Au delà des mers

Des aventuriers venus du monde entier découvrent une île peuplée d'étranges créatures. Humains, Elfes, Orques et Nains se lient pour la coloniser.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 15 - La libération

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nirannor
Le tout puissant
Le tout puissant
avatar

Nombre de messages : 386
Race : Démon
Classe : Chevalier du Chaos
Alignement : Chaotique Mauvais
Date d'inscription : 07/05/2007

Feuille de personnage
PV:
666/666  (666/666)
PM:
666/666  (666/666)
XP:
666/666  (666/666)

MessageSujet: Chapitre 15 - La libération   Dim 16 Mar - 9:14

(Alkril)
Cela faisait une bonne semaine qu'Alkril n'avait pas vu la lumière du jour, depuis cette mauvaise rencontre avec les Drows dans le campement de Zibora. Il avait mis plusieurs heures avant de se remettre du coup qui l'avait assommé, les mains et les pieds attachés.
Une fois que les Drows s'étaient rendus compte qu'il était réveillé, ils avaient cessé de le porter; ils le traînaient par terre en le tirant avec une corde attachée à ses chevilles.
Cette fuite avait duré des jours entiers. Au début, il avait tenté de se débattre mais très vite, Alkril se fatiguait, impuissant! Il aurait voulu mourir tant ses membres lui faisaient mal, mais la seule chose qui lui redonnait du courage, c'était l'envie de revoir ses compagnons et surtout le sourire et les yeux bleus de Nimu...
Puis, du jour au lendemain, les Drows se mirent à le nourrir abondamment, à lui soigner ses plaies, les Drows semblaient attendre un évènement important; Alkril se douta plus tard qu'il allait être sacrifié.
Cependant, l'évènement tarda à arriver et petit à petit, les Drows cessèrent de le traiter en "prince", ils le punirent même de l'avoir bien traité pendant quelques jours.
Les punitions, les coups, le fouet et une bouillie tous les soirs, voilà à quoi se résumait le quotidien d'Alkril...


(Alkril)
Demain sera un grand jour pour les Drows...
En effet, hier soir, le Drow qui s'occupait d'amener la bouillie dans le cachot d'Alkril lui avait fait comprendre qu'après demain soir, le Sybian allait servir de nourriture à tous les Drows et qu'une grande fête serait organisée en "l'honneur" de son sacrifice.
Alkril comprenait maintenant pourquoi, hier et avant hier, la ration de bouillie du soir était plus importante et les coups de fouet moins nombreux.
Le matin, des Drows étaient venues lui soigner ses plaies béantes afin qu'elles cessent de saigner. Ses forces étaient un peu revenues, il se sentait redevenir quelqu'un, ...
Au moins, demain soir, il devrait être capable de mourir devant tous ces Drows avec fierté, sans leur laisser la joie de le voir souffrir.
Demain, il priera Voë, non pas de le sauver mais d'aider ses compagnons. Il ne veut pas qu'il leur arrive du mal.
Pendant tout le reste de la journée, il s'était souvenu de tous les moments qu'il avait passé avec eux; leur rencontre auprès du feu de camp, la rencontre avec Orionnos, la tornade de sable, les difficultés du désert, leur attaque contre les Drows dans le camp de Zibora, ...
Il s'était remémoré tous les moments qu'il avait passé avec chacun d'entre eux, mais ses meilleurs souvenirs étaient les moments passés avec Nimu! Il le savait maintenant, il était bel et bien amoureux d'elle!


(Alkril)
Pendant qu'il priait Voë, Alkril remarqua que quelque chose inquiétait les Drows. Ceux-ci, qui étaient d'habitude trois pour le surveiller, étaient dorénavant quatre, comme s'ils attendaient que quelqu'un vienne le libérer.
Chacun d'entre eux étaient bien armés:
La matrone, seule femme du groupe, était comme d'habitude magnifiquement habillée; portant une longue robe mauve sur laquelle on pouvait apercevoir une araignée, symbole de la déesse Drow Loth. Elle était armée d'un fouet dont elle savait admirablement bien se servir (c'est elle qui fouettait jusque là le pauvre Alkril) et d'une arbalète légère. Les trois autres Drows étaient des guerriers, presque habillés à l'identique; une cotte de mailles noire sans manche leur protégeait leur buste et un simple pantalon pour les jambes. De plus, tous portaient une longue cape de couleur noir mât leur permettant de se cacher dans la pénombre. Les différences étaient dans les armes, toutes étaient des armes de corps à corps: une épée, des dagues et des petits boucliers de poing fixés au bras.

Et si un de ses compagnons venaient le libérer... et si c'était Nimu...Cette idée se mit à trotter dans la tête d'Alkril. Il ne faudrait surtout pas qu'elle passe par l'entrée au risque de se faire tuer. Les quatre Drows n'attendaient que le moment où l'on ouvrirait la porte de la pièce menant à la prison d'Alkril pour faire un massacre. Cela était leur seul intérêt et il semblait, maintenant, se désintéresser totalement d'Alkril.

La prison dans laquelle Alkril attendait, poings liés dans le dos, avait été creusée dans la pierre. Les deux seules issues étaient l'entrée: une solide grille qui s'ouvrait vers une pièce; pièce dont la seule porte était gardée par les quatre elfes noirs (ou Druchii), et une trappe grillagée qui se situait au plafond où l'on envoyait tous les soirs la bouillie à Alkril mais par laquelle personne ne pouvait passé.

Comment pourrait-on le libérer sans faire trop de victimes?...
Mais bien sûr, la solution avait été trouvé par Alkril, il fallait jouer sur le fait qu'aucun des quatre Drows n'avait la clé pour ouvrir la grille de sa prison. Mais comment l'expliquer à ceux qui allaient le sauver...


(Alkril)
Alkril avait entendu, au fond de sa cage, des bruits de combat puis plus rien...
*Pourvu qu'il ne soit pas arrivé malheur à mes compagnons...*
Il était resté allongé sur le dos, par terre, avec les poings liés, regardant si un de ses compagnons ne marcherait pas sur la trappe grillagée se situant au plafond de sa prison. Il espérait que ce miracle se produise, scrutant le moindre bruit de pas venant d'en haut...

Et ce miracle se produisit... Un moment, Alkril entendit un bruit lourd arriver, c'était pour sûr quelqu'un de fatiguer.
Alkril tenta le tout pour le tout, il fallait qu'un de ses compagnons le trouve...
NIMU, VALKHYRIA, ORIONNOS, NIRANNOR, LEIA, NICOBESS, ALTOR, NALSH, ...

Le pas s'approchait, et quelle fut sa joie de voir la tête de Nimu à la trappe.
De plus, par chance, les quatre Drows de la pièce voisine ne s'étaient même pas soucié du tapage d'Alkril, trop concentrés sur la porte de leur pièce...

Nimu, ma chérie, passe-moi une dague... Il y a quatre Drows qui vous attendent à la porte de la pièce voisine, de la seule pièce menant à ma cellule... Cependant, ils n'ont pas la clé de ma cellule, ça doit être un des nombreux Drows que vous avez tué qui l'a... Ainsi, avec la clé et une dague, je pourrai faire diversion en me libérant, et vous pourrez entrer sans risque par la porte...

Nimu, heureuse de revoir son bien aimé à peu près en bon état, lui fit un simple ok et lui promit de revenir.

Alkril espérait que son ange avait bien compris son charabia et qu'elle était partie chercher la clé de sa cellule sur le corps d'un Drow mais rien n'était plus sûr...


(Nimu)
La jeune Sybiane était encore très faible et ne tenait pas bien sur ses jambes. Elle chancela quelque peu sur le côté et c'est à ce moment qu'elle remarqua un genre de trappe au niveau du sol, à moitié cachée par un rocher. Nimu avança difficilement butant sur les pierres quand tout d'un coup elle entendit une voix familière s'élever de la grille.

Son coeur se mit à battre à tout rompre dans sa poitrine au son de la voix d'Alkril. Elle s'approcha doucement de l'ouverture de peur que ses oreilles ne lui aient joué un tour, mais son bien aimé être bien là, couché à terre, les mains attachées. Il était en mauvaise posture et lui demanda son aide.

Je te promets de vite revenir mon amour ! Sur ces mots Nimu se redressa et balaya la salle des yeux afin de retrouver sa dague qu'elle aperçut posée au sol au bord du gouffre dans lequel Valkhyria s'était jetée.

Elle alla la chercher le plus rapidement que ses jambes lui permettait et quand elle arriva à sa hauteur Nimu lança un petit coup d'oeil au fond du ravin pour voir la dépouille de la matrone. C'est là qu'elle remarqua une petite chose brillante pendue à sa ceinture. La Sybiane chuchota quelques mots à Effraïm qui s'envola et piqua une nouvelle fois au fond du gouffre pour remonter quelque instant plus tard avec une pièce métallique dans les serres.

L'oiseau déposa une clé dans la main de Nimu et se posa à côté d'elle. J'espère que c'est la bonne dit-elle en serrant le bout de métal de toute sa poigne. Elle s'approcha d'Effraïm et lui dit : J'ai encore besoin de toi mon bel ami. Prends cette clé dans ton bec et cette dague dans tes serres, vol comme tu n'as jamais volé et va jusqu'à mon coeur.

Effraïm déploya ses ailes, saisi la clé, enserra la dague et pris son envol comme si il ne transportait aucune charge, porté par le vent magique de l'amour que portait Nimu pour Alkril.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orquesetelfes.asiafreeforum.com
Nirannor
Le tout puissant
Le tout puissant
avatar

Nombre de messages : 386
Race : Démon
Classe : Chevalier du Chaos
Alignement : Chaotique Mauvais
Date d'inscription : 07/05/2007

Feuille de personnage
PV:
666/666  (666/666)
PM:
666/666  (666/666)
XP:
666/666  (666/666)

MessageSujet: Re: Chapitre 15 - La libération   Dim 16 Mar - 9:14

(Alkril)
Alkril était heureux, il avait vu sa bien-aimée. Plus rien ne pourrait l'arrêter, plus rien ne pourrait les séparer... Il n'avait plus que des haillons sur lui mais l'amour avait formé une armure impénétrable.
Seules ses mains étaient attachés, il lui fut donc facile de se mettre debout, attendant la dague et la clé que son ange allait lui apporter...
Mais quelle surprise se fut de voir passer un hibou par la trappe serrant entre ses serres une dague et une clé et se poser juste au creux de ses mains attachés dans le dos...
Alkril réussit à serrer la dague et en moins de cinq minutes, il était libéré de ses liens...
Il avait tout fait dans un coin à l'abri des regards des quatre Drows et espérait que ceux-ci n'avaient pas remarqué la présence de l'intrus.
Le simple fait de mettre ses avant bras devant soi ou de manier quelque peu la dague procuraient à Alkril des sensations étranges, il espérait qu'il n'avait pas tout perdu de sa technique de combat, de son déplacement furtif et silencieux, ...
Puis il prit la clé, c'était le moment de vérité...
Mais juste avant de la mettre dans la serrure de la grille, il se dit qu'il avait oublié un détail: la grille avait l'habitude d'être fermé et il était quasi sûr qu'elle grincerait si on l'ouvrait...
Il fallait qu'il trouve une méthode pour à la fois ouvrir la grille et ne pas attirer l'attention des Drows...
Ca y est, il l'avait trouvé... Il se remit dans un coin et parla doucement à Effraïm espérant que celui-ci le comprendrait: Tu vois la porte fermée par une traverse, surveillé par les quatre Drows, il faut que Nimu et tous mes autres amis restants soient derrière dans 5-10 minutes... Vas retrouver Nimu et explique lui...
Dans un envol, l'hibou sortit de nouveau par la trappe... *Avait-il compris??* Alkril l'espérait...
C'était le moment de mener son plan à bien, il remit ses mains dans le dos, l'une tenant la dague, l'autre la clé, comme s'il était attaché... Il se mit à proximité de la serrure et se mit à chanter à tue-tête...
Ce qu'il espérait se produisit, un guerrier Drow s'approcha afin de le punir...
Avec une dextérité impressionnante, Alkril passa son bras entre un barreau de la grille, chopa le Drow, le colla contre la grille et lui planta la dague droit dans le coeur...
Le Drow, surpris de voir le Sybian libéré de ses liens, ne s'attendait pas à une telle attaque et mourut sur le coup sans même avoir riposté...
Puis tout en tenant le Drow à travers la grille pour s'en faire un bouclier, il mit la clé dans la serrure, priant pour que ce soit la bonne clé, et la tourna...
La grille se déverrouilla et Alkril réussit à l'ouvrir...

Les autres Drows et la matrone, ayant entendu le bruit inhabituel du combat en ces lieux, se précipitèrent vers la grille mais il était trop tard, Alkril était sorti de sa prison, tenant le corps sans vie du Drow d'une main et dans l'autre une dague...


(Nimu)
Nimu se trouvait aux côtés de Leia qui venait de mettre fin au jour du Drow qui s'était attaqué à elle alors qu'Orionnos assainissait le coup de grâce à l'araignée de pierre. C'est à ce moment qu'Effraïm se posa sur l'épaule de la Sybiane et se mit à claquer frénétiquement du bec, obligeant cette dernière à se concentrer pour comprendre l'oiseau qui ne lui transmit qu'un message incomplet de ce qui semblait être les directives données par Alkril.

Mais le coeur de Nimu compléta les blancs laissé par l'animal et sans perdre plus de temps, se mit à la recherche d'une lame en remplacement de celle qu'elle avait réussi à faire parvenir à son amour avec l'aide du hibou, sachant que ses pouvoirs avaient atteints leurs limites et qu'il lui fallait garder ses dernières forces pour la libération de l'être qui occupait toutes ses pensées.

Elle trouva un grand sabre encore accroché à la ceinture de l'un des corps qui jonchaient le sol de la caverne, s'en empara, puis se retourna vers ses deux compagnons et leur dit : Alkril se trouve dans une salle qui se situe juste en dessous de celle-ci et nous avons la possibilité de le rejoindre en empruntant ce tunnel qui devrait directement nous y conduire. Nimu indiqua la direction à prendre tout en mettant en garde Leia et Orionnos sur le fait qu'il restait des ennemis en charge de la surveillance du Sybian mais elle ne put dire avec certitude leur nombre exacte ni l'armement dont ils disposaient.

Tous trois se lancèrent alors sur le chemin qui les conduisait à la libération de leur ami pour bientôt arriver devant une porte imposante, dernier rempart qui maintenait une séparation entre Nimu et son bien aimé. Sans qu'elle n’ait besoin d'en faire la demande, Orionnos leva son marteau pour l'abattre avec violence contre le morceau de bois qui n'opposa aucune résistance et explosa en un millier de petites brindilles.

Les Drows se préparant à attaquer Alkril furent pris au dépourvu par cette arrivée fracassante. La confusion de leurs ennemis jouait en la faveur des trois compagnons qui fondirent tel un seul homme sur leurs victimes, bien décidés à ne faire aucun quartier.


(Nimu)
Un combat sans merci faisait rage dans l'antre des elfes noirs. Alkril s'était jeté sur la Matronne de toute sa rage, ne lui laissant aucune opportunité de se défendre. Elle fut tellement surprise de cette soudaine attaque qu'elle n'eut pas le temps de dégainer son arme et le fer froid de la dague du Sybian lui transperça le corps de part en part. Dans un mouvement de recul, Alkril retira sa lame et donna un grand coup circulaire qui décapita net la Matronne qui s'écroula dans une marre de sang.

Nimu avait envoyé Effraïm sur l'un des gardes qui attaqua son ennemi à grands coups de bec et de serres pendant que la jeune Sybiane fondit sur le Drow. À peine fût-elle arrivée à leur hauteur que l'animal prit son envol avant qu'elle ne pourfande son adversaire, le blessant mortellement. L'oiseau, cependant, ne retourna pas dans la bataille. Un bruit familier attira son attention et, n'écoutant plus l'appel de Nimu, il quitta les lieux à une vitesse fulgurante, passant par une petite ouverture dans les rochers pour y disparaître totalement.

La Sybiane n'avait pas le temps de se préoccuper des facéties de son plumeau d'ami. Ses compagnons étaient aux prises avec les derniers gardes et elle se devait de leur prêter main forte. Leia et Orionnos maîtrisaient avec grand art les techniques de combat caractéristiques de leur race et vinrent rapidement au bout de leurs adversaires qu'ils laissèrent dans un piteux état.

Il ne resta bientôt plus qu'un seul Drow debout et le malheureux tremblait de tout son être. Il s'était retrouvé encerclé par les quatre combattants et n'eut d'autre choix que de rendre les armes. Les survivants furent alors attachés entre eux. Leurs cris et leurs gémissements auraient tôt fait d'attirer les plus sombres et affamées créatures des profondeurs. Maintenant que le clan des elfes noirs était décimé, il n'y avait plus de risques que l'on vienne les sauver.
Chacun de son côté de la salle, Nimu et Alkril se regardèrent dans les yeux et, sans faire plus attention aux autres, se rejoignirent et s'embrassèrent dans une longue étreinte. Orionnos bougonnait dans sa barbe et émit un petit toussotement afin de faire comprendre aux amoureux que ce n'était vraiment pas le moment de s'épancher de la sorte alors que Leia les regardait avec tendresse, un léger sourire aux lèvres.

Il était temps que nos compagnons retrouvent la sortie. La jeune Sybiane soutenait son amour que la puissance de la haine et de la rage avait abandonné, suivi de près par l'elfe et le nain qui s'étaient visiblement fait l'un à l'autre. Il aperçurent bientôt la lumière du jour se dévoiler au loin ainsi que deux silhouettes familières qui les attendaient. Tous s'installèrent aux côtés de Valkhyria et de Nirannor qui avaient préparé un feu sur lequel une eau cristalline était en train de bouillir. Nimu prépara un onguent de soin avec l'aide de Leia qu'ils appliquèrent sur leurs blessures pendant que Valkhyria concoctait un petit remontant dont elle seule avait le secret.

Au coucher du soleil, des ombres apparurent dans la douce lumière rougeâtre du soir naissant. Nicobess, Altor et Nional arrivèrent enfin guidés par un Effraïm visiblement épuisé. Nicobess et Altor, ne pouvant pas s'éterniser plus longtemps, laissèrent Nional avec les six compagnons, non sans leur laisser quelques vivres, et s'en retournèrent en direction de la cité d'Ilbania où ils étaient attendu, suivit par le hibou qui se posa rapidement sur l'épaule de l'elfe pour récupérer.

C'est après un repos bien mérité et des soins plus que réparateurs que nos compagnons décidèrent de continuer leurs aventures ensemble et de reprendre leur route vers des contrées plus éloignées, au delà des mers. C'est ainsi qu'ils quittèrent l'histoire de Dark Dungeon pour entrer dans la légende.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orquesetelfes.asiafreeforum.com
 
Chapitre 15 - La libération
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Libération donne des leçons de déontologie
» Rouillan en libération conditionnelle
» La libération de Gnomeregan
» libération et joueur autonome..
» Libération de l'âme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au delà des mers :: Autour du jeu (HRP) :: L'origine de ce forum-
Sauter vers: