Au delà des mers

Des aventuriers venus du monde entier découvrent une île peuplée d'étranges créatures. Humains, Elfes, Orques et Nains se lient pour la coloniser.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mystic-01-1 - Légende d'Elladan et Idril

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nimu
Guide
Guide
avatar

Nombre de messages : 107
Race : Humaine
Classe : Ensorceleuse
Alignement : Chaotique-bon
Date d'inscription : 28/05/2007

Feuille de personnage
PV:
13/38  (13/38)
PM:
39/45  (39/45)
XP:
426/1000  (426/1000)

MessageSujet: Mystic-01-1 - Légende d'Elladan et Idril   Mar 31 Juil - 20:08

Le bel ange regarda Mystic d'un air amusé. Elle ne put réprimer l'impulsion qui la poussa à allonger sa main aux doigts longs et gracieux pour lui chatouiller délicatement un flanc de son index. Elle le vit se pelotonner tout en souriant comme un enfant pour se relaxer à nouveau dès qu'elle mit fin à cette douce torture. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait parlé à personne et fût très heureuse de l'intérêt que le drôle de personnage lui portait.

- Je me nomme Valkhyria et aujourd'hui, ces ailes plumées font de moi un ange. Mais je ne le fut pas dès la naissance. J'erre sur ces terres depuis de nombreuses années déjà, mais pour mieux comprendre qui je suis à ce jour, il me faut te conter mon histoire en commençant par celle de mes parents. Ainsi tu sauras tout sur mes origines et ce qui m'a conduite en ces lieux.

Le Gardien de la Mémoire écouta avec grand intérêt l'histoire qui lui était contée afin de pouvoir la retranscrire un jour pour qu'elle ne tombe jamais dans l'oubli et c'est ce qu'il fit.

Ainsi naquit la première légende d'Anariël Edledhron


Dernière édition par Nimu le Ven 29 Fév - 12:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nimu
Guide
Guide
avatar

Nombre de messages : 107
Race : Humaine
Classe : Ensorceleuse
Alignement : Chaotique-bon
Date d'inscription : 28/05/2007

Feuille de personnage
PV:
13/38  (13/38)
PM:
39/45  (39/45)
XP:
426/1000  (426/1000)

MessageSujet: Re: Mystic-01-1 - Légende d'Elladan et Idril   Mar 31 Juil - 23:53




Le monde des anges était peuplé d'êtres bénis qui avaient reçu la grâce des sages à l'heure de leur mort, méritant ainsi d'accéder aux cieux afin de devenir les protecteurs des vivants. Cette récompense n'était pas donnée à tout le monde et seuls les plus sages et les plus vertueux étaient choisis à devenir des anges.

L'un d'entre eux se nommait Elladan et sa charge principale consistait à former les nouveaux et à leur enseigner les rudiments de leur futures missions. Chaque être divin devait protéger une âme depuis sa naissance et l'accompagner durant toute sa vie. Une fois la dernière heure de celle-ci arrivée, il possédait le privilège de l'entraîner dans l'autre monde qui lui était destiné avant qu'une nouvelle âme ne lui soit attribuée. Seuls certains d'entre eux ne s'occupaient pas des vivants, se consacrant exclusivement à la direction du grand conseil ainsi qu'à la formation des jeunes protecteur, comme c'était le cas d' Elladan

Un jour, il fut convoqué par le grand conseil qui lui annonça une nouvelle dont il ne s'attendait pas. Les sages avaient pris la décision de lui confier la protection d'une jeune femme à qui jamais aucun ange n'avait pu être accordé. Il semblait qu'une étrange magie empêchait de sécurisé cette humaine, sans que personne ne sache déceler laquelle. Mais le charme était à présent rompu et il fallait lui apporter une attention toute particulière.

L'être bénit reçut une permission qui ne fût jusqu' alors jamais donnée : celle de pouvoir reprendre son apparence d'homme et ainsi cacher ses ailes aux yeux de tous afin de pouvoir se déplacer sans soupçons dans le monde des vivants. Cependant tout avait un prix et en contre partie de l'honneur qui lui était accordé il dût faire le serment qu'en aucun cas il laisserait son coeur se perdre en l'offrant à une humaine. Car tant qu'il garderait son coeur et que celui-ci battrait, il resterait un homme. Dans le cas contraire, il retrouverait automatiquement ses ailes et redeviendrait dès lors un ange.

Une fois ça promesse faite, on ne lui donna aucune autre explication. Le temps de parole était écoulé. Le conseil se retira et il n'eut d'autre choix que d'accepter la mission qui lui était confiée.



Il fût donc envoyé dans la clairière d'une forêt bordant le village où devait vivre la demoiselle. Il ne possédait que peu de souvenirs des terres réelles et mit un moment à se réadapter à ce corps qu'il possédait avant que la mort ne vienne le faucher sur le champ de bataille, où il eut l'honneur de trépasser l'arme à la main pour la juste cause qu'était la protection de son ancien royaume. C'était un bel homme d'âge mûre au visage tendre et au corps sculpté dans le roc, mais malgré cette carrure imposante il lui fallut faire quelques étirements afin de se sentir plus à l'aise dans sa peau.

Elladan se mit ensuite en route et n'eut pas besoin de parcourir une trop longue distance avant d'atteindre l'entrée d'une charmante bourgade. Il déambula quelque peu dans les rues éclairées par la seule lumière du soir couchant et tomba rapidement devant la taverne du village dans laquelle il entra d'un bon pas. Le nouvel homme qu'il était n'arrivait plus à se remémorer la dernière fois où il avait mangé, bu ou apprécié l'odeur et la chaleur d'un bon feu de bois et après avoir passé commande de quelques nourritures et d'une bière bien fraîche, il s'installa près de la cheminée et écouta le crépitement des braises tout en contemplant la danse des flammes.

Le tavernier lui apporta une pinte, une assiette contenant un mélange de fruits et un plat de charcuterie agrémentée de quelques produits laitiers régionaux dont l'aubergiste venta les mérites en déposant une miche de bon pain avant de s'en retourner à ses autres clients. L'ange prit le temps de manger, savourant chaques bouchées qui avaient l'étrange pouvoir de lui redonner la mémoire du temps où la vie parcourait son corps. Tout en terminant son repas, il surprit une conversation entre deux paysans venus faire une pause bien méritée après une dure journée de labour.


- Tu te rends compte mon bon Tom, ma fille a atteint ses 25 printemps et toujours aucun prétendant. Hou ! C'est pas qu'elle n'en n'a pas ! Ho ça pour sûre les gars de la région n'ont pas fini de lui tourner autour, mais la petiote n'en a que faire. Depuis la mort de ma douce Artanis, elle ne veut pas m'abandonner et passe son temps à s'occuper de la maison et des animaux pour m'éviter à le faire. C'est ben vrai que je ne suis plus tout jeune et son aide m'est très précieuse, mais à part la vieille carcasse que tu as devant toi, la petite n'a personne et elle se retrouvera seule le jour où le passeur viendra me chercher.

Le vieux paysan fondit en larme dans les bras de son ami qui ne trouva aucune parole qui puisse le soulager et se contenta de lui donner de douces tapes dans le dos en signe de compassion.

Elladan senti au fond de lui qu'il se devait d'aller jusqu'à cet homme et que sa fille était sans nul doute possible la femme qui lui incombait de protéger. Après avoir pris une longue gorgée de sa bière, il se leva de son siège, se dirigea vers les deux amis et d'une voix douce et mélodieuse leur dit.


- Pardonnez-moi de vous interrompre messieurs, je vois bien que le moment n'est pas opportun mais je pense pouvoir vous apporter mon aide. Je me nomme Elladan et viens d'arriver dans la région. Je ne possède ni bien ni fortune et je cherche le gîte et le couvert en échange de quelques services à rendre. J'avoue avoir perçu quelque passage de votre conversation et m'en excuse. Cependant, je pense que nous pourrions trouver un commun accord et ainsi soulager votre fille du poids de son dur labeur.

Le vieillard se redressa en sanglotant et regarda l'inconnu dans les yeux. Il ressenti soudait un sentiment d'apaisement et sa tristesse eut comme disparu en un instant.

- Vous êtes un ange tombé du ciel mon ami, un cadeau de la providence. Mon nom est Drogo et je ne sais comment vous remercier. Dit-il en commandant d'un geste une tournée de bière au tavernier.

- Ce n'est rien, je vous assure. Lui répondit Elladan, qui eût un sourire en entendant les mots que le paysan avait choisi pour le décrire.

Après avoir fait plus amples connaissances et descendu quelques chopes, ils payèrent leur dû au tenancier de l'auberge et raccompagnèrent le vieux Tom à sa demeure avant de rentrer.

La nuit était claire et fraîche et la lumière de la lune éclairait le chemin qui menait à la maison du veille homme. Là, sur le pas de la porte, se tenait une silhouette envoûtante qui se dessinait dans le halo de l'astre nocturne. Elladan n'avait jamais vu beauté pareille. Une chevelure couleur ébène ondulait sur les épaules et descendait jusqu'aux reins de cette jeune femme au visage d'une tendresse extrême qui attendait le retour de son père. Déjà surprit par cette radieuse vision, jamais rien ne l'avait préparé à entendre une voix si douce et ensorceleuse que même le chant mélodieux des anges n'aurait pu égaler et celui qu'il était ne pouvait résister à son charme.

- Et bien père, je sens que nous allons encore accueillir un être égaré, bien que tu m'ai habitué à un autre genre jusqu'à présent. Dit-elle d'une voix enjouée.

- Ma fille, je te présente Elladan qui viendra nous apporter son aide à la ferme. Veux-tu bien lui dénicher un coin confortable dans l'étable pour passer la nuit ? Nous lui trouverons mieux dès demain mais à présent il me faut me requinquer quelque peu. À ces mots, il les laissa tout deux et se dirigea à sa chambre.

- Mon père manque à tout ces devoirs, veuillez l'en excuser. Mon nom est Idril et je suis enchantée de faire votre connaissance mais je doute que nous ayons réellement besoin d'aide. Cependant mon père semble penser le contraire, alors soit. Soyez le bien venu parmi nous messire.

Elle l'invita à le suivre pour lui montrer l'étable mais lorsqu'ils y arrivèrent l'ange remarqua qu'une étrange inscription dans un langage qui lui était inconnu était gravée sur le fronton de la porte.

- Que signifie ce-ci ? Demanda-t-il très intrigué.

Idril leva les yeux et répondit.

- C'est une phrase destinée à la Déesse-mère afin qu'elle protège nos animaux de la maladie. Nous utilisons souvent les anciennes écritures pour nous adresser à elle.

Elladan se rappela soudain de l'histoire de différents peuples qui avaient refusé de prendre parti dans la grande guerre et s'étaient ainsi retournés vers les anciennes traditions, vénérant la nature et la Déesse-mère. La protection des anges leur fut d'ailleurs interdite pour cette raison. Mais ces peuples avaient quasiment tous disparu lors des terribles batailles pour le partage des terres et si cette jeune femme était la descendante de l'un d'entre eux, elle ne pouvait logiquement bénéficier de sa protection.

*Dans ce cas, pourquoi ais-je été envoyé auprès d'elle ?* Cette question tournoyait dans sa tête. On ne lui avait donné que peu d'informations sur les raisons de sa nomination comme protecteur, ni la justification pour laquelle il avait été envoyé dans le monde des vivants, alors que cela ne s'était jamais produit auparavant. Il était le seul ange à avoir retrouvé son corps et cela sous-entendait qu'il se passait quelque chose d'anormal entre les trois mondes.

Il ne laissa cependant rien paraître sur ses inquiétudes, suivant toujours Idril qui lui indiqua bientôt un endroit où il pourrait se reposer et lui donna quelques couvertures pour qu'il soit plus à son aise.



Pendant ce temps, dans le monde des dieux on se préparait à l'arrivée d'une étrange invitée. Pour la première fois, une personne d'un autre monde s'était présentée en ces lieux et fût acceptée par les Sages.

C'était une femme vêtue d'une magnifique robe de nuage semblant flotter autour d'elle. Une douceur sans égale émanait de cet être de pureté qui avançait dans un souffle d'air et laissait dans son sillage un parfum de fleur enivrant. Un sourire illuminait son visage et réchauffait les coeurs de ceux qui croisaient son regard. Chacun sut en la voyant qu'il se trouvait en présence de la Déesse-mère, reine des anciennes traditions.


Arrivée devant le conseil, son visage changea du tout au tout et prit un air sévère. Avant que le premier des Sages ne prenne la parole, elle le dévisagea et l'empêcha de prononcer le moindre mot.

- Je suis venue en grande hâte au moment où j'ai appris ce que vous avez osé faire. Comment avez vous pu envoyer l'un des vôtres auprès de la fille d' Artanis, alors que vous saviez pertinemment qu'elle faisait partie de mes protégés. Vous n'aviez donc aucunement le droit d'essayer de la rallier à votre cause sous prétexte qu'elle n'est pas de sang pure et que la dernière personne qui pouvait empêcher votre emprise sur elle soit morte.

L'un des Sages répondit avec une extrême humilité.

- Mais Madame, vous ne comprenez pas ! Nous voulions simplement éviter que les démons ne s'en emparent, qu'ils en fassent l'une des leurs et qu'ils...

- Assez !!! Répondit-elle avec violence. Vous vous moquez de moi ? Nous avions pourtant un pacte entre les trois mondes indiquant que les êtres ne désirant pas se rallier à l'une ou l'autre des factions resteraient sous ma protection et cela a toujours fonctionné ainsi. Qu'est-ce qui vous permet de penser qu'il existe un complot démoniaque mis en place dans le seul but de rallier une nouvelle âme ? Ne serait-ce pas l'une de vos facéties pour expliquer votre geste ?

- Jamais nous ne nous serions permis une chose pareille belle dame! Dit un autre conseillé. Mais comprenez-nous, le mal prend de plus en plus de terrains, ravageant les pays et détruisant la nature. Cela ne vous inquiète pas ?

- Comment osez-vous me demander une chose pareille ? Dites-moi plutôt ce que vous aviez derrière la tête en agissant de la sorte !

L'altercation entre la Déesse-mère et les Sages continua ainsi pendant des heures et se répercuta dans les cieux qui s'assombrirent et devinrent menaçant. De gros nuages s'accumulèrent et déversèrent une pluie battante sur les terres réelles, rythmée par la lueur des éclairs et le grondement du tonnerre.



Dernière édition par le Mer 1 Aoû - 3:48, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nimu
Guide
Guide
avatar

Nombre de messages : 107
Race : Humaine
Classe : Ensorceleuse
Alignement : Chaotique-bon
Date d'inscription : 28/05/2007

Feuille de personnage
PV:
13/38  (13/38)
PM:
39/45  (39/45)
XP:
426/1000  (426/1000)

MessageSujet: Re: Mystic-01-1 - Légende d'Elladan et Idril   Mar 24 Juin - 12:10




Elladan se réveilla en sursaut lorsque la foudre s'abattit sur l'arbre surplombant l'étable. Il eut à peine le temps de faire sortir tous les animaux et de les mettre à l'abri que le grand chêne céda et se fracassa sur la construction qui s'effondra sous son poids. Idril et son père sortirent de la maison en courant et le rejoignirent.

- Hé ben mon gars, on peut dire qu'on a eu sacrément de chance que vous soyez là, sinon nous aurions perdu toutes nos bêtes et cela nous aurait mis dans une sacrée panade. Mais grâce à vous nous sommes tous saufs et les seuls pertes que nous ayons à déplorer ne sont que matérielles. Dit le vieil homme avec toute sa gratitude.

La jeune femme quand à elle n'émit pas un mot mais son regard en disait plus long que n'importe quelle parole qu'elle aurait pu prononcer. Elle était ébahie par tant de force et de beauté entremêlée. Après avoir rassemblé les animaux dans un enclos, ils s'en retournèrent tout trois à l'intérieur de la maison afin de se réchauffer et se sécher au coin d'un bon feu de cheminée.

Le ciel se calma durant la nuit, témoignant de l'apaisement de la Déesse-mère. Elle n'avait pas réussi à faire entendre raison aux Sages et avait fini par céder à leur bon vouloir, mais elle continuerait malgré cela à garder un oeil sur Idril qu'elle considérait toujours comme sa protégée et resterait omniprésente dans sa vie.

La reconstruction de la bâtisse prit plusieurs semaines durant lesquelles les deux jeunes gens se rapprochèrent de plus en plus. Au premier abord ce n'était qu'une simple amitié, juste deux personnes se côtoyant jours après jours et apprenant à s'apprécier au fil du temps. Mais le temps est taquin et joueur et les jours heureux passèrent en un éclair. Cependant il était un être qui ne voyait pas cela d'un bon oeil. La Déesse-mère s'inquiétait pour Idril , mais voyant à quel point la jeune femme se sentait bien en la présence de l'ange, elle ravisa son jugement sur lui et décida de laisser faire les choses tout en restant attentive au moindre sentiment qui pourrait poindre, craignant la naissance d'une idylle qui serait mal vue par les Sages.



Les semaines devinrent des mois et déjà arriva la saison froide. Le vent du Nord apportait avec lui la fraîcheur des montagnes et le ciel saupoudrait les terres d'un glacial manteau blanc. L'étable était reconstruite depuis déjà quelques temps, mais de nombreux autres travaux semblait retenir Elladan auprès de la demoiselle et de son père, ce dernier étant devenu trop faible pour s'acquitter de ces tâches. Une maladie avait d'ailleurs commencer à prendre emprise sur son corps, paralysant petit à petit ces vieilles mains de fermier, les rendant aussi dures et calleuses que la pierre.

Idril savait bien que son père n'était pas éternel mais elle refusait de se l'avouer. Elle continuait à lui passer une pommade, dont la préparation lui fût transmise par sa mère. Elle lui massait inlassablement ses deux grosses pognes avec amour et délicatesse plusieurs fois par jour, mais rien n'y faisait et il finit par perdre totalement l'usage de ses mains. La douleur causée par la maladie devenait de plus en plus insoutenable et la jeune femme avait beau lui préparer des décoctions pour lui faire passer la souffrance, le mal persistait et s'amplifiait. Puis, par une nuit sans lune, il s'endormit pour un sommeil éternel, la maladie ayant finalement eut raison du vieux Drogo.

Cette nuit là, la tristesse d'Idril traversa les terres réelles, son cri déchira le ciel et fit trembler les plus téméraires. Jamais on eut entendu un tel hurlement de désespoir et chacun le garderait en mémoire comme le moment le plus terrifiant de sa vie. La Déesse-mère ressentit au même instant une sensation de tiraillement, comme si une main invisible lui écrasait le coeur dans sa poigne. Elle ne supportait pas de voir sa protégée souffrir ainsi mais la mort faisait partie de la vie et elle n'y pouvait rien. Les lois de la nature étaient faites ainsi. La jeune femme pu cependant compter sur le précieux et inconditionnel soutient d'Elladan qui la réconforta mieux que quiconque, trouvant toujours les mots pour l'apaiser. De plus, le temps qui passe a ce merveilleux pouvoir de clamer les maux de l'âme et du coeur, laissant place aux souvenirs des jours passés.



Une année c'était maintenant écoulée depuis l'arrivée de l'être béni sur les terres réelles et la complicité qu'il avait construit avec Idril n'avait de cesse de s'accroître et ils passèrent des jours heureux ensemble à s'occuper de l'exploitation. Cependant il souffrait atrocement car son serment le maintenait prisonnié de son amour pour la belle, mais ce n'était rien en comparaison de ce qu'il éprouvait quand il se trouvait éloigné d'elle. La jeune femme ressentait cette dualité qui régnait dans l'esprit d'Elladan, tout en ne sachant l'expliquer, ce qui l'obligeait également à refouler ses propres sentiments.

Les beaux jours furent cependant de courte durée et l'ombre arriva bientôt aux frontières de la contrée. Une armée de démon avait envahi les terres, dévastant les villages à la recherche d'esclaves pour ériger une grande cité vouée au mal et aux ténèbres. Les vieux et les enfants étaient tous sacrifiés sous prétexte qu'ils seraient trop faibles pour les tâches imposées et pourraient donc n'être d'aucune utilité pour les forces démoniaques.

Les villageois des bourgades plus éloignées du carnage se réfugièrent dans les montagnes, espérant être épargnés. C'est ainsi qu'Elladan et Idril se rendirent dans les cavernes oubliées, creusées jadis par le dragon des vents dans ce qui se trouvait être un volcan endormi. On peut d'ailleurs entendre son grognement se répercuter en écho contre les parois de pierre lorsque le vent s'engouffre dans les galeries et les villageois comptaient sur ce phénomène pour tenir éloignés l'armée des démons.

Mais les ténèbres ne se laissèrent pas duper aussi facilement et commencèrent à progresser dans les tunnels. L'ange entendait leurs pas et sentaient qu'ils approchaient de plus en plus de leur cachette. Il prit alors une décision tout en sachant au fond de lui que cela pourrait causer sa perte et en se retournant vers celle qui faisait battre son coeur en secret, lui dit.

- Ma chère Idril, je ne peux rester ici sans rien faire et risquer la mort ou la capture de tous. Il me faut agir maintenant.

Une larme coula sur sa joue et tout en déposant un baiser sur le front de la jeune femme il lui murmura.

- J'espère que tu comprendras et me pardonneras.

A ces mot Elladan s'éloigna quelque peu et se mit à prononcer d'étranges paroles qui arrêtèrent les battements de son coeur. C'est alors que deux magnifiques ailes blanches apparurent dans son dos, se déployant dans un mouvement souple et ample. Il jeta un dernier regard en direction de sa bien-aimée et prit son envol.

Idril se mit à courir derrière lui pour essayer de la retenir mais elle fut stoppée dans son élan par une veille femme.

- Laisse le faire. Tu ne pourras pas le retenir. C'est la mission des êtres bénits de veiller sur les vivants, bien que c'est la première fois de ma vie que je vois l'un d'entre eux sur terre. Dit la veille d'un air tendre.

- Un être bénit ? Mais c'est impossible ! Répondit la jeune femme avant de s'effondrer dans les bras de la grand-mère. Elle venait à cet instant de se rendre compte que son amour pour lui était interdit.

- Mais alors il va se sacrifier pour nous ? Demanda-t-elle en larme.

- J'en ai bien peur ma pauvre enfant.

Dans le même temps, Elladan arriva à la hauteur d'une grande salle où les démons avaient fait une halte pour se regrouper. Il resta à l'écart pour ne pas se faire repérer et scruta les environs pour trouver comment se débarrasser du plus grand nombre dans un minimum de temps. Il remarqua alors une fissure qui rendait instable le plafond de la caverne ce qui lui donna une idée. Il escalada la paroi le plus silencieusement possible jusqu'à atteindre la faille et donna un puissant coup de poing à l'endroit qui lui semblait le plus sensible.

L'onde de choque fut si forte que le plafond céda en un instant et s'écroula sur les guerriers du mal qui déguerpirent pour la plus-part, quant aux autres, ils périrent ensevelis sous les décombres. L'ange n'eut malheureusement pas le temps de se retirer qu'un gros bloc de pierre se détacha et l'emporta dans sa chute.

Le bruit de l'éboulement s'amplifia au fur et à mesure qu'il évoluait dans les tunnel et arriva comme un énorme fracas aux oreilles d'Idril qui ressentit au même instant un tiraillement dans le coeur. Elle se précipita alors dans la direction du son et se retrouva bientôt devant un mur de gravas d'où dépassait un petit bout d'aile blanche que la jeune femme reconnut tout de suite. Avec l'aide de bras forts et puissants qui s'étaient unis aux siens, elle commença à déblayer les pierres une à une et dégagea enfin son amour de l'emprise des rochers.

Elladan ne bougeait pas et ne donnait plus aucun signe de vie. Idril s'agenouilla à ses côtés, se pencha au-dessus de lui et doucement lui caressa la joue.

- Mon bel et tendre ami. Si seulement j'avais osé t'avouer mes sentiments, peut être ne te serais tu pas jeté ainsi vers une mort certaine.

Les yeux pleins de larmes, elle se rapprocha de lui et déposa un tendre baiser sur les lèvres de l'ange. En se redressant, une petite perle se détacha de la joue de la jeune femme et coula sur le coeur d'Elladan. La goutte se mit alors à produire une douce lumière avant de disparaître totalement en pénétrant dans la peau de l'être bénit. Le coeur de celui-ci se mit alors à battre faiblement mais Idril l'entendit sans peine et lorsqu' Elladan ouvrit les yeux, il put voir le visage de sa bien-aimée emplit d'amour et de joie de le savoir en vie.

Il se redressa avec peine et constata avec étonnement que ses ailes étaient toujours là. *Comment cela ce peut-il ? Je sens pourtant mon coeur battre, mes ailes aurait donc dû disparaître ! * Se dit-il.

Son serment n'avait plus lieu d'être à ses yeux et il pensa avoir reçu un présent des Sages pour avoir repousser les démons. Il serra alors Idril fort contre lui et lui dit au creux de l'oreille.

- Je t'aime mon amour, depuis le premier jour.

A peine son dernier mot prononcé qu'un grondement horrible se fit entendre et les parois de la caverne se mirent à trembler. Il était temps pour tous de quitter les lieux au plus vite et c'est ce qu'ils firent dans la manière du possible, l'accès principal ayant été bloqué par l'éboulement. Ils réussirent néanmoins à trouver un passage qui débouchait dans une vaste forêt de l'autre côté du volcan.



Lorsqu'ils arrivèrent sous les premiers arbres ils purent tous s'apercevoir que le ciel était menaçant. Des nuages noirs tourbillonnaient au-dessus de leurs têtes, lançant de toutes parts des éclairs aveuglants qui s'écrasaient avec fracas sur les pentes du volcan. Les villageois se dispersèrent affolés pour finalement tous s'évaporer dans la forêt. Une voix semblant venir des profondeurs de la terre se fit alors entendre à des lieux à la ronde et s'amplifiait à mesure que le souffle du vent augmentait en puissance.

- Tu étais prévenu que si tu perdais ton coeur tu redeviendrais l'un des nôtres ! Comment as-tu osé essayer de nous duper par on ne sais qu'elle magie ? Tu seras châtier pour cet affront !

Au même moment un trait de lumière transperça les nuages et créa un halo doré près des deux amants dans lequel apparût la Déesse-mère.

- Votre ange n'y est pour rien ! Gronda-t-elle à l'adresse des Sages. C'est l'amour de cette jeune fille qui lui a rendu la vie et c'est ma magie qui lui permit de garder ses ailes.

Se tournant vers les amoureux elle leur dit.

- Fuyez loin vers le nord ! Au delà des montagnes de glaces se trouve une cité protégée du froid dans laquelle vous serez à l'abri ! Prends ton envol bel ange et fuyez tous deux aussi vite que possible. Je me charge d'eux, n'ayez aucune crainte.

A ces mots elle prit son élan et s'envola droit dans les cieux pour disparaître au milieu des nuages.

Sans perdre un instant, Elladan déploya ses ailes, prit Idril dans ses bras et décolla en direction des terres indiquées par la Déesse-mère.



Après plusieurs heures de vol, ils aperçurent enfin les montagnes de glace dépasser de l'horizon dans le soir qui commençait à tomber. Elladan semblait un peu fatigué ce qui décida Idril à demander une pause, quitte à repartir le lendemain matin. Ils s'arrêtèrent donc dans une petite clairière dont le sol était recouvert d'une mousse moelleuse sur laquelle ils s'installèrent l'un à côté de l'autre. L'air frais faisait trembler la jeune femme. Alors l'ange la prit dans ses bras, l'enveloppa de son aile et lui déposa un tendre baiser sur sa joue rose et frêle.

La lune commençait à luire dans le ciel et diffusait sa pâle lumière sur le visage d'Idril, dévoilant une beauté cristalline. Elladan se perdit dans les yeux étoilés de sa dulcinée. Aucun mot ne fut prononcé, les regards qu'ils s'échangeaient en disait plus que tous les langages du monde et sous la clarté de l'astre nocturne ils s'enlacèrent et laissèrent parler leur amour.

Au matin, les deux amants furent réveillés par la douce caresse du soleil. Il était temps pour eux de gagner cette cité où ils pourraient vivre leur amour en toute quiétude.

Une fois les pics enneigés dépassées ils purent découvrir avec émerveillement une oasis de verdure au milieu d'un désert de glace, d'où s'élevaient les remparts d'une majestueuse citadelle. Ils furent accueillis par les habitants avec une hospitalité à laquelle ils ne s'attendaient pas. Les vieilles femmes de la cité s'occupaient d'eux avec un soin tout particulier et leur donnèrent nourriture et vêtements propres. Puis on les accompagna à une charmante petite demeure dans laquelle ils pourraient vivre aussi longtemps qu'ils le souhaitaient. Aucune question ne leur fût posée et les habitants semblaient ne pas s'étonner le la paire d'aile d'Elladan. Au contraire, ils eurent l'impression que leur arrivée était attendue et que tous connaissaient déjà leurs péripéties.

Ce que personne ne savait en revanche c'est qu'une vie commençait à se créer dans le ventre de la jeune Idril.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mystic-01-1 - Légende d'Elladan et Idril   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mystic-01-1 - Légende d'Elladan et Idril
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» La légende de Martin et Martine par Tournesol
» Bretagne magazine spécial légende arthurienne
» Les lieux de la légende...
» Quelque vilains dans la Légende

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au delà des mers :: Contes et Légendes :: Contes et Légendes d'Anariël Edledhron-
Sauter vers: