplendissaient dans ces prairies verdoyantes.
Nirannor ressentait là un étrange sentiment intérieur, comme une angoisse le tiraillant de toute part et ne voulant supporter cela d'avantage, donna l'ordre au groupe de se diriger plein Est. Le silence général qui régnait parmi eux, en disait long sur la vue de cette citée.

Les hautes montagnes, enneigées sur leurs sommets les plus élevés, se dressaient fières devant eux. Un petit chemin serpentait et permettait d'y accéder. Les compagnons s'y engouffrèrent et commencèrent leur montée. Alors que Nirannor, comme toujours, se trouvait à une dizaine de mètres devant, deux énormes monstres, sortis de nul part, l'attaquèrent. Leurs coups déstabilisèrent l'ex lame, qui, le cul par terre, constata les dégâts. Son bras gauche meurtri, sa jambe droite ensanglanté, le chapelain n'était pas à la fête. Un réflexe de survie le fit relevé derechef et saisir son épée. Fouettant l'air plus qu'il ne visait, il tenta d'écarter les deux créatures, en attendant que ses compagnons de route viennent l'aider à renvoyer dans le monde des morts, ces visiteurs peu enviables.

La bataille faisait rage. Le chapelain maniait son épée avec dextérité et chaque coup porté apportait un résultat mais en retour de sa réussite, les deux monstres infligeaient plus que de raisonnable. Alors que son fer toucha une énième fois le cuir d'un de ses adversaires, Nirannor perçut une flèche se plantant juste devant lui. Un petit bout de tissu accroché au trait attira son attention et il compris vite que son garde du corps préféré, n'était pas en bonne posture.

Se retournant pour évaluer son ressentit, il essuya une attaque en règle des deux monstres qui l'envoyèrent valdinguer à plusieurs mètres. Le choc fut plus brutal que d'ordinaire et le chapelain eut juste le temps de regarder aux alentours, de se relever avant de recevoir une nouvelle fois, les coups appuyés de ses adversaires. Plus loin, un corps sans vie gisait...

La rage montait en lui, car il savait. Il savait que ce corps était celui de sa bien-aimée, de celle qui chérissait plus que tout. Oubliant ses blessures, perdant son bon sens, Nirannor entra dans une transe peu commune pour ceux qui le connaissent. Hurlant, criant, il brandit son arme avant de charger les deux créatures. Suicide aurait pensé n'importe quel stratège des combats mais ce cri de désespoir, cet acte fou allait changer le cours de ce combat. Les deux monstres, surpris, stupéfait par cet humain, détalèrent avant qu'il n'ait pu abattre son épée. Alors qu'ils fuyaient vers les montagnes sans demander leurs restes, Nirannor stoppa net. Tout autour de lui semblait s'être arrêté de vivre, aucun souffle de vent ne venait rafraîchir son visage, aucun son n'arrivait à ses oreilles, une drôle de sensation envahissait peu à peu son esprit. Etait-il encore en ce bas royaume ou avait-il rejoint Le Juste sans s'en rendre compte ?

Se retournant à multiples reprises, il ne percevait plus ses compagnons de route, ni même sa compagne. Au lointain, Solior déclinait peu à peu, se cachant derrière les hautes montagnes de l'ouest...


Dernière édition par yadlae nirannor le Sam 7 Juil - 10:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yadlae nirannor
Séide
Séide
avatar

Nombre de messages : 23
Race : Humain
Classe : Paladin
Alignement : Neutre
Date d'inscription : 02/07/2012

Feuille de personnage
PV:
46/46  (46/46)
PM:
25/25  (25/25)
XP:
0/1000  (0/1000)

MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   Sam 7 Juil - 10:20

CHRONIQUES
Chapitre 22 :
Les Hautes Landes - Nouveau Compagnon

Ecrit le Joriol 23 Rastel du 1552ème cycle.

Nirannor avait prolongé plus à l'est, par curiosité ou tout simplement, pour s'assurer qu'aucun des monstres ne s'y était caché. Et son intuition s'avéra juste, le troll se tenait là, droit devant lui, le défiant du regard...

Le chapelain accepta volontiers le défis et se rapprocha afin de faire jouer sa lame. Alors que le combat entre les deux adversaires tournait à l'avantage de l'humain, le chapelain sentit dans son dos l'arrivée de renfort. Le troll, dont le sang violacé coulait en abondance sur le sol caillouteux, vivait ces derniers instants sur les terres de ce royaume. Nirannor allait donner le coup de grâce quand, des paroles étranges vinrent troubler la rencontre. A ces mots, le monstre s'écroula puis cessa de respirer. Nirannor resta quelques instants les bras ballants avant de se retourner.

A quelques mètres de lui, il reconnut le Capitaine, la sueur coulait sur son front et l'homme paraissait revenir d'une longue course. A ses côtés, un autre homme au gabarit imposant et à la tignasse couleur du blé, mais Nirannor n'eut le temps d'en savoir plus sur l'étranger, Valkhyria apparaissait d'un coup et courait se réfugier dans les bras de son amant. Le chapelain, heureux de retrouver sa douce, l'enserra dans ses bras avant de l'embrasser. Mais sa joie se teinta d'une once de colère quand il s'aperçut que la longue chevelure de sa belle s'était libéré de son emprisonnement. Mais cette irritation cessa brusquement quand il réalisa que ce corps qu'il serrait dans ses bras n'était autre que celui qu'il vit inerte dans l'herbe il y a peu de temps.

Alors que les deux amants se libérèrent l'un de l'autre, le chapelain s'adressa à l'inconnu. Après quelques présentations rapides, l’homme fut invité à partager le dîner. Assis tous autour du feu, ils mangèrent à cette viande de Troll fraîchement découpée. Le chapelain mastiquant un des morceau observait du coin de l'œil Bothari Konstantin, le nouveau.
La douceur de la nuit contrastait aux piques de la conversation. Mais dans un monde si sauvage et si brutal, les choses sont ainsi faites, on ne peut devenir ami, sans au préalable, avoir tester son interlocuteur. Au loin, quelques hululements d'oiseaux nocturnes se faisaient entendre malgré le crépitement du feu. Valkhyria et son supérieur eurent quelques mots tandis que Nirannor pu apprécier le travail de ferronerie de Bothari. Son épée ne ressemblait à aucune autre et la matière qui la composait semblait être venue d'un autre plan. La première sensation fut sa lourdeur, puis en y regardant de plus près, le travail minutieux de la lame. Quelques ciselures ornaient l'œuvre et le chapelain reconnaissait à son hôte, l'unicité de son arme, du moins de ses yeux.

Le lendemain matin, après un repas sommaire, le groupe reprit sa route vers le sud avec une âme en plus. Konstantine s'était donc joint aux Kelidariens. Nirannor pouvait déceler chez lui quelques qualités mais il restait fort prudent, ne connaissant son passé. Le capitaine Kaine de Milkaor semblait étrange, songeait-il à quelque chose de grave ?
Quant à Valkhyria, elle cheminait aux côté de son amant, le surveillant de si près que le chapelain pouvait entendre sa respiration.
Les marais furent vite atteint et traversés. Le groupe cheminant toujours dans les montagnes, se dirigeait vers le Sud et Nirannor souhaitait atteindre avant la fin de la journée la frontière de l'évêché.

Alors que le soleil jouait à cache-cache avec quelques lourds nuages gris et qu'une brise légère, venue du Sud apportait une douce chaleur, le chapelain aperçu à quelques encablures un groupe de harpies.

Tous s'arrêtèrent et s'armèrent, prêts à intervenir en cas d'agression des monstres. Ils s'avancèrent prudemment en leur direction mais, fait étrange, aucune d'elle ne bougea. Le groupe de bestioles était formé d'une demi-douzaine d'éléments dont une paraissait plus forte et plus grosse. Après consultation entre eux, ils décidèrent de les éviter et de continuer plus vers l’Ouest leur chemin.

Les montagnes s'éloignaient derrière eux, laissant place à quelques collines verdoyante. Solior rayonnait de mille feux et la nature, sortant d'un long hiver, reprenait petit à petit sa vie. Quelques oiseaux virevoltaient au-dessus des têtes des gardes, peut-être était-ce du à leur accoutrement mais ce qui devait arriver arriva. L'un des volatiles lâcha une déjection sur la tête d'un d'eux. Mécontent, le piètre leva le poing vers la bestiole tandis que l'autre comparse s'esclaffa bruyamment. S'en suivi une dispute verbale à faire réveiller les morts et le Capitaine du montrer son autorité pour faire taire ses deux subalternes. Mais le bruit réveilla un être que le groupe aurait bien aimé ne pas rencontrer. Un troll des plus imposant, mécontent de surcroit, fit irruption, prêt à en découdre.

Pas moyen d'en échapper, les hommes prirent leurs armes et tentèrent de faire disparaître le malfaisant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yadlae Nirannor   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yadlae Nirannor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au delà des mers :: Le début de l'aventure (RP) :: Arrivée sur l'île-
Sauter vers: