Au delà des mers

Des aventuriers venus du monde entier découvrent une île peuplée d'étranges créatures. Humains, Elfes, Orques et Nains se lient pour la coloniser.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 8 - Le campement de zibora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nirannor
Le tout puissant
Le tout puissant
avatar

Nombre de messages : 386
Race : Démon
Classe : Chevalier du Chaos
Alignement : Chaotique Mauvais
Date d'inscription : 07/05/2007

Feuille de personnage
PV:
666/666  (666/666)
PM:
666/666  (666/666)
XP:
666/666  (666/666)

MessageSujet: Chapitre 8 - Le campement de zibora   Sam 15 Mar - 19:10

(Orionnos)
Orionnos était heureux, ses compagnons avaient retrouvés de leur gaîté. Seules Nimu et Leia n'avaient pas dit grand choses. Mais peu importe, maintenant il fallait repartir. Après un rangement rapide de son sac, Orionnos aida qui voulait.

Bien tout le monde à l'air prêt, alors bonne Got, Or je passe derrière. On n’aura pas besoin de Boga avec ce Zon des Dum. Et puis si certains Umanit car ils sont un peu Werit, je les aiderai.
Par mon Grund, j'espère que ce ne sera pas trop Drek, sinon je chante, et Af allez voir comme j'ai une belle voix.


Orionnos se mit alors à pousser les derniers de leur abri. Arrivé en haut, il put apercevoir que leur destination brillait.

Houlà, ils éclairent drôlement en tout cas, espérons que ce sera un Urbaz.


(Nimu)
Nimu avait la tête qui tournait. Elle non plus n'était pas habituée à un breuvage de cette force (elle supportait déjà à peine la bière) et se relever s'averra plus dure qu'elle ne l'aurait imaginé. Mais une fois sur ses jambes elle sentit que quelque chose n'allait pas et ça ne venait pas de la boisson du nain. Elle porta la main à son visage et c'est à ce moment qu'elle aperçut une étrange tache bleue sur son doigt, à l'endroit même où elle s'était piquée. *Mais qu'est ce que c'est ?*

Nimu essaya en vain d'éliminer la tache en frottant son doigt avec un pan tissu, mais rien n’y faisait. Elle se rapprocha alors d'Alkril qui était en train de préparer les affaires mais avant d'avoir pu prononcer un mot, elle s'écoula à terre et perdit connaissance.

*La morsure du sable ! la morsure du sable ! elle a la marque, c'est fini pour elle !* Ces murmures résonnaient dans la tête de Nimu toujours inconsciente. Ces voix n'étaient pas celles de ses compagnons, d'ailleurs elle n'en n'avait jamais entendu d'aussi terrifiantes. Les murmures commençaient à s'intensifier et Nimu avait l'impression que sa tête allait exploser quand tout d'un coup elle se réveilla dans les bras Alkril qui avait l'air plus inquiet que jamais. Elle remarqua également que tout le groupe s'était réuni autour d'eux.

Mais qu'est ce qui t'arrive ? Lui demanda Alkril.
Tout va bien ? Questionna Leia
Je sais pas. Répondit Alkril Elle ne répond pas.

Nimu battit des paupières et se redressa en prenant bien garde de cacher la marque aux autres pour ne pas les inquiéter d'avantage. Ce n'est rien, désolé de vous avoir fait peur. Ca doit être la chaleur mélangée la super boisson d'Orionnos qui ont du me monter à la tête. Je vais juste m'asseoir un peu, ça devrait aller mieux dans un petit moment. Nimu alla s'asseoir à l'ombre et remarqua qu'Alkril ne semblait pas satisfait de l'explication qu'elle venait de donner.


(Alkril)
Alkril était en train de préparer tranquillement son sac quand, tout à coup, Nimu s'effondra par terre sans connaissance, à coté de lui. Tandis qu'il voulait l'emmener à un endroit frais et aéré, tout le monde s'agglutina autour d'eux. Nimu ne donnait aucun signe de vie excepté quelques battements de paupière.
Mais qu'est ce qui t'arrive? demanda-t-il.

Puis, comme par enchantement, Nimu se redressa.
Ce n'est rien, désolé de vous avoir fait peur. Ca doit être la chaleur mélangée à la boisson d'Orionnos qui ont du me monter à la tête. Je vais m'asseoir un peu, ça devrait aller mieux dans un petit moment.

Personne ne semblait satisfait de l'explication, et encore moins Alkril... Il avait remarqué que Nimu, d'habitude si expressive, n'avait pas dit grand chose durant la fête. De plus, il ne pourrait jamais se pardonner s'il lui arrivait quelque chose; il n'avait déjà pas été capable de la protéger lors de la tempête de sable...
Il repartit la voir. Nimu, je sais que quelque chose ne va pas, dis le moi s'il te plaît pour que je t'aides. Malgré le ton convaincant qu'Alkril avait pris, Nimu continuait à dire que tout allait bien.
Mais le sybian ne pouvait se contenter d'une réponse de la sorte; Je ne peux pas me passer de toi! Sans toi, je n'ai aucune raison d'être ici, je t'en prie, dis moi ce qui ne va pas!!


(Nimu)
Nimu regarda Alkril dans les yeux et compris qu'elle ne pouvait pas lui mentir plus longtemps. Elle lui montra la tache et lui raconta ce qu'elle avait entendu quand elle était inconsciente.

Je t'en prie, ne le dit pas aux autres, pas pour le moment en tout cas. Nimu ne savait pas comment l'expliquer à Alkril mais elle avait peur d'être mise de côté, d'ailleurs elle remarquait déjà que les autres se posaient des questions et cette situation la mettait mal à l'aise.


(Nicobess)
Nicobess s'approcha de Nimu comme tous les autres, elle était inquiète, qu'arrivait-il donc? Alkril aussi était très inquiet, cependant elle réalisa qu'il fallait peut-être plutôt les laisser tout seul tous les deux. Il est parfois plus facile de se confier à un ami qu'à un groupe complet, même s'ils sont tous des amis.

Après quelques instants, comme Nimu et Alkril parlait et que Nimu semblait aller mieux. Nicobess dit :

Allez, mettons-nous en route, plus vite nous nous mettrons en marche et plus vite nous serons à l'abri.

Nicobess sentait tout au fond d'elle qu'il fallait faire vite, elle ne savait pas pourquoi, comme très souvent, mais son instinct l'avait toujours servi.


(Alkril)
Pendant que Nimu lui montrait la tâche et lui racontait les voix qu'elle avait entendu, Alkril cherchait une solution. Il n'avait jamais été bon dans tout ce qui touchait aux soins, surtout pour des problèmes de ce genre. Normalement, il aurait soit demandé l'aide d'Orionnos du fait de sa connaissance du désert, soit celle de Nicobess du fait de sa connaissance des remèdes, mais il respectait la demande de Nimu et ne pouvait compter que sur lui.

Tout à coup, la voix de Nicobess se fit entendre:
Allez, mettons-nous en route, plus vite nous nous mettrons en marche et plus vite nous serons à l'abri.

Nicobess avait trouvé la solution (comment avait-elle fait?).
En effet, les nomades (en espérant qu'ils sont pacifistes) qui habitent au niveau des tentes doivent connaître un remède à ce "problème". Plus vite ils seront arrivés là-bas, plus vite Nimu sera guérie. Il l'expliqua tout bas à Nimu.
Allez, on est parti, cria-t-il au groupe. Il aida Nimu à mettre son sac, mit le sien au dos, et tout en tenant Nimu par la taille, il prit la tête du convoi d'une marche rapide.
Tout le groupe le regardait bizarrement, tant d'initiative ne lui ressemblait pas, mais pour le moment, seule Nimu comptait à ses yeux.


(Nirannor)
Nirannor avait apprécié ces moments de calme. Orionnos le nain, avait su, grâce à son Grizdal, mettre ses compagnons dans un état second de bien-être et de bonne humeur. Cette boisson avait quelques vertus qu'on aurait pu dire magique et Nirannor le sentit dès les premières gorgées. Lorsque sa douce repoussa la chopine sur le sol, il avait su la convaincre, un peu malgré elle, de la boire. Ce Grizdal avait envahi le corps de Valchyria et ses muscles s'étaient complètement relâchés, laissant l'elfe comme sur un petit nuage. Elle s'était confortablement blottie sur le corps de Nirannor et elle s'était laissée gagner par un doux sommeil. Nirannor la contempla longuement, la tête se sa douce reposait sur son épaule et il put sentir la chaleur de son corps. Le petit vent chaud du désert faisait flottaient les longs cheveux de l'elfe et ceux-ci venaient caresser le visage de Nirannor. Il ne put s'empêcher de les toucher, de les sentir. Sur ces instants de bonheur, il ferma les yeux et ses mains se mirent à caresser le visage de sa douce. Il avait l'impression que ces moments durèrent une éternité, mais le soleil commençait à décliner, la fraîcheur se faisait sentir et ses compagnons commencèrent à se lever. Il était l'heure de se remettre en marche.

Valchyria dormait toujours, Nirannor la réveilla doucement en lui offrant quelques baisers sur la bouche. Le contact de ses lèvres était pour l'humain comme un grand bonheur, un havre de paix, il aurait pu rester là avec elle, la regarder dormir pendant des heures entières. Il s'approcha de son visage et lui susurra quelques mots.

Il est temps mon amour de repartir, allez viens, nous aurons l'occasion de nous reposer un peu plus loin

Le groupe s'était lever et se préparait pour une nouvelle marche. Nirannor vit que Nimu paraissait troublée par quelque chose. Alkril s'était placé à ses côtés et l'écoutait. Nirannor les laissa tranquille, le Sybian était un guerrier compétent et aurait sûrement les mots pour tranquilliser la Sybiane. Sous l'impulsion de Nicobess, les compagnons étaient repartis affronter ce terrible désert, la chaleur avait disparue et la marche parue beaucoup plus facile.


(Nimu)
Nimu espérait vraiment que les nomades auraient un remède ou au moins une explication sur ce qui lui arrivait mais pour l'instant elle se sentait en sécurité auprès d'Alkril et son soutien lui réchauffa le coeur. Cependant elle s'en voulait quand même d'avoir caché ce qu'il se passait à ses compagnons et se mit à prier Asha de lui pardonner et de lui venir en aide.

Les lumières des tentes commençaient à devenir de plus en plus distinctes quand Nimu entendit à nouveau ces murmures : *elle a la marque ! elle est à nous désormais !* Nimu se mit à trembler et s'arrêta net.
Tu les entends ? Alkril dis moi que tu les entends.


(Valchyria)
Nirannor ramena Valkhyria à l'éveil avec une infinie douceur qui semblait en quelque sorte contraster avec la puissance de son charisme, mais qui lui conférait ce charme auquel elle ne savait résister.

Il est temps mon amour de repartir, allez viens, nous aurons l'occasion de nous reposer un peu plus loin...

Il l'aida à se remettre sur pied et elle se rendit compte que ses jambes ne répondaient pas encore totalement à ses ordres. De plus elle sentait cette légère euphorie... probablement les dernières séquelles du Grizdal d'Orionnos.
Ils se mirent tous en marche suivant le conseil de Nicobess qui semblait en quelque sorte en alerte, mais elle ne fut pas en mesure de se concentrer mentalement pour analyser.
Elle se cramponna au bras que Nirannor lui avait offert et aux dernières paroles qu'il avait prononcé:
*...nous aurons l'occasion de nous reposer un peu plus loin...
Plus loin... Trop loin à son goût... *se dit elle


(Nicobess)
Nicobess était inquiète, Nimu semblait très atteinte moralement, heureusement Alkril restait à côté d'elle, et saurait appeler à la rescousse si nécessaire. Elle se rapprocha d'Altor, elle avait besoin de sentir sa force pour l'aider, tout le monde était persuadé qu'elle était le chef, mais en fait, elle ne voulait simplement pas montrer ses faiblesses.

Elle remercia de la tête Orionnos, qui comme à son habitude fermait la marche, grâce à lui, elle était sure que personne ne se perdrait.

Elle remarqua que Valkhyria n'avait pas vraiment l'air dans son assiette, mais Nirannor ne la quittait pas d'un pouce, il l'aiderait à avancer si nécessaire.

Elle remarqua Leia qui ne disait plus rien, mais qui suivait le mouvement, elle retourna la chercher et lui prit la main pour lui donner un peu de sa force. Son regard croisa celui d'Altor, et lui demanda en silence, un peu d'aide, elle était certaine qu'il comprendrait. Alors, avec un sourire et un clin d'oeil, Altor vint se placer de l'autre coté de leia et lui prit également la main pour l'aider.

Ils avançaient, la chaleur n'était plus accablante, encore heureux. Ils arrivèrent à l'aube devant le campement de tentes, tout était illuminé, et on entendait des rires.


(Nirannor)
Les premiers rayons de soleil commençaient à pointer à l'horizon. Leurs couleurs d'un jaune orangé laissaient entrevoir le ciel bleu azur et les étoiles de la nuit, disparaissant petit à petit. Les compagnons ne souffraient plus de la température, celle-ci était beaucoup plus supportable. Pendant ce trajet qui les emmenait vers les tentes, Nirannor put observer la vie du désert. Si en plein jour, celle-ci était pratiquement inexistante, elle se révélait la nuit beaucoup plus riche : Une myriade d'insectes sortaient dans la pénombre à la recherche de nourriture, des reptiles se faufilaient dans le sable attrapant quelques rongeurs inattentifs, des oisillons piaillaient attendant le retour de leurs parents partis à la chasse. Il y avait tellement de choses à voir, écouter, sentir que Nirannor s'était émerveillé comme un enfant qui découvre un jouet.

A ses côtés, sa douce se laissait guider, encore sous l'effet du Grizdal elle ne pouvait marcher droit. Elle resplendissait de bonheur, ses yeux brillaient de mille feux, son sourire était généreux et Nirannor l'aimait. S'il y avait eu quelques fleurs à ramasser, il aurait pu lui en offrir mais à part quelques cactus il ne pu lui donner que son amour.

Les tentes se rapprochaient petit à petit. Elles étaient en arc de cercle autour d'un grand feu. De couleur claire, elles semblaient pouvoir abriter un nombre important de personnes. Sur chaque ouverture, un signe était peint représentant une famille ou un clan, enfin c'est ce que pensait Nirannor. A quelques mètres de ce campement, l'humain pu deviner une oasis, de grands palmiers pointaient vers le ciel et il sentait une fraîcheur envahir son visage. Le groupe fut attiré par des exclamations de voies qui venaient du centre du campement. Nimu était de plus en plus curieuse, elle paraissait terrorisée par quelques choses, mais elle ne se confiait qu'à Alkril. Nirannor glissa quelques mots à Valchyria dans le creux de l'oreille.

Je t'avais promis certaines choses, je pense que je vais pouvoir tenir mes promesses....

Il en profita pour lui déposer un bisou dans son cou. Valchyria en eu la chair de poule, ses yeux pétillaient, sa respiration se fit plus rapide et ses mains devenaient moites. Elle semblait attendre ce moment avec impatience...


Dernière édition par Nirannor le Sam 15 Mar - 21:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orquesetelfes.asiafreeforum.com
Nirannor
Le tout puissant
Le tout puissant
avatar

Nombre de messages : 386
Race : Démon
Classe : Chevalier du Chaos
Alignement : Chaotique Mauvais
Date d'inscription : 07/05/2007

Feuille de personnage
PV:
666/666  (666/666)
PM:
666/666  (666/666)
XP:
666/666  (666/666)

MessageSujet: Re: Chapitre 8 - Le campement de zibora   Sam 15 Mar - 19:10

(Leia)
Depuis la tempête et le départ de Nalsh, Leia s'était un peu repliée sur elle même. Elle savait que ses compagnons étaient là pour l'aider mais malgré cela, elle ressentait un grand vide. Cela ne l'avait pas empêché malgré tout de suivre les péripéties, et elle espérait pourvoir aider Nimu et ses compagnons du mieux qu'elle pouvait.

Nicobess remarqua que Leia ne disait pratiquement plus rien, elle la pris par la main pour l'aider à avancer et fit un signe à Altor afin de l'aider également. Elle se sentait épaulée par ses compagnons ce qui lui remonta le moral. Après quelques heures de marche, ils arrivèrent devant un campement de tentes, on pouvait entendre quelques présences rigoler...


(Valchyria)
Petit à petit les effets de l'alcool se dissipèrent et Valkhyria revenait doucement sur terre. N'ayant été tout à fait consciente, cela lui facilita quelque peu la marche vers le campement.
En conditions "normales", elle avait toujours eu le courage de dire se qu'elle pensait allant droit au but sans trop tourner hypocritement autour du pot, même si plus d'une fois, sa langue avait fait plus de ravages que ses armes elles mêmes.
Mais qu'avait elle pu dire ou faire sous l'emprise du breuvage? Elle le redoutait fortement...!
Elle ne se souvenait pas trop des gestes et des mots qu'elle échangea avec Nirannor le long du trajet qui allait bientôt aboutir à sa fin avec le soulagement de toute la troupe.
Elle espérait vivement de ne pas s'être rendue ridicule en aucune circonstance à ses yeux!

Ils se rapprochèrent assez des tentes pour entendre des voix s'élever au centre de celles-ci.
Nirannor, pensant être arrivé au bout de ses peines pour cette journée l'attira chaleureusement à soi.

... promesses!?! lui demanda t'elle extasiée. Puis elle senti son corps s'enflammer et frémir au touché de ses lèvres caressantes...

Mais le frisson qui suivi et se répandit dans ton son être ne fut un frisson de plaisir, mais de peur!
Un des hommes assis autour du feu de camps venait de se lever...
Ses yeux... SES YEUX!

Sa respiration se fit haletante, ses mains moites, elle se sentit paralysée pendant quelques fractions de secondes. Puis elle prit le visage de son bien aimé entre ses mains pour le diriger dans la direction de ce qui l'avait troublée.

TOUS A' TERRE! fit elle ensuite évitant de faire vibrer ses cordes vocales, mais assez fortement pour que les plus proches l'entendent. Puis elle pointa deux doigts en V vers ses propres yeux et son indice de nouveau vers la figure diabolique de sorte que tous remarquent ce qu'elle avait vu.

La couleur rouge sang de ses yeux ne laissait aucun doute sur la nature perfide et maléfique de leur race... Les Drows, mieux connus sous le nom des Elfes noirs!
Ils n'étaient heureusement que quatre, mais cela dit, n'en étaient pas moins redoutables. Tuer pour le plaisir était une pratique courante chez eux.
Le combat s'imposait et ils avaient peu de temps pour réfléchir. Les Drows étant des elfes, ils partageaient eux aussi le don de la télépathie. Ils auraient donc vite été repérés, rien ne pouvait y faire!


(Altor)
Alors qu'ils approchaient des tentes, Valchyria se jeta à terre (en entraînant Nirannor) et en criant à voix basse.
Altor plongea à son tour, entraînant Leia et Nicobess. Puis, regardant Valchyria pour essayer de comprendre, il vit qu'elle indiquait "les yeux".
Il regarda alors en direction du campement et vit des elfes à la peau sombre, aux cheveux blancs et aux yeux rouges.
Bien que n'ayant encore jamais vu des Drows, Altor en avait entendu parler. Un des sages de sa tribu lui avait compté l'histoire de ce drow qui avait fuit les siens, refusant la violence de ses semblables pour parcourir le monde à la rencontre des autres races.
Il était fort peu probable que ces quatre là soient en ce lieu pour les mêmes raisons. Heureusement, il n'y avait apparemment que quatre hommes. Il n'y aurait donc pas à craindre la puissante magique des prêtresses Drows. Affronter quatre redoutables combattants tels que ceux-ci seraient déjà bien suffisant.


(Nirannor)
Nirannor était étendu là sur le sable près de ces compagnons à observer ces êtres. Pour lui, ce fut une grande découverte de voir ces Drows. Jamais il n'aurait imaginé que ces êtres vils puissent exister. Quand il était gamin, sa soeur lui racontait souvent des histoires et parmi celles-ci il y en avait une qui restait gravée dans sa mémoire :

C'était l'histoire d'une jeune princesse, belle comme un soleil qui le jour de ses dix ans, avait disparu de la surface de la terre. Tous les hommes du pays la recherchèrent pendant des jours et des jours, mais personne ne vit ses traces. La famille royale avait fait son deuil de la gamine lorsqu'un jour, un mendiant remarqua dans la montagne une brèche. Il en parla autour de lui mais aucune âme vivante ne connaissait l'origine de cette ouverture. Cette découverte remonta jusqu'aux oreilles du roi. Très curieux il décida d'envoyer son fils et quelques gardes explorer cette montagne. Ils s'engouffrèrent dans la brèche...
Quelques années plus tard, un des gardes revint et il raconta avec peur ce qu'il avait vu. Un monde immense peuplé d'êtres machiavéliques, faisant du meurtre un des concepts de leur vie. Tout était guerres, assassinats, tueries pour simplement survivre et avoir du pouvoir. Dans cette société matriarcale, les hommes n'avaient peu de reconnaissance mais étaient de très grands guerriers. Le garde fit une description très précises de ces êtres qu'on nommait Drow....

Nirannor repensait à cette description faite dans l'histoire qu'il avait en mémoire. Elle correspondait parfaitement aux êtres devant lui et il comprenait la peur de sa douce. Ces Drows avaient une réputation de solides guerriers et ne craignaient aucunement la mort. Près de lui, Nirannor pouvait sentir le corps de Valkhyria trembler. Il mit sa main sur le haut de son dos pour la réconforter puis lui murmura quelques mots à l'oreille

Ne t'inquiètes pas, si l'histoire que l'on me racontait est vraie alors nous avons un avantage sur ces hommes. Les rayons du soleil sont leur pires ennemis. Ces êtres au regard si terrifiant craignent la lumière et cela doit nous servir lorsque nous les attaquerons.

Nirannor sorti doucement son épée de son fourreau, la lame brillait. Il savait que les premiers coups seraient déterminants, il fallait faire vite et précis. Le groupe avait l'avantage du nombre et pour l'instant aucun Drow n'avait suspecté leur présence. Il regarda ses compagnons attendant que tous soient prêts pour se lever et attaquer ces êtres.


(Alkril)
Le groupe s'approchait de plus en plus des tentes. Elles étaient en arc de cercle autour d'un grand feu.
Tout à coup, Nimu se mit à trembler et s'arrêta net:
Tu les entends? Alkril, dis moi que tu les entends?
En effet, Alkril entendait des voix, mais était-ce bien de celles là dont Nimu parlait?
Alkril entendait juste des exclamations de voix qui venaient du centre du campement. Il allait s'approcher quand tout à coup, il entendit crier à voix basse Valchyria. Alkril se coucha instantanément dans le sable, en entraînant Nimu.
Il se retourna afin de savoir ce qu'avait vu Valchyria... Elle avait vu les yeux rouges et assoiffés de sang des Drows, des êtres maléfiques doués pour le combat qui tuaient pour le plaisir.
A coté d'elle, Nimu frissonnait de plus belle et semblait de nouveau dans un état second.
Reste avec moi Nimu! lui murmura-t-il, inquiet.
Maintenant, il n'y avait plus aucun doute pour Alkril, c'était un de ces Drows qui avaient "empoisonnés" Nimu (était-ce vraiment le cas ou bien Alkril n'était-il dirigé que par son envie de venger sa douce?)
J'y vais, Nimu! Ne bouge pas de là! Je ne veux pas qu'il t'arrive encore plus de malheur!
Alkril avait sorti sa dague et attendait juste que ses compagnons soient tous prêts pour attaquer ces êtres. Il aurait bien aimé dire un "Je t'aime!" à Nimu mais il trouvait le moment inapproprié!


(Leia)
Un petit cri étouffé se fit entendre, il s'agissait de celui de Valkhyria qui s'exclama :
"TOUS A' TERRE!"

Leia n'eut pas le temps de réagir et sentit rapidement son corps s'aplanir sur le sable. Altor avait vite réagit à la voix de Valkhyria et dans sa course avait emmené avec lui Nicobess et Leia. Elle leva la tête, et là, elle aperçut assis autour d'un feu, quatre personnes, il s'agissait en effet de Drows. Tous les muscles de son corps se raidirent. Allez t'ils s'en sortir?? elle constata finalement, que ce petit groupe était constitué de quatre hommes Drows. Encore fallait il les combattre maintenant, malgré tout elle se sentait prête à les affronter...


(Orionnos)
Orionnos n'avait pas eu à aider un compagnon, tous avaient pu marcher plus ou moins droit, plus ou moins seul. Ils étaient presque arrivés quand Nimu lâcha quelques mots en tremblant et Valkhyria se jeta sur le sable avec tout le groupe.

Par mon Grund, Bar que faites Af, ce n’est pas le moment de dormir?

Valkhyria faisait des gestes incompréhensibles, ces doigts dans ces yeux puis vers le campement, Orionnos ne comprenait rien. Après quelques secondes, Alkril, commença à lui faire des signes, lui aussi. Mais que voulait il?

Bar qu'est ce que Ek fais, Ek veux que je rapetisse, que je tasse le sable, Bar quoi à la fin. Un, arrête de te Grumbakit, sinon je te retourne une baffe, que Ek m'en donnera des nouvelles.

Après une insistance démesurée de tout le groupe, Orionnos se décida à poser un genou à terre.

Sar pas Gronit mieux, je suis un Khazukan, pas un Grobi, je rampe pas par terre Or.

C'est alors qu'Orionnos aperçu les Drows.

Par mes Gromthi et leurs Tromm, des Elgi des Dum, le Zan va couler et Dammaz Kron pourra diminuer par leur Uzkul.

Orionnos desserra les sangles de son paquetage qui tomba lourdement dans le sable. Il prit dans la main droite son marteau qui se mit à luire faiblement, et de sa main gauche, sa chope, qui paru plus grande qu'avant. Se remettant debout, Orionnos commença à avancer, sans se cacher. Le nain ne ressemblait plus à ce que ses compagnons connaissaient de lui, il n'était plus le compagnon joyeux du groupe, il était devenu froid, imposant, on aurait dit qu'un bloc de marbre se déplaçait. Il avait changé de couleur, virant au rouge, ses muscles se gonflèrent, ses veines saillirent et dans un cri de tonnerre, brandissant son marteau, il se mit à courir sur les Drows.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orquesetelfes.asiafreeforum.com
 
Chapitre 8 - Le campement de zibora
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» Chapitre 1 : L'arrivée .
» Histoire de l'économie mondiale, chapitre 1
» ~ Chapitre I : Interprétation des rêves ~
» [CHAPITRE 4] Le monde des sorciers s'embrase.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au delà des mers :: Autour du jeu (HRP) :: L'origine de ce forum-
Sauter vers: